Les libéraux se rassemblent après des journées mouvementées - 3

Les libéraux se blottissent au fond après une période mouvementée

La chef des libéraux (Venstre), Trine Skei Grande accepte la responsabilité des récentes turbulences dans le parti mais reçoit un coup de pied dans les fesses d’un autre sondage faible alors qu’elle rassemble les troupes.

– Les derniers jours ont été marqués par tout sauf la politique. Je dois reconnaître la responsabilité de cela. Maintenant, je suis très heureux qu’Abid [Raja] a accepté mes excuses et que nous nous sommes entendus, a déclaré Grande à ses collègues du parti lors de la réunion du comité national du parti samedi.

– Nous pouvons maintenant revenir à ce qui préoccupe tous ceux qui sont réunis ici, à savoir la politique des libéraux, les idées des libéraux et, surtout, l’impact des libéraux, souligne le chef du parti.

Découvrez un magnifique Fjord

Le député libéral, Abid Q. Raja, qui a assisté à la réunion de samedi, s’est maintenant affronté avec Grande, qui – au milieu du processus budgétaire au Parlement norvégien – l’a réprimandé au téléphone devant des membres d’autres partis. .

Découvrez les Aurores Boréales

– Maintenant, Trine a regretté cette conversation. Elle s’est excusée à la fois pour ce qu’elle a dit et à qui elle l’a dit [MP for the Conservatives, Aasheim, on speakerphone]. Je le prends à cœur et j’accepte pleinement les excuses, a déclaré Raja à NTB jeudi.

Pour souligner encore une fois que les deux ont laissé le passé révolu, Grande a commenté samedi ceci sur le processus budgétaire : – Juste pour que tout le monde soit au courant : Oui, je pense qu’Abid a fait un excellent travail en négociant l’accord au Parlement.

Problème d’électeur

L’épisode impliquant Grande et Raja n’est pas le plus gros problème auquel sont confrontés les libéraux. À peine un an après l’entrée du parti dans le gouvernement Solberg, il n’y a pas d’augmentation du soutien des électeurs.

Au cours des cinq derniers mois, les libéraux sont en moyenne sous le seuil de la barrière, selon le sondage du site des sondages. Samedi, le parti a reçu le soutien de 3,8% des personnes interrogées dans un sondage réalisé par Norfakta pour les journaux Nationen et Klassekampen.

– Nous sommes incapables de montrer comment les libéraux font la différence. La solution est de montrer aux gens comment mettre en place une politique climatique qui à la fois génère de la croissance et crée des emplois, a déclaré Grande à NTB.

Raja propose l’analyse suivante :

– Tout d’abord, nous devons être clairs sur notre position politique. Deuxièmement, nous devons communiquer ce que nous voulons politiquement. Troisièmement, nous devons faire passer ce que nous réalisons, énumère-t-il, ajoutant que le parti doit maintenant découvrir pourquoi il n’y est pas parvenu ces derniers temps.

– Nous devons renforcer la communication à l’extérieur et mieux mettre en évidence la politique des libéraux à l’extérieur. La tâche s’applique aux équipes locales, celles d’entre nous au Parlement et au Gouvernement.

Ne touchera pas à l’avortement

Les partis du gouvernement (conservateurs, parti du progrès et libéraux) sont actuellement en pourparlers avec les démocrates-chrétiens (KrF) au sujet d’un éventuel élargissement du gouvernement dirigé par Solberg. De véritables négociations sont attendues au début de l’année prochaine.

– Ce n’est pas seulement au tour des démocrates-chrétiens (KrF) de négocier. Les libéraux le feront aussi. Même si nous sommes fiers de ce que nous avons accompli à Jeløya, cet accord existe depuis près d’un an déjà, déclare Grande.

Elle tire cependant une ligne rouge : dans la question de l’avortement, les libéraux ne feront jamais partie de quoi que ce soit qui affaiblisse les droits des femmes.

– L’avortement est une affaire difficile. Il en a toujours été ainsi entre nous et les démocrates-chrétiens. Pour nous, la liberté de choix des femmes est fondamentale. Je pense que ce sera un processus exigeant.

Le Premier ministre Erna Solberg (conservateurs) a ouvert cet automne les négociations sur certaines parties de la loi sur l’avortement. Le message a été bien accueilli par KrF, mais rencontre l’opposition des libéraux (Venstre), du Parti du progrès (Frp) et même des conservateurs (Høyre).

L’Assemblée nationale des libéraux examine ce week-end une proposition d’Oslo Venstre de dire non aux modifications de la loi sur l’avortement.

La proposition stipule que les libéraux protégeront le droit à un avortement autodéterminé jusqu’à la douzième semaine et «envisageront une extension à la seizième ou à la dix-huitième semaine de grossesse». Il précise également que les libéraux ne veulent pas modifier le paragraphe 2c de la Loi sur l’avortement concernant les fœtus présentant un risque élevé de malformations graves (comme la trisomie 21).

© NTB scanpix / #La Norvège aujourd’hui