L'UDI dit qu'il y a une incertitude continue sur le nombre de demandeurs d'asile en 2018 - 3

En 2017, 3 546 demandeurs d’asile sont entrés en Norvège, soit près de 100 de plus que l’année précédente. Depuis 1995, le nombre d’arrivées n’a pas été aussi bas qu’au cours des derniers mois de 2017.

1 252 des demandeurs d’asile arrivés dans le pays l’année dernière venaient d’Italie et de Grèce, via le système de relocalisation de l’UE. Si l’on ne tient pas compte de ceux qui ont été relocalisés, il y a eu une baisse du nombre de demandeurs d’asile à partir de 2016. Cela s’applique à tous les groupes de nationalité, à l’exception des Turcs, qui ont affiché une nette augmentation.

« Au cours des derniers mois de 2017, les arrivées d’asile ont été si faibles qu’il faut revenir à 1995 pour trouver des chiffres comparables », a déclaré la Direction de l’immigration (UDI).

Découvrez les Aurores Boréales

En 2016, 3 460 demandeurs d’asile sont venus en Norvège, tandis que 31 145 personnes ont demandé l’asile dans le pays en 2015, une année record.

Allez voir les Baleines en Catamaran

3 000 en 2018

Pour 2018, les prévisions sont de 3 000 demandeurs d’asile, mais le chiffre est très incertain en raison de la situation en Europe, a déclaré le directeur de l’UDI, Frode Forfang.

L’UDI a souligné que, comme d’autres pays nordiques, la Norvège avait connu une forte baisse du nombre de demandeurs d’asile après 2015, et que tous, à l’exception de la Finlande, ont un niveau inférieur à celui d’avant cette année. Dans le même temps, davantage de demandeurs d’asile ont débarqué dans le sud de l’Europe, tandis que le nombre d’arrivées en Allemagne et dans d’autres pays qui avaient accueilli de nombreux demandeurs d’asile en 2015 est désormais au même niveau, voire plus élevé, qu’avant 2015.

« La situation dans d’autres pays européens montre qu’il y a encore beaucoup de demandeurs d’asile en Europe. Il y a donc lieu de souligner l’incertitude quant à
les arrivées d’asile en Norvège dans les années à venir. Cependant, rien ne suggère encore que
les arrivées en Norvège vont changer de manière significative à court terme », a déclaré Forfang.

Le Danemark a reçu près de 3 500 demandes d’asile en 2017, le gouvernement danois
mentionné. La Suède, quant à elle, a reçu 25 666 demandes d’asile l’année dernière,
selon l’Office suédois de l’immigration.

Moins de centres d’accueil pour demandeurs d’asile

Au total, l’UDI comptait 150 centres d’accueil pour demandeurs d’asile, avec 13 400 résidents il y a un an. À la fin de l’année, il restait 50 centres, avec 5 100 résidents. La raison en était la forte baisse du nombre de demandeurs d’asile après 2015.

L’UDI a annoncé que le contrat de plusieurs des centres d’accueil existants avait été résilié et qu’à la fin du mois de mars, il n’en restera que 27.

Parmi ceux-ci, il existe quatre centres d’accueil d’intégration, huit d’accueil pour mineurs célibataires non accompagnés, en plus du centre d’accueil de Råde à Østfold, et le centre d’accueil de transit de Trandum à Akershus.

« Nous prévoyons de réduire davantage la capacité des centres d’accueil pour 2018 », a déclaré le directeur de l’UDI.

Six sur dix doivent rester

Au total, l’UDI a traité 7 489 demandes d’asile de demandeurs d’asile venus ces dernières années. Parmi eux, 59 % ont obtenu un permis de séjour en Norvège.

Si l’on ne tient pas compte de ceux qui sont venus d’un pays du soi-disant «partenariat de Dublin», un pays tiers sûr, ou dont le dossier a été abandonné, 67% sont restés.

Les chiffres de l’UDI montrent également que 4 703 membres de la famille ont été autorisés à rejoindre des réfugiés en Norvège l’année dernière, dont 2 687 venaient de Syrie.

© NTB Norway.mw / La Norvège aujourd’hui