Des humanistes demandent de l'aide pour les enfants de l'EIIL - Norway Today - 3

Des humanistes demandent de l’aide pour que les enfants de l’EIIL rentrent chez eux

« Les autorités norvégiennes sont obligées de veiller à ce que les enfants de parents qui ont soutenu l’EIIL en Syrie rentrent chez eux sains et saufs en Norvège », déclare l’Association des humanistes.

« Les enfants sont les otages des mauvais choix de leurs parents. Cela ne peut pas la Norvège s’asseoir et regarder. Les enfants ne peuvent pas être privés de leurs droits à cause des délires religieux de leurs parents », estime le chef des humanistes, Tom Hedalen.

L’organe directeur de la Fédération des humanistes (Human-Etisk Forbund) déclare que « ces enfants sont innocents et ne représentent pas la religion ou l’idéologie de leurs parents. En tant que citoyens norvégiens, ils ont « Tous les enfants ont des droits indépendants en vertu de la Convention des Nations Unies relative aux droits de l’enfant. Ces enfants sont des citoyens norvégiens. Cela oblige la Norvège à aider les 30 enfants norvégiens qui sont actuellement bloqués dans des camps dangereux à la suite de la guerre en Syrie », affirme le secrétaire général des humanistes, Trond Enger.

Découvrez les Aurores Boréales

Appris de nos erreurs

La Fédération exige que les autorités norvégiennes organisent activement le retour des enfants des membres norvégiens de l’EIIL en Norvège. Ces enfants ont droit à la fois à la réadaptation, à la protection, à l’éducation et aux soins comme tous les autres citoyens norvégiens, pensent les humanistes.

Allez voir les Baleines en Catamaran

The Humanists fait une comparaison avec le traitement que les enfants des femmes norvégiennes et des soldats allemands ont reçu après la Seconde Guerre mondiale. La Norvège doit donc prouver que nous avons appris des erreurs du passé.

« Les enfants de la guerre ont été stigmatisés et beaucoup ont vu leur vie détruite. Tirons les leçons de cette leçon pour mieux gérer cette situation », écrit le directoire.

N’enverra pas de personnel

De nombreuses femmes et leurs enfants sont coincés dans des camps en Syrie, en Norvège et dans d’autres pays ont montré peu ou pas de volonté de les ramener chez eux, a souligné à plusieurs reprises Save the Children ces derniers temps.

Le Premier ministre Erna Solberg (Conservateurs) est catégorique sur le fait que la Norvège ne peut pas envoyer de personnel pour aider les enfants norvégiens dont les parents soutiennent l’EIIL.

« Il y a des zones où nous n’enverrons pas de personnel diplomatique ou autre comme c’est le cas aujourd’hui », a déclaré Solberg à NTB.

ne sont pas djihadistes

Le lauréat du Prix indien de la paix, Kailash Satyarthi, a récemment lancé un appel aux pays européens pour qu’ils viennent en aide aux enfants.

« Ces enfants ne sont pas des djihadistes », souligne Satyarthi.

S’ils ne sont pas pris en charge et ne reçoivent pas la protection, les soins et le respect auxquels ils ont droit en tant qu’êtres humains, il existe une immense possibilité qu’ils soient maltraités et manipulés. Il vaut mieux les embrasser », poursuit Satyarthi.

Satyarthi a reçu le prix Nobel de la paix avec Malala Yousafzai en 2014.

67 000 à al-Hol en Syrie

« Plus de 60 000 hommes, femmes et enfants – pour la plupart des civils – sont sortis de Baghouz depuis que l’alliance de rébellion soutenue par les États-Unis, les SDF, a lancé la dernière offensive contre l’Enclave en janvier », informe le porte-parole des SDF, Kino Gabriel.

34 000 civils ont déjà été évacués de Baghouz. La plupart sont transférés dans un camp à al-Hol dans le nord-est de la Syrie. Le camp compte désormais 67 000 personnes, dont 90 % sont des femmes et des enfants, selon l’ONU.

© NTB Norway.mw / #La Norvège aujourd’hui