Système de caution pour les flops de bateaux - 3

Plan de dépôt floppes. Maintenant, le gouvernement a l’intention de réduire de moitié le pot

– Il semble déraisonnable de créer d’abord un système de caution que personne ne peut utiliser, puis de l’étrangler, en prétextant que personne ne l’utilise, dit l’Association des armateurs.

En mars de l’année dernière, le gouvernement a lancé un programme censé contribuer au renouvellement de la flotte marchande.

Ils étaient prêts à dépenser 40 millions de dollars pour des compagnies maritimes qui envoient leurs vieux navires à la démolition et en construisent de nouveaux. La raison en est qu’ils pensent que la flotte côtière transportant des marchandises le long des côtes norvégiennes est ancienne et pollue beaucoup.

Ne pas construire de nouveaux navires

Deux mois plus tard, Sysla Maritim écrivait que seuls deux navires sur dix pour lesquels elle avait été sollicitée avaient reçu une subvention.

La justification était double : premièrement, nombreux étaient ceux qui demandaient une aide qui ne voulaient que détruire et non construire des remplaçants.

L’autre raison pour laquelle ils sont tombés à l’extérieur, c’est que les navires que les armateurs voulaient démolir étaient trop petits

Mais même ces deux-là n’ont pas réussi.

Un an plus tard, il est clair qu’aucune demande n’a été acceptée depuis l’introduction du programme, malgré le fait que le gouvernement a également alloué 40 millions de NOK pour l’année en cours.

– Aucun projet n’a été attribué jusqu’à présent, a déclaré la secrétaire d’État Dilek Ayhan (H) dans un e-mail à Sysla Maritime. Ayhan travaille au ministère de l’Industrie et de la Pêche.

Raisonnablement en arrière

Dans l’accord budgétaire du budget révisé de l’État, les conservateurs, le Parti du progrès, les démocrates-chrétiens et les libéraux proposent de réduire de moitié la subvention du programme à 20 millions de NOK.

– C’est un pas en arrière pour l’expédition écologique. Pour la deuxième fois, les partis de soutien, KrF et libéraux, choisissent d’étrangler l’épave dans une négociation budgétaire.

– Il est décevant et contrairement aux signaux précédemment annoncés par les parties selon lesquels ils souhaitent soutenir le changement vert dans le transport maritime, écrit le directeur de la politique commerciale de l’Association des armateurs norvégiens, Amund Drønen Ringdal, dans un communiqué de presse.

Il estime qu’il n’a pas fonctionné comme prévu puisqu’il est conçu de telle sorte qu’aucun navire n’a jusqu’à présent été qualifié pour cela.

L’Association des armateurs estime en outre que la contribution de l’industrie sur les ajustements du programme pour le rendre plus précis n’a pas été respectée.

– Au lieu de voler de l’argent au régime, les parties devraient s’efforcer de rendre le régime pertinent pour les compagnies maritimes. Il semble déraisonnable de créer d’abord un système que personne ne peut utiliser, puis de l’étrangler, en utilisant l’argument selon lequel personne ne l’utilise, dit Ringdal.

Pensez à changer les critères

L’opposition réagit aussi

La porte-parole politique de Maritim au sein du parti travailliste, Else.May Botten, écrit dans un e-mail qu’elle perçoit que le gouvernement est en train de détruire son propre plan de destruction.

– La filière est sollicitée depuis longtemps pour mettre en place un dispositif pour progresser dans la condamnation des bateaux anciens. Il est incroyable que le gouvernement choisisse de détruire l’ensemble du projet, plutôt que d’ajuster l’arrangement pour qu’il fonctionne.

– Le programme d’aujourd’hui ne prévoit que des dispositions pour la construction de nouveaux navires, mais il devrait également disposer d’une installation qui comprend les achats d’occasion de navires modernes, a déclaré Botten.

Elle pourrait être entendue.

– Le gouvernement envisage de modifier les critères du programme, déclare le secrétaire Ayhan.

La date préliminaire pour l’examen du budget national révisé au Parlement est le 21 juin 2017.

© Sysla.no / La Norvège aujourd’hui