Des groupes de défense de l'environnement attaquent la Norvège en justice au sujet de nouveaux gisements de pétrole - 3

Oslo, Norvège Greenpeace Nordic et Natur og Ungdom (Jeunes Amis de la Terre Norvège) affrontent le gouvernement norvégien dans un nouveau procès qui débute aujourd’hui. Les organisations affirment que les récentes approbations de trois champs pétroliers violent la constitution norvégienne et les engagements internationaux de la Norvège en matière de droits de l’homme, y compris la Convention des Nations Unies sur les droits de l’enfant. Elles demandent l’arrêt immédiat de l’exploitation des champs pétrolifères.

« Nous sommes convaincus que nous pouvons gagner ce combat contre la politique agressive de la Norvège en matière de gaz et de pétrole, qui continue à faire des ravages sur le climat et les populations du monde entier. Le respect des droits de l’homme à un environnement sain et durable est un devoir des États et non une faveur accordée aux communautés. Cette affaire s’inscrit dans un mouvement où des personnes du monde entier demandent des comptes aux responsables des crises du climat et de la nature », a déclaré le commissaire européen à l’environnement, à la santé et à la protection des consommateurs. Frode Pleym, responsable de Greenpeace en Norvège.

Cette nouvelle action en justice s’appuie sur un précédent juridique établi dans le cadre d’un autre procès sur le climat intenté par les mêmes organisations. Elle a abouti à un jugement de la Cour suprême norvégienne en 2020, puis à une requête auprès de la Cour européenne des droits de l’homme, actuellement en cours. Les organisations soulignent que la Cour suprême a conclu que l’État norvégien a l’obligation d’évaluer les effets sur le climat mondial des nouveaux gisements de pétrole et de gaz avant leur approbation.

Greenpeace Nordic et Natur og Ungdom soulignent que les études d’impact sur le climat mondial des trois champs pétrolifères, nommés Yggdrasil, Tyrving et Breidablikk, sont soit inexistantes, soit très insuffisantes, ce qui rend les autorisations invalides.

Les organisations affirment également que l’État ne respecte pas son obligation de prendre en compte l’intérêt supérieur des enfants lors de l’approbation des champs pétroliers, ce qui constitue une violation de la constitution norvégienne et de la Convention des Nations unies relative aux droits de l’enfant.(1)(2)

« Le gouvernement norvégien est constitutionnellement tenu de protéger les droits fondamentaux des générations actuelles et futures. Mais pour chaque nouveau gisement de pétrole qu’il approuve, le gouvernement norvégien laisse aux générations actuelles et futures des réductions d’émissions de plus en plus importantes et des impacts climatiques de plus en plus mortels et dangereux. Il s’agit là d’un fardeau tout à fait injuste pour les jeunes. Il est temps que le gouvernement fasse passer les intérêts des enfants en premier dans les questions pétrolières et qu’il cesse d’alimenter la crise climatique en nous enfermant dans des décennies de pétrole et de gaz supplémentaires », a déclaré Gina Gylver, responsable de Natur og Ungdom (Jeunes Amis de la Terre Norvège).

Alors que le gouvernement norvégien est en procès pour sa politique pétrolière, il envoie une délégation comprenant les compagnies pétrolières norvégiennes Equinor et Aker à la COP28.(3)

« La Norvège est un hypocrite climatique, pas un leader climatique. Il est assez révélateur que la Norvège amène des compagnies pétrolières aux négociations mondiales sur le climat. Nous espérons que le procès exercera une pression internationale sur la Norvège pour qu’elle s’engage à éliminer progressivement les combustibles fossiles lors de la conférence des parties », a déclaré Frode Pleym.

Les plaignants ont sept témoins experts qui témoigneront sur des éléments clés contestés par l’État, notamment les effets climatiques des trois projets pétroliers et gaziers, qui, selon l’État, sont insignifiants.(4)

FIN

Briefing pour les médias ici

Des photos sont disponibles dans la médiathèque de Greenpeace.

Contacts :

Daniel Bengtsson, Contact presse Greenpeace Nordic : (email protected), +46 70 300 95 10


Frode Pleym, responsable de Greenpeace en Norvège : (email protected), +47 97 30 73 78

Gina Gylver, responsable de Natur og Ungdom (Jeunes Amis de la Terre Norvège) :
(email protected), +47 98 15 30 11

Bureau de presse de Greenpeace International : (email protected), +31 (0) 20 718 2470 (disponible 24 heures sur 24). Suivez @greenpeacepress pour obtenir nos derniers communiqués de presse internationaux.

Notes :

(1) Article 122(2) de la constitution norvégienne.

(2) Article 3 de la Convention des Nations unies relative aux droits de l’enfant.

(3) Le gouvernement norvégien invite les compagnies pétrolières aux négociations sur le climat de la COP28

(4) Témoins ayant témoigné au nom de Greenpeace Nordic et Natur og Ungdom :

  • Haakon Riekeles, économiste principal chez Vista Analyse
  • Bård Harstad, professeur à la Stanford GSB et à l’université d’Oslo
  • Taran Fæhn, chercheur à Statistics Norway
  • Michael Lazarus, scientifique principal et directeur de centre, Stockholm Resilience Center US
  • Helge Drange, professeur d’océanographie au département de géophysique de l’université de Bergen
  • Dag Olav Hessen, professeur de biologie à l’université d’Oslo et directeur de recherche au Centre de biogéochimie de l’anthropocène (CBA).
  • Wim Thiery, professeur à la Vrije Universiteit Brussel, contributeur au rapport spécial 2019 du GIEC sur le changement climatique et au sixième rapport d’évaluation en 2021 et auteur de l’étude « Intergenerational Inequities in Exposure to Climate Extremes » (Inégalités intergénérationnelles dans l’exposition aux extrêmes climatiques)