Arrêt de broyage à l'aire de restauration de Sørenga - 3

Un arrêt de broyage à l’aire de restauration de Sørenga

Une aire de restauration à Sørenga à Oslo a été fermée avec effet immédiat: «Pas sûr», déclare l’Autorité de sécurité alimentaire (Mattilsynet) à Dagbladet.

– C’était sale, salissant et beaucoup de restes, selon Marit Kolle de l’Autorité de sécurité alimentaire.

Le Pop-up Food Court Beach Belly a ouvert ses portes en tant qu’offre aux visiteurs du Sørenga à Oslo. Ils devaient avoir l’offre d’un repas à un prix raisonnable sans avoir à chercher les restaurants habituels du quartier de la ville.

Superbe Balade en traineau avec des Huskies

Fermé sur place

Mais l’offre à seuil bas au bord de l’eau s’est arrêtée avant le week-end. Après seulement deux semaines de fonctionnement, l’aire de restauration a dû fermer suite aux ordres de l’Autorité norvégienne de sécurité des aliments.

Découvrez un magnifique Fjord

– Il n’était pas conseillé de le laisser continuer sans que des améliorations significatives ne soient apportées, dit Marit Kolle.

Quatre acteurs partagent les locaux de Sørenga. L’offre comprend des plats vietnamiens, érythréens, éthiopiens, afro-caribéens et thaïlandais, ainsi que des glaces.

L’Autorité norvégienne de sécurité des aliments a procédé à l’inspection après avoir reçu une notification de préoccupation. La chef du département, Marit Kolle, décrit la situation comme choquante.

– C’était sale, en désordre et beaucoup de restes. Il y avait un manque de toilettes pour le personnel et de lavabos approuvés. Il n’y avait pas d’installations pour laver le matériel et l’eau du robinet n’était pas assez chaude non plus, poursuit-elle.

Aurait pu tomber malade

Les invités qui se baignent à Sørenga ont été menacés par les eaux usées et les déversements de mazout cet été. Sans la répression de l’Autorité norvégienne de sécurité des aliments, les invités au bain pourraient facilement en avoir assez de la nourriture de l’aire de restauration, estime Kolle.

– Pure spéculation. Nous sommes préoccupés par l’hygiène. D’ailleurs, on ne prépare pas de nourriture, on vend de la nourriture qui est apportée ici d’ailleurs, c’est la réponse d’un des gérants de stand.

Le PDG de Søylen Eiendom, Carl Erik Krefting, propriétaire de l’atelier de Sørenga, n’est pas au courant de la fermeture avant que Dagbladet ne le contacte.

-Nous avons une autorité de sécurité alimentaire stricte et nous sommes heureux de l’avoir, est son commentaire général. Cancer souligne que le manque d’hygiène n’est pas acceptable pour les locataires de l’entreprise, mais que les conditions de cuisine sont la responsabilité de chaque locataire individuel. La société immobilière n’a pas le droit d’intervenir lors de la conclusion d’un contrat.

A travaillé toute la nuit

Le chef de projet Adiam Mingis était présent lors de l’inspection. Elle comprend les objections de l’Autorité norvégienne de sécurité des aliments et souligne leur désir d’accommoder les autorités. Après l’inspection, elle s’est emparée de la situation.

– Nous avons travaillé toute la nuit et le lendemain matin et avons demandé à l’Autorité de sécurité alimentaire de revenir, dit-elle.

En une journée, Mingis, avec l’aide de la municipalité d’Oslo et d’artisans flexibles, a réussi à remédier aux problèmes les plus graves. Après une inspection le lendemain, l’aire de restauration a été rouverte pour affaires. Même l’Autorité de sécurité alimentaire est impressionnée par la rapidité.

– Lors de l’inspection de suivi, nous nous sommes concentrés sur ce qui est dangereux pour la santé. Ils recevront un avis des choses à rectifier avec un délai un peu plus long. Le danger immédiat pour la santé a disparu, mais nous n’avons pas encore fini, dit Kolle.

© Dagbladet / #La Norvège aujourd’hui