Les jeunes souffrant de troubles de l'alimentation dénoncent l'abus d'alimentation - 3

Les jeunes souffrant de troubles de l’alimentation décrivent l’alimentation forcée comme un abus

De nombreux patients norvégiens se sentent maltraités lorsqu’ils sont soumis à la force. De nombreux jeunes perçoivent le gavage comme abusif s’ils souffrent de troubles de l’alimentation.

Pour de nombreux patients, les traitements forcés auxquels ils ne peuvent échapper, brisent leur estime de soi. Plusieurs patients ont une expérience négative des soins de santé mentale obligatoires et utilisent des termes tels que camps de concentration. Ceci est montré dans les études que le doctorat majeur, Olav Nyttingnes, a effectué auprès de jeunes et de patients adultes qui ont reçu un traitement dans des hôpitaux psychiatriques norvégiens, écrit Forskning.no (Research.no).

Découvrez un magnifique Fjord

Nyttingnes va contester sa thèse de doctorat en psychiatrie à l’hôpital universitaire d’Akershus (Ahus) cette semaine. Il a étudié comment les patients subissent les mesures forcées, quels groupes de patients en font le plus l’expérience et quelles mesures compulsives sont perçues comme les pires.

Réagissez au gavage forcé

Parmi les jeunes patients, un tiers déclarent avoir été soumis à des traitements forcés et des troubles de l’alimentation se distinguent. Pour beaucoup, il est perçu comme de la maltraitance d’être gavé de force.

Découvrez un magnifique Fjord

– Beaucoup d’entre eux déclarent qu’ils réagissent fortement au gavage forcé, dit Olav Nyttingnes.

Les études montrent que les jeunes qui se sentaient le plus forcés, dans une plus grande mesure que les autres, fonctionnaient plus mal psychosociellement et avaient de pires relations avec leurs parents. Nyttingnes s’étonne cependant que les jeunes souffrant de psychose perçoivent peu l’usage de la force, tandis que parmi les adultes, ceux qui souffrent de psychose sont ceux qui subissent le plus l’usage de la force.

– Est-il possible que les jeunes soient traités différemment, ou y a-t-il des différences dans le diagnostic entre les jeunes et les adultes, demande Nyttingnes, qui estime qu’il est nécessaire de poursuivre les recherches dans ce domaine.

© NTB Norway.mw / #La Norvège aujourd’hui