Listhaug veut des accords de retour avec l'Afrique de l'Est - 3

Le ministre de l’Immigration Sylvi Listhaug (Frp) prend une semaine de pause de la politique norvégienne pour s’occuper de la situation des réfugiés en Afrique de l’Est. L’objectif est de renvoyer plus de citoyens.

Mardi matin, Listhaug et son entourage arrivent au Soudan, première étape du voyage. La ministre de l’Immigration se rendra également en Éthiopie et au Kenya, informe l’un de ses conseillers auprès de NTB.

Dans les trois pays, les réunions avec les autorités se déroulent comme prévu. De plus, Listhaug visitera un camp de réfugiés dans le nord du Kenya, à sa discrétion. Le voyage durera jusqu’à dimanche.

Découvrez un magnifique Fjord

« Nous voyagerons pour examiner la situation des réfugiés en Afrique. À ce jour, une grande partie du débat sur les réfugiés et l’asile porte sur d’autres zones de conflit et il n’y a pratiquement aucun suivi de ceux que j’appellerais « les réfugiés oubliés » », a déclaré Listhaug.

Allez voir les Baleines en Catamaran

Accords de retour
« Nous rencontrerons les autorités et les organisations internationales qui ont une bonne connaissance du flux de réfugiés en Afrique. C’est un continent qui semble complètement oublié en Norvège et dans le reste du monde », a déclaré Listhaug.

Un objectif important du voyage est de mettre en place des accords de retour avec les trois pays.

« La politique de retour est hautement prioritaire en Norvège, il sera donc naturel pour nous de veiller à ce que les personnes qui n’ont pas le droit de rester en Norvège puissent être renvoyées dans leur pays d’origine », a déclaré Listhaug avant le voyage.

Changer avec de l’aide
L’année dernière, Listhaug a déclaré que le gouvernement travaillait à la mise en place d’accords de retour avec plusieurs pays. Listhaug sera prêt à aider en retour pour mettre en place de tels accords, écrit Bergens Tidende.

La Norvège est l’un des rares pays à avoir un accord de retour avec l’Éthiopie, mais jusqu’en 2016, le pays a refusé d’accepter toute personne qui ne s’était pas portée volontaire pour rentrer. L’ancien secrétaire d’État Jøran Kallmyr (Frp) s’est rendu dans le pays et a promis que le processus devrait être lancé.

Et depuis ce temps, il y a environ 800 Éthiopiens sans résidence légale en Norvège, environ 70 d’entre eux ont été expulsés, selon les chiffres de l’UDI.

Aide dans la région
La Norvège n’a pas d’accord de retour avec le Soudan, où Listhaug examinera comment une assistance peut être fournie dans la région immédiate.

En 2016, 458 demandeurs d’asile soudanais sont arrivés en Norvège. L’année dernière, le chiffre est tombé à 39, selon les statistiques de l’UDI.

Le Kenya est le pays d’accueil de centaines de milliers de réfugiés somaliens. Les Somaliens sont également parmi les groupes les plus nombreux dans les accueils d’asile norvégiens. L’année dernière, cependant, seuls 51 demandeurs d’asile somaliens sont venus en Norvège.
© NTB Norway.mw / La Norvège aujourd’hui