Vote urbain contre les murs à péage cet automne - 3

De nombreux Norvégiens voteront contre les murs à péage cet automne

La résistance contre les murs à péage à l’intérieur et autour des grandes villes pourrait bien coûter cher aux partis politiques établis. Celles-ci, conjuguées aux taxes déjà élevées sur les transports, signifient que la partie anti-péage (FNB) semble faire des percées majeures. «La question des murs à péage a un potentiel explosif», estime le chercheur électoral, Svein Tore Marthinsen.

FNB (The People’s Action No To More Tolls) a réussi à rassembler des listes électorales dans cinq comtés: Oslo, Rogaland, Telemark, Vestfold, Vestland et Viken. En outre, la FNB, enregistrée en tant que parti national, est présente dans onze communes de la région de Skien, du nord de Jæren et de la région de Bergen. FNB est originaire de Stavanger, où elle détient actuellement 3 sièges au conseil municipal.

À Drammen, les électeurs peuvent voter pour la liste Non aux murs à péage, et à Tromsø, les experts peuvent choisir entre deux listes: Non aux péages et la liste des villes et des pays. Ce dernier a également d’autres questions à son ordre du jour mais a pris de l’ampleur avec sa résistance contre les stations de péage prévues.

Superbe Balade en traineau avec un guide Sami

Les résistances à péage n’ont pas réussi à faire de même à Kristiansand et à Trondheim. Cela peut être lié au fait que les habitants n’en ont pas encore autant ressenti les conséquences.

Découvrez un magnifique Fjord

les personnes qui s’opposent aux péages, qui estiment que c’est la question la plus importante de l’élection, ont ainsi amplement l’occasion d’utiliser le bulletin de vote pour faire entendre leur voix. Parmi les partis traditionnels, le Parti du progrès est le seul à s’opposer officiellement aux péages (à la fois les murs à péage et les routes). Cependant, ils n’ont jamais opposé leur veto à un seul projet pendant qu’ils étaient au gouvernement.

«La question du péage a suffisamment de pouvoir pour permettre de se mobiliser en une seule élection. Ces listes peuvent devenir un facteur décisif, mais la question est de savoir si elles peuvent maintenir leur élan jusque-là », a déclaré à NTB le chercheur électoral, Svein Tore Marthinsen.

La FNB a recueilli près de 17 pour cent de soutien dans un sondage réalisé par Bergens Tidende la semaine dernière. Le parti est donc le troisième plus grand à Bergen pour le moment.

Bien organisé

Marthinsen déclare qu’il n’y a toujours pas de sondages qui incluent le soutien à la FNB au niveau national, mais estime que les anti-péage devraient être félicités pour avoir réussi à s’organiser et à se présenter aux élections dans tant d’endroits.

«Une chose est d’avoir un engagement. C’est un pas en avant à partir de là pour amener les gens à se présenter et à recueillir suffisamment de signatures. C’est un travail d’organisation plutôt bon », observe-t-il.

Marthinsen estime que l’engagement sur cette question ne doit pas surprendre les partis politiques établis.

«Il a probablement été clair pour certains que les péages sont impopulaires», déclare le chercheur. Il ajoute que le large soutien à Bergen a peut-être été un signal d’alarme pour beaucoup, même ainsi.


Accords controversés

Bon nombre des municipalités dans lesquelles les opposants au péage se présentent aux élections sont situées dans des zones qui ont déjà ou sont sur le point de recevoir des accords dits de «croissance urbaine» avec l’État norvégien. Cela signifie que les péages seront utilisés pour financer les transports en commun, les itinéraires pédestres et cyclables, en plus des projets routiers. L’objectif est de forcer moins de personnes à voyager en voiture, respectant (trop) l’engagement du Parlement envers l’Accord de Paris.

Les opposants soulignent le fait que l’objectif est un plafonnement absolu du nombre de voitures sur les routes norvégiennes, ignorant le fait que la population augmente et qu’ils choisissent des véhicules beaucoup plus écologiques qu’auparavant.

Environ quelques murs à péage

  • À Bergen et dans les environs, environ 1 milliard de NOK de péages seront nécessaires chaque année jusqu’en 2037 pour financer la soi-disant «promotion environnementale» (Miljøløftet) et rembourser les dettes des projets déjà achevés.
  • Une facture, d’un montant total de 25 milliards NOK, sera émise aux automobilistes de la région de Stavanger (Nord Jæren) pour financer le «Paquet Environnement Urbain» avec, entre autres, des bus, des voies cyclables (peu fréquentées) et des projets routiers. Une grande partie va, cependant, au paiement des dettes existantes et à l’administration pure du mur de péage, selon Stavanger Aftenblad.
  • Oslo et Akershus se verront offrir 52 stations de péage supplémentaires le 1er juillet afin de financer le «Oslo Package 3» – le plus cher des accords sur l’environnement urbain en Norvège. Cela impliquera essentiellement une réduction continue de tout le trafic dans la ville, au lieu de l’entourer.
  • 7,5 milliards de NOK de revenus de péage seront dépensés à Trondheim sur divers projets jusqu’en 2029.
  • L’objectif de la région de For the Drammen était que le Parlement traite le soi-disant «Buskerud City Package 2» avant l’été. Dix hauts de liste des conservateurs ont déclaré la semaine dernière qu’ils ne l’appuieraient pas. Les opposants au bilan affirment avoir recueilli près de 30 000 signatures. Le conseil municipal se prononcera en outre sur une proposition du Parti du progrès de rejeter le paquet déjà négocié le 30 avril.

© NTB Norway.mw / #La Norvège aujourd’hui