La Pologne viole le principe fondamental du droit - 3

Le ministre des Affaires étrangères, Børge Brende, a réagi aux élus polonais en adoptant une loi qui, dans la pratique, laisse le contrôle de la Cour suprême aux politiciens.

« Si ces changements législatifs sont mis en œuvre, ils se saperont à la fois eux-mêmes et saperont l’indépendance globale des tribunaux, constituant ainsi une violation de l’état de droit fondamental », a déclaré Brende au journal Aftenposten.

Découvrez un magnifique Fjord

235 membres de la Chambre basse de l’Assemblée nationale ont ignoré les manifestations de rue, les puissants avertissements de l’opposition et les menaces de l’UE, lorsqu’ils ont voté oui au projet de loi jeudi. 192 ont voté contre, tandis que 23 se sont abstenus.

Brende appelle les autorités polonaises à entamer un dialogue avec la Commission européenne et le Conseil de l’Europe, afin de se rencontrer et de trouver des solutions qui garantiront des tribunaux libres et indépendants en Pologne. Le chef de l’Association des juges norvégiens, Ingjerd Thune, a qualifié le projet de loi de danger pour l’intégrité juridique.

Découvrez un magnifique Fjord

« Nous n’avons jamais rien vu de semblable dans la démocratie occidentale. Les tribunaux doivent contrôler les politiciens, et non l’inverse. Lorsque vous supprimez tous les juges et engagez votre propre personnel, ce chèque devient illusoire, a déclaré Thune.

Dans la pratique, les modifications législatives donnent aux politiciens le pouvoir de nommer de nouveaux juges à la Cour suprême. Dans le même temps, les juges en exercice seront révoqués, à l’exception de certains qui seront nommés par le ministre de la Justice lui-même.

La loi doit encore être approuvée par la Chambre haute de l’Assemblée nationale et par le président Andrzej Duda. Le président de l’UE, Donald Tusk, a demandé une réunion d’urgence avec Duda pour discuter de ce qu’il a appelé jeudi, « une crise politique aux conséquences dangereuses ».

Selon le journal britannique « Guardian », Duda a refusé la demande de réunion.

© NTB Norway.mw / La Norvège aujourd’hui