Plus de 8 900 jours de travail ont été perdus en raison de conflits sociaux l'année dernière - 3

Plus de 8 900 jours de travail ont été perdus en raison de conflits sociaux l’année dernière

Dix conflits du travail ont entraîné la perte par les entreprises norvégiennes de 8 942 jours ouvrables l’année dernière. C’était beaucoup moins que l’année précédente avec les règlements intermédiaires.

La grève à long terme parmi les infirmières de la Société du cancer a grandement contribué aux près de 9 000 jours de travail perdus dans le cadre de conflits de travail l’an dernier.

Ce n’est qu’en octobre qu’on a pu dire que les infirmières de la Société du cancer avaient conclu une convention collective avec les mêmes conditions de rémunération et de travail qu’avant que l’association ne signale un transfert à NHO Abelia. Puis la grève a duré près de quatre mois et demi, la plus longue de l’histoire de l’Association des infirmières.

Découvrez les Aurores Boréales

Dans l’ensemble du secteur de la santé et des soins, 322 travailleurs ont été impliqués dans des conflits, ce qui a entraîné une perte totale de 6 900 jours de travail. Cela représentait 78 % de toutes les pertes
jours ouvrables cette année, selon Statistics Norway (SSB).

Découvrez un magnifique Fjord

Un conflit de travail dans ce contexte est soit une grève parmi les employés, soit le fait que les employeurs excluent les employés avec un lock-out.

Par rapport à d’autres années avec des règlements intermédiaires, il y a eu relativement peu de jours de travail perdus dans les conflits l’année dernière. Par exemple, en 2015, 25 300 jours de travail ont été perdus dans sept conflits.

En 2016 et 2014, pour la réalisation des principaux règlements, 165 798 et 148 009 jours ouvrables ont été perdus dans 14 et 10 conflits respectivement.

© NTB scanpix / #La Norvège aujourd’hui