Un demandeur d'asile sur quatre cette année est originaire de Turquie - 3

Jusqu’à présent cette année, 2 882 demandeurs d’asile sont venus en Norvège ; 500 de moins qu’à la même période l’an dernier. Un demandeur d’asile sur quatre cette année est originaire de Turquie.

Fin novembre, la Direction de l’immigration avait reçu 723 demandes d’asile de citoyens turcs. En deuxième place, les Afghans avec 432 demandeurs, les Syriens sont troisièmes avec 396, tandis que 249 demandeurs d’asile d’Erythrée sont arrivés.

Fin novembre, 3 840 personnes vivaient dans des centres d’accueil pour demandeurs d’asile norvégiens, soit environ 1 800 de moins qu’il y a un an. 701 des résidents sont originaires de Turquie.

Découvrez les Aurores Boréales

Peu de refus
Les demandes d’asile des citoyens turcs ont été suspendues après que l’UDI a décidé en juillet d’arrêter le traitement des demandes d’asile des citoyens turcs dans l’attente d’une enquête plus approfondie. Les investigations se sont achevées cet automne et le traitement des demandes a repris. L’UDI a accordé l’asile à 69 Turcs jusqu’à présent cette année, tandis que huit ont été refusés.

Découvrez un magnifique Fjord

La plupart des Turcs soutiennent que les demandes d’asile sont liées au réseau interdit Gülen et poursuivies par les autorités turques. Jusqu’à présent, la plupart des personnes qui ont demandé l’asile sur cette base ont reçu une protection en Norvège, selon l’UDI.

La pratique continue
En octobre de l’année dernière, le ministère de la Justice a publié une circulaire déclarant que les citoyens turcs qui peuvent signaler un rattachement au réseau Gülen ont droit à une protection. Cette pratique se poursuivra, a annoncé l’UDI à NTB au début de l’automne.

L’UDI a réduit l’arriéré des demandes avec 2 459 demandes d’asile cette année, et un total de 1 329 personnes ont obtenu leur demande de protection en Norvège. Environ 75 pour cent de ceux qui ont reçu une protection viennent de Syrie ou d’Érythrée, montrent de nouveaux chiffres UDI.

La part de la subvention est de 72 pour cent pour ceux dont la demande est traitée. Pour les autres candidats, la part de la subvention est de 54 pour cent en moyenne.

—-