La solution à la volatilité des prix du pétrole - 3

La solution à la volatilité des prix du pétrole

Le prix du panier quotidien du pétrole de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) oscillait autour de 58,67 $ le baril au jeudi 13 décembre 2018. Il était à un sommet de 84 $ le baril au mois d’octobre 2018. Les prix du pétrole ont chuté à un nouveau bas, soulignant l’ampleur de la volatilité qui prévaut dans le secteur. Il est certainement crucial pour les pays producteurs et importateurs de trouver des moyens d’éviter les effets négatifs de la volatilité des prix du pétrole.

La baisse actuelle des prix du pétrole semble ressembler aux trois différentes périodes de volatilité qui ont secoué l’économie mondiale de 1985 à 1986, de 2008 à 2009 et de 2014 à 2016.

Il y a eu des effets positifs pendant les périodes de volatilité: la baisse des prix du pétrole s’est répercutée sur les consommateurs des pays développés. Les gouvernements des pays en développement comme l’Inde et la Chine ont bénéficié de la réduction des subventions sur le pétrole, réduisant ainsi leurs déficits budgétaires.

Superbe Balade en traineau avec des Huskies

Mais lorsque la baisse des prix est devenue la nouvelle norme, les pays producteurs de pétrole ont dû réduire les dépenses publiques pour éviter une catastrophe de «déficit budgétaire». Elle oblige également les décideurs et les économistes à diversifier leurs économies et à trouver de nouvelles sources de revenus pour faire face à leurs dépenses.

Allez voir les Baleines en Catamaran

Les bas prix poussent la banque centrale et le gouvernement des pays producteurs de pétrole à adopter une austérité aiguë et des politiques strictes pour sauver l’économie de la faillite. Mais lorsque les prix du pétrole augmentent, les mêmes politiques austères sont diluées et réduites pour poursuivre des politiques de dépenses généreuses. La hausse des prix du pétrole améliore évidemment le déficit du compte courant et réduit la situation de la dette extérieure d’un pays, mais ce phénomène est transitoire et les prix du pétrole peuvent baisser à tout moment. Les pays producteurs de pétrole doivent donc se méfier de la hausse des prix.

Le dilemme de la Norvège

La Norvège a utilisé sa richesse pétrolière pour devenir l’un des pays les plus riches et équitables du monde avec un produit intérieur brut nominal énorme de 109,8 milliards de dollars en juin 2018. L’exploration du pétrole et du gaz (de la mer du Nord) a été un tremplin pour le pays pour devenir prospère et indépendant.

Pour préserver la richesse, la Norvège n’a pas adhéré à l’OPEP et a en outre mis un prix sur les ressources naturelles en ligne avec les marchés mondiaux.

Même si elle dépendait des perspectives pétrolières comme seul revenu, la volatilité des prix du pétrole n’avait jamais affecté les revenus élevés, la richesse et le PIB par habitant élevé du pays. Cela était dû au fait que les recettes provenant des ressources étaient investies dans la Caisse de pensions du gouvernement de Norvège, qui comprend deux fonds souverains distincts appartenant au gouvernement de la Norvège. Ces fonds agissent comme une réserve pour éventualités. Celles-ci ont été formées avec la pleine conviction que les ressources naturelles cesseront d’exister à l’avenir et que le flux de revenus est incertain.

Cependant, la production de pétrole en Norvège a dépassé les attentes à ce jour, en particulier en raison de la technologie de pointe. Cette augmentation de la production des champs pétrolifères existants, conduisant même à une prévision positive prévue jusqu’en 2020.

Même avec une offre abondante, lorsque les prix du pétrole chutent, comme cela s’est produit en 2014, cela a poussé les gens à quitter l’emploi et les affaires, réduisant les revenus dans les caisses de l’État. Une énorme injection de fonds par le biais de politiques fiscales et monétaires, couplée à une baisse des taux d’intérêt par la banque centrale et à un investissement de 1 billion de dollars de fonds souverains, a sauvé le pays d’énormes déficits.

Leçon difficile

Ce fut une dure leçon pour les décideurs politiques et les banquiers. Maintenant que le prix du pétrole va vers le nord, plus de revenus reviennent au fonds de richesse. Le chômage et l’inflation sont sous contrôle. Donc, en ce moment, la banque centrale se méfie d’une marche dans le passé jusqu’en 2014.

Cela a été réitéré par Øystein Olsen, chef de la Banque centrale de Norvège (Norges Bank), lorsqu’il a déclaré:

« Il pourrait y avoir un risque que, lorsque le prix du pétrole devienne trop élevé, nous nous retrouvions dans une situation où le secteur est trop peu conscient des coûts. Le secteur pétrolier norvégien bénéficierait d’une moindre volatilité au fil du temps.

De plus, les pays non producteurs de pétrole de l’OPEP comme les États-Unis augmentent leur approvisionnement en utilisant des technologies d’avant-garde. C’est une menace pour les pays de l’OPEP, car ils ne monopolisent pas le prix.

En outre, des pays comme la Chine et l’Inde sont des moteurs économiques du monde, ayant les moyens de négocier et de faire baisser les prix du pétrole.

En outre, les pays riches producteurs de pétrole comme les Émirats arabes unis et le Qatar avaient déjà diversifié leurs économies vers des centres touristiques et financiers. Le grand frère de l’Arabie saoudite a fait des projets ambitieux pour transformer l’économie orthodoxe en une économie cosmopolite. Le plus étrange, l’Iran fournit du pétrole à d’autres pays pour un rabais défiant les sanctions américaines et fixe leur approvisionnement indépendamment de tout consensus avec les pays de l’OPEP. C’est une autre raison de la baisse des prix du pétrole.

Lorsque les pays riches en pétrole suivent une route inexplorée, la Norvège ne peut ignorer la tendance actuelle.

Les références

Forum économique mondial: Qu’est-ce qui se cache derrière la baisse des prix du pétrole?.

Opec: prix du panier quotidien de l’OPEP en décembre 2018.

Bloomberg: le chef de la banque centrale norvégienne craint maintenant le retour de 100 dollars de pétrole.

FMI: Rapport pays du FMI n ° 18/279 (pdf).

© #La Norvège aujourd’hui | Rajesh Trichur Venkiteswaran


Rajesh Trichur Venkiteswaran est journaliste indépendant et collaborateur régulier de Norway.mw. Il peut être contacté à cet e-mail.