Jubilation pour les lauréats du Prix de la Paix - 3

Cérémonie forte et hommage jubilatoire aux lauréats du prix de la paix

Plusieurs milliers de personnes se sont réunies pour commémorer les lauréats du prix de la paix, Nadia Murad et Denis Mukwege. Des deux, le message était clair : il y a assez de sympathie, le monde doit agir.

« S’il y a une guerre à mener, c’est la guerre contre l’indifférence qui souffle sur notre société », a déclaré le lauréat du prix de la paix, Denis Mukwege, dans un discours après avoir reçu le prix de la paix lundi à l’hôtel de ville d’Oslo, aux côtés de l’Irakien. , Nadia Murad.

Les chiffres affichés lors de l’émouvant prix Nobel ont fait pleurer à la fois les lauréats, les membres de la famille royale et les politiciens.

Superbe Balade en traineau avec des Huskies

« Il y avait des histoires fortes qu’ils avaient à raconter », a déclaré la Première ministre Erna Solberg de Høyre (H) après la cérémonie.

Découvrez les Aurores Boréales

Trop c’est trop!

Mukwege travaille comme médecin à l’hôpital de Panzi au Congo, dans lequel il a été témoin de la violence brutale des femmes et des enfants dans les conflits armés pendant plusieurs années. Dans sa conférence Nobel, il a raconté une histoire terrible au sujet d’une fille de dix-huit mois qui avait été violée par un politicien local dans le village de Kuvamu.

La même chose est arrivée à au moins 48 autres enfants, sans que ni le monde ni la communauté ne répondent.

« Cela a été rendu possible par un État absent, car les valeurs traditionnelles se sont effondrées et l’impunité peut prévaloir, en particulier pour ceux qui sont au pouvoir », a déclaré Mukwege.

« Il y a eu assez de violence au Congo maintenant. Trop c’est trop! Paix maintenant ! était le message du lauréat du prix de la paix.

Bravo et larmes

Mukwege a été interrompu à plusieurs reprises par des acclamations et des applaudissements inhabituellement longs. La princesse héritière Mette-Marit et le chef du comité Nobel, Berit Reiss-Andersen, faisaient partie de ceux qui ont fondu en larmes.

Ils ont également entendu Nadia Murad, qui appartient à la minorité yézidie du nord de l’Irak. Avec des milliers d’autres femmes, elle a été faite prisonnière et utilisée comme esclave sexuelle par le groupe djihadiste IS.

La lauréate du prix de la paix a été clairement marquée, à la fois par ce à quoi elle a elle-même été exposée et par son engagement brûlant envers les coupables pour qu’ils soient tenus pour responsables.

 »Après le génocide du peuple yézidis, nous avons gagné la sympathie internationale et locale, et de nombreux pays ont réalisé qu’il s’agissait d’un génocide. Mais cela ne s’est pas arrêté », a déclaré Murad.

« Des jeunes filles sont vendues, achetées, retenues en captivité et violées chaque jour. Il est impensable que des dirigeants de 195 pays à travers le monde ne se mobilisent pas pour libérer ces filles », a-t-elle déclaré.

Prix ​​tant attendu

Parmi les invités qui ont rempli la mairie d’Oslo lors de la cérémonie, figurait l’avocate des droits de l’homme, Amal Clooney, qui se bat pour que l’EI soit un jour tenu pour responsable.

Le Comité Nobel a reçu de nombreux éloges pour avoir décerné le prix de la paix de cette année à Murad et Mukwege, qui ont tous deux été nominés à plusieurs reprises. Beaucoup pensent qu’il est grand temps que la lutte contre les violences sexuelles en temps de guerre et de conflit soit mise à l’ordre du jour.

Le fait que le prix soit populaire n’a pas été le moins rappelé à l’esprit lors de la marche traditionnellement aux flambeaux en l’honneur des lauréats lundi soir. Cette année, au moins quatre mille personnes étaient arrivées, et pour la première fois, les torches étaient épuisées, a déclaré l’organisateur, le Conseil norvégien de la paix, à NTB News.

Lorsque Murad et Mukwege se sont tenus sur le balcon du Grand Hôtel pour recevoir l’hommage, la jubilation s’est élevée jusqu’au ciel. Ensuite, ils sont allés à un dîner de gala de cinq plats où la famille royale, des dirigeants politiques et d’autres célébrités étaient présents.

© NTB scanpix / #La Norvège aujourd’hui