Støre a été grondé par Stenseng - 3

Støre a défendu les dénonciateurs – a été réprimandé par Stenseng lors d’une réunion du travail

Lors d’une réunion à huis clos du comité central, le secrétaire du parti Kjersti Stenseng a attaqué de front Jonas Gahr Støre, selon les sources de VG. Plusieurs dénonciateurs ont expressément déclaré qu’ils ne souhaitaient pas que Stenseng fasse partie du traitement de leurs dossiers, en vain.

La raison de la confrontation explosive était que le chef du parti Støre, dans une interview avec Dagens Næringsliv, a apporté un soutien total à la campagne #Metoo et a déclaré qu’il devrait être prudent de mettre en garde contre le harcèlement sexuel au sein du parti travailliste.

L’interview a été réalisée avant que les nombreuses accusations portées contre l’ancien chef adjoint Trond Giske ne soient connues du bureau du parti.

Allez voir les Baleines en Catamaran

La dirigeante du Labour’s Women’s Network, Anniken Huitfeldt, a adressé des critiques similaires à Støre

Découvrez un magnifique Fjord

Par la suite, le secrétaire du parti Stenseng a reçu le soutien d’un troisième membre du comité central, à savoir Trond Giske, qui était encore chef adjoint à l’époque.

Huitfeldt et Stenseng sont tous deux considérés comme des alliés proches de Giske.

Stenseng furieux

VG s’est entretenu avec plusieurs sources présentes à la réunion du 11 décembre de l’année dernière, quelques jours seulement avant que Dagens Næringsliv et VG ne publient les premiers avertissements de harcèlement sexuel contre Trond Giske.

Les sources de VG déclarent avoir réagi à la manière dont Kjersti Stenseng s’est comportée envers son chef de parti.

Selon une source, elle est apparue comme étant furieuse. Une autre source a été surprise par l’intensité de sa réaction.

Stenseng aurait déclaré qu’elle pensait que Støre avait créé une situation dans laquelle la direction du parti travailliste ne transmettait pas le même message et le même point de vue sur la campagne #Metoo et sur la façon dont le parti devrait gérer les cas de dénonciation concernant le harcèlement sexuel.

Dans un SMS à VG, Stenseng commente ainsi l’affaire :

– Jonas et moi avons eu de nombreuses bonnes discussions au cours des dernières semaines et depuis que nous sommes entrés à la tête du parti. Nous discutons aussi bien en privé qu’en réunion. Quiconque a participé à un parti politique le sait et souhaite que la discussion et la délibération aient lieu, selon le secrétaire du parti.

A réagi à l’article sur Støre

La raison de la colère de Stenseng était, selon des sources que Støre la veille du 10 décembre, a transmis ce qui suit à DN :

– La campagne #Metoo a permis à ceux qui ont été violés de s’avancer, d’être pris au sérieux et d’être crus.

Et:

– Si nous sommes prévenus, nous examinerons les cas et les prendrons au sérieux. Ceux qui s’expriment doivent se sentir en sécurité.

Aussi:

– Je ne suis pas au courant que des rumeurs de harcèlement sexuel aient été utilisées dans les processus de nomination ou dans toute forme de lutte de pouvoir, a informé Støre à DN.

Rumeurs associées à la lutte pour le pouvoir

La toile de fond des déclarations de Støres était que Anniken Huitfeldt sur sa page Facebook le 7 décembre avait écrit que lors d’une réunion de groupe au Labour, avait déclaré que des rumeurs de harcèlement sexuel pourraient surgir en relation avec des luttes de pouvoir au sein du parti.

Huitfeldt a écrit :

– J’ai parlé d’abaisser le seuil pour s’exprimer dans les cas où il n’y a pas de harcèlement flagrant, mais aussi concernant les comportements indésirables tels que le langage désagréable. Dans les cas moins graves, j’ai dit qu’il devrait être possible d’avoir une mauvaise coiffure, de se faire réprimander, de s’excuser et ensuite de passer à autre chose.

Huitfeldt a également écrit que :

– Concernant le harcèlement sexuel utilisé dans les luttes de pouvoir internes, j’avais malheureusement raison. Ainsi communiqués dans les médias, mis en avant par des sources anonymes, de tels cas sont en réalité utilisés dans des luttes de pouvoir internes contre lesquelles il est impossible de se défendre. je suis vraiment déçu par ça

Les déclarations ont suscité la colère et la frustration de nombreux députés travaillistes. La raison en était que le lien avec les luttes de pouvoir pouvait semer le doute sur les motivations des lanceurs d’alerte, ce qui pouvait miner la crédibilité de l’avertissement, rendant ainsi encore plus difficile sa réalisation.

Réprimande

Malgré les vives réactions aux déclarations de Huitfeldt, Stenseng l’a également soutenue dans une déclaration à DN.

Stenseng a déclaré mot pour mot « qu’elle avait constaté que des allégations de harcèlement sexuel avaient été utilisées dans des luttes de pouvoir au sein du parti ».

L’interview de Jonas Gahr Støre publiée dans DN a donc été perçue comme une réprimande à la fois de Stenseng et de Huitfeldt.

Dans les médias sociaux, il y a eu un certain nombre de profils travaillistes qui applaudissent Støre pour sa clarté sur la question de savoir comment le parti gérera et considérera ce genre d’avertissements.

N’a reçu aucun soutien

Lors de la réunion dramatique du comité central du 11 décembre, ce n’était pas seulement Stenseng qui était mécontent du chef du parti. Anniken Huitfeldt s’est également sentie mise à sécher par Støre.

– J’ai demandé le soutien de la direction et je ne l’ai pas obtenu, aurait-elle déclaré lors de la réunion.

Dans un SMS à VG, Huitfeldt commente ainsi l’affaire :

– C’est inexact. J’ai perçu le soutien de Støre dans ce cas.

Lorsque Trond Giske a pris la parole au cours du débat, il a été perçu par les sources de VG comme soutenant Stenseng et Huitfeldt, exprimant son irritation à l’égard de l’article qu’il jugeait négatif pour le parti.

En outre, Giske a partagé son inquiétude concernant les nombreuses sources anonymes et les fuites des réunions internes du parti, informent des sources VG.

Le conseiller de Giske, Bård Flaarønning, informe VG que Giske est toujours en congé de maladie et n’est donc pas en mesure de commenter la question.

Huitfeld avec des perspectives modifiées

En 2018, Huitfeldt a de nouveau commenté sa vision du harcèlement sexuel dans le contexte d’une fête

Dans une interview accordée à TV 2 jeudi dernier, Huitfeldt a parlé d’une manière qui a conduit de nombreux membres du comité central du parti à hausser les sourcils :

– Ce que je pensais être des tactiques de pouvoir, je le considère maintenant comme du harcèlement sexuel. J’ai vu des jeunes femmes tomber amoureuses d’hommes plus âgés avec du pouvoir, et j’ai dit aux hommes de reculer, a déclaré Huitfeldt

– Il s’agit d’un jeune de 16 ans qui cherche l’attention d’un leader plus âgé. En tant que jeune, vous voulez être remarqué comme un talent politique et attirer l’attention de ceux qui ont plus d’expérience politique. Ensuite, le joueur de 26 ans ne devrait pas profiter de la situation et se restreindre, a déclaré Huitfeldt à VG.

Støre a salué la campagne #MeToo

Lundi, Støre a tenu une conférence de presse concernant l’affaire Giske. Il a souligné l’importance de la campagne #Metoo et quelle devrait être la position du Labour.

– Je crois que la campagne #Metoo est un « avant et après » moment de l’histoire. Le Labour, avec son histoire, va le prendre très au sérieux. Un comportement qui a trop longtemps été négligé pour diverses raisons a été exposé. C’est exigeant pour plusieurs personnes. Le fait qu’il soit exigeant n’éclipsera cependant pas le fait que nous prenons maintenant des mesures pour rendre encore plus sûr l’engagement des femmes dans notre parti, a souligné Støre.

© VG / La Norvège aujourd’hui