Les fausses nouvelles obligent les médias norvégiens à abandonner les blagues du poisson d'avril - 3

Bergens Tidende abandonne la blague traditionnelle du poisson d’avril par peur du timbre de «fausses nouvelles».

Bergens Tidende saute la blague annuelle du poisson d’avril. Le débat autour des fausses nouvelles signifie que la maison de presse a peur de jouer avec sa crédibilité.

C’est une tradition annuelle dans la presse que vous ayez compris quelles sont les nouvelles absurdes le 1er avrilst visant à tromper les lecteurs, les auditeurs et les téléspectateurs.

Cette année, cela fait 67 ans que l’une des blagues les plus connues du poisson d’avril a été publiée dans Aftenposten, où les gens ont été attirés vers le monopole du vin (Vinmonopolet) avec des seaux et des seaux vides pour obtenir du vin à des prix défiant toute concurrence.

Abolit le poisson d’avril

Cette tradition est désormais soumise à de fortes pressions et plusieurs médias l’ont récemment abandonnée. Ni NRK News, Dagbladet, Aftenposten ni VG ne publieront plus de telles blagues.

L’un des médias à suivre la tendance est Bergens Tidende.

– Nous faisons beaucoup de journalisme joyeux et amusant dans BT tout au long d’un an, mais l’exigence est qu’ils doivent être vrais. Le poisson d’avril est une tradition amusante dans la presse norvégienne, mais dans le climat que nous vivons actuellement, avec la propagation de fausses nouvelles – nous avons tort, nous qui vivons de crédibilité, de livrer de fausses nouvelles – simplement parce que le calendrier indique le 1er avril. , déclare le rédacteur en chef de Bergens Tidende, Øyulf Hjertnes.

Mauvais timing

Hier, la rédactrice Kristin Monstad de Drammen Tidende a réagi de la même manière.

-Le poisson d’avril est une tradition amusante et un peu étrange. Mais je pense qu’il faut faire attention à ne pas tromper les gens car la crédibilité est notre atout le plus important. Si c’est publié dans Drammen Tidende, c’est la vérité, dit-elle.

Elle dit que ce qu’ils font est bien plus important les 364 autres jours de l’année.

– Mais le moment ne pourrait pas être pire que de venir avec une blague à moitié cuite tout à l’heure, dit-elle.

– Les médias ont-ils peur des ombres et un tantinet complaisants ?

– Je pense que nous devrions ravir et engager nos lecteurs sans recourir au poisson d’avril. Ceux qui s’y intéressent regarderont haut et bas dans d’autres médias, mais ils ne le trouveront pas l’année Drammen Tidende.

Source : nrk.no / Norway.mw