Les Norvégiens s'inquiètent de la pollution de l'air - mais évitez la compensation climatique - 3

Plus de 50% des Norvégiens pensent que le trafic aérien est un problème environnemental et une personne sur trois a mauvaise conscience lors de la commande de billets d’avion. Néanmoins, peu de gens veulent abandonner les vols et la plupart des gens n’achètent jamais non plus de compensation climatique pendant le voyage.

Ce sont des chiffres qui apparaissent dans l’enquête annuelle de développement durable scandinave de KLM développée par Ipsos.

D’un point de vue environnemental, l’avion est le mode de transport qui a été le plus discuté au cours de l’année écoulée. Chiffres de
L’enquête de développement durable de KLM montre que l’attitude des Norvégiens à l’égard de l’aviation a changé et que l’on s’attend de plus en plus à ce qu’il soit durable de voler.

Superbe Balade en traineau avec un guide Sami

«L’industrie du transport aérien peut et doit devenir plus durable, mais la solution n’est pas de voyager moins, mais de mieux voler. Le problème fondamental est le manque de carburant durable, pas le vol lui-même. Notre point de départ est que les carburants fossiles seront supprimés dans un proche avenir, c’est pourquoi nous investissons dans une utilisation accrue des biocarburants », a déclaré Paul Terstegge, directeur général d’Air France-KLM Norden.

Superbe Balade en traineau avec des Huskies

Prêt à payer plus pour des voyages respectueux du climat

L’enquête montre que la plupart des Norvégiens, soit plus des deux tiers (76%) de la population, n’achètent pas de compensation climatique lors de l’achat de billets d’avion.

Dans le même temps, beaucoup ont répondu qu’ils voyageraient avec une entreprise qui investit dans la réduction de l’impact climatique – même si cela signifierait un prix plus élevé sur le vol. 42% ont déclaré qu’ils accepteraient un prix plus élevé si la compagnie aérienne faisait des choix respectueux du climat.

Dans le cas des associations norvégiennes avec des vols durables, la plupart de cela est lié aux avions économes en carburant (56%), suivis de l’importance de la pleine capacité (45%) et des avions fonctionnant aux biocarburants (35%). 2 Norvégiens sur 10 associent l’électrification à des vols durables (20%).

«Les politiciens et les entreprises doivent mieux travailler ensemble si l’industrie veut réussir sa transition verte. Vous allez rarement loin si vous êtes seul  »
Paul Terstegge a conclu.

© NTB Norway.mw / #La Norvège aujourd’hui