Des chercheurs norvégiens détectent le risque de cancer chez les enfants à naître - 3

Des chercheurs de l’hôpital universitaire de Haukeland ont découvert une récidive qui, déjà au stade fœtal, peut montrer un risque accru de cancer de l’ovaire.
Cela pourrait jeter les bases de nouveaux traitements contre le cancer à l’avenir, a écrit le journal VG.

7% de toutes les filles ont montré une récidive qui donne deux à trois fois le risque de cancer de l’ovaire à l’âge adulte, a montré une recherche découverte par le professeur Per Eystein Lønning et son collègue Stian Knappskog, au Mohn Cancer Research Laboratory à Haukeland.

«Il est peu probable que de tels mécanismes n’agissent que dans le cancer de l’ovaire.

Superbe Balade en traineau avec des Huskies

La recherche donne ainsi une nouvelle perspective lorsqu’il s’agit de comprendre le risque de cancer », a expliqué Lønning.

Découvrez un magnifique Fjord

Des chercheurs de l’hôpital Radium et de NTNU ont également contribué à l’étude, qui comprenait plus de 6 000 femmes. Il a reçu le soutien, entre autres, de la Société du cancer et a été publié mardi dans «Annals of Internal Medicine», l’une des principales revues médicales au monde.

Les chercheurs de Haukeland se sont concentrés sur le gène du sein de type 1, également appelé BRCA1. Ils ont trouvé un nouveau type de défaut dans le gène, qui dans certains cas peut être détecté chez le fœtus.

Le cancer de l’ovaire est l’une des dix formes de cancer les plus courantes chez les femmes en Norvège. Les symptômes sont vagues, ce qui rend la maladie difficile à détecter, a écrit le journal VG.

© NTB Norway.mw / La Norvège aujourd’hui