Erna Solberg n'offrira pas aux Britanniques un port sûr - 3

Il y a toujours un danger imminent d’un hard brexit, prévient Erna Solberg. Mais le Premier ministre ne veut pas proposer l’EEE comme solution de crise.

Dans le débat britannique, l’EEE a souvent été mentionnée comme un possible «port de refuge» pour le Royaume-Uni en cas d’échec du processus de Brexit. Mais une telle solution suscite de fortes objections de la part de Solberg.

« Nous ne pouvons pas avoir de stations intermédiaires dans un système aussi complexe que l’EEE, où vous aurez un pays qui ne stationnera là-bas que pendant une courte période », explique Solberg.

Superbe Balade en traineau avec des Huskies

Ce sera difficile à gérer pour les autres.

Là déjà
L’idée du débat britannique est que la Grande-Bretagne est déjà partie à l’accord EEE en tant qu’État membre de l’UE et qu’il devrait donc être possible pour les Britanniques de faire rapport à l’AELE et donc de rester dans l’accord.

Allez voir les Baleines en Catamaran

De cette manière, l’EEE pourrait devenir un port d’urgence qui résoudrait un grand nombre de problèmes pratiques qui se poseraient si les Britanniques étaient contraints de quitter l’UE sans avoir reçu un accord de retrait sur mesure.

« Mais l’EEE est trop compliqué pour l’utiliser simplement comme une passerelle », explique Solberg. Selon elle, c’est une erreur de commencer à élargir le menu des solutions possibles maintenant.

« Je crois que ce dont ils ont besoin avant tout au Royaume-Uni, c’est de la prise de décision. »

Invité d’honneur
Vendredi, Solberg était l’invité d’honneur du sommet de l’UE à Bruxelles.

Où elle a été invitée avec l’Islande et le Liechtenstein pour marquer le 25e anniversaire de l’entrée en vigueur de l’accord EEE.

En route vers le sommet, le Premier ministre norvégien a reçu plusieurs questions de la presse internationale sur le « modèle norvégien » comme alternative pour les Britanniques. Mais Solberg répondit évasivement.

Selon elle, il n’y a aucune raison pour que la Norvège enseigne aux Britanniques.

Il est important que les Britanniques eux-mêmes décident de ce qu’ils veulent, dit-elle.

Le Brexit est exposé
La célébration de l’EEE était en contraste frappant avec ce qui a autrement dominé le sommet, à savoir la crise profonde autour du Brexit.

La veille au soir, l’UE et le Royaume-Uni ont convenu de reporter le divorce d’au moins deux semaines jusqu’au 12 avril. C’est un accord que Solberg salue.

« C’est bien en soi qu’il y ait plus de temps. Mais la chose la plus importante est que le Royaume-Uni commence à décider, qu’il ne se contente pas de voter contre les propositions, mais qu’il vote pour une voie à suivre », a déclaré Solberg.

«Ça donne un peu plus de temps pour comprendre. Mais il y a toujours un danger imminent d’un hard brexit », prévient-elle.

© NTB Norway.mw / #La Norvège aujourd’hui