Les personnes âgées trompées plus souvent par Fake News - 3

Les personnes âgées trompées plus souvent par Fake News

La moitié des personnes de plus de 60 ans ont du mal à reconnaître si un cas d’actualité est Fake News, selon une enquête du Norwegian Media Supervisory.

«Nous avons besoin d’un effort important pour accroître la compréhension critique des médias parmi les plus de 60 ans», déclare Mari Velsand, directrice de la supervision des médias.

La supervision a, pour la première fois, cartographié la situation concernant la compréhension critique des médias par les Norvégiens. L’une des principales conclusions est que les Norvégiens de la tranche d’âge des 60 ans et plus ont des problèmes majeurs pour faire face à la réalité actuelle des médias numériques.

Allez voir les Baleines en Catamaran

«C’est un défi pour la démocratie», estime Velsand, ajoutant:

«La compréhension critique des médias est constituée des connaissances et des compétences dont la population a besoin pour s’orienter et faire des choix éclairés sur le contenu médiatique qu’elle consomme, crée et partage.»

Superbe Balade en traineau avec un guide Sami

Ne vérifie pas les fausses nouvelles

Il y a cinq constats concernant la tranche d’âge plus âgée qui inquiètent la supervision des médias:

  • Beaucoup de plus de 60 ans ont des compétences numériques plus faibles, ce qui est important pour la compréhension critique des médias.
  • Les personnes âgées ont la moins bonne compréhension des activités numériques (telles que les likes et les googles) qui affectent le contenu auquel elles sont exposées sur leur propre page Facebook.
  • Seuls trois sur dix âgés de plus de 60 ans parviennent à reconnaître toutes les sources dans une recherche Google (sept sur dix dans la tranche d’âge 30-44 ans le peuvent).
  • La moitié des plus de 60 ans ne reconnaissaient pas ou ne savaient pas si un article était de la Fake News.
  • Les personnes âgées ont moins de méthodes pour vérifier si un cas est Fake News ou non (seulement trois sur dix effectuent des recherches numériquement).

«Une des conséquences peut être que ce groupe contribue par inadvertance à la diffusion de Fake News. Ils courent le risque de devenir plus incertains sur le numérique et de se retirer de la peur de se tromper. Les deux sont des problèmes que nous devons prendre au sérieux », souligne Velsand.

Quatre groupes

Plus de 1 300 personnes âgées de 16 à 100 ans ont répondu aux questions et résolu des tâches liées à l’enquête (pdf). Ils sont testés sur leur capacité à distinguer le contenu commercial du contenu éditorial, la compréhension des structures médiatiques et des modèles de financement, leur capacité à critiquer la source et la confiance générale dans les médias.

L’Autorité norvégienne des médias divise la population en quatre grands groupes sur la base de l’enquête. La plupart (43%) appartiennent au groupe «Compréhension des médias hautement critiques», tandis que le moins (9%) est classé dans la catégorie la plus basse «compréhension des médias critiques faibles». Le revenu et l’éducation sont les principaux facteurs de la fracture.

La plupart des personnes âgées font partie du deuxième groupe, mais le plus bas, «compréhension médiatique moyenne orientée vers l’analogique». La particularité est qu’ils ont beaucoup de connaissances sur les médias traditionnels et la réglementation des médias, et peu de connaissances sur les médias numériques.

La deuxième catégorie la plus élevée «compréhension médiatique médiatique orientée vers le numérique» est dominée par les femmes plus jeunes. Il se caractérise par une compétence numérique élevée, mais une connaissance limitée des médias traditionnels et de la réglementation des médias.


Travailler aussi avec les jeunes

Velsand estime que cela montre que le superviseur des médias norvégien a également un travail monumental à faire envers les jeunes.

«Les plus jeunes sont plus concernés par des sujets spécifiques et passent moins de temps sur les médias norvégiens contrôlés par la rédaction. Cela peut rendre ce groupe plus vulnérable, même si les jeunes possèdent souvent de bonnes compétences numériques », explique-t-elle.

L’enquête a été préparée par le superviseur des médias en collaboration avec Kantar Media et des chercheurs en médias de l’Université de Bergen. La supervision a également fait appel à un groupe de référence externe composé de représentants du monde universitaire, de l’industrie des médias, des environnements technologiques et d’experts des consommateurs.

Les catégories

Compréhension critique élevée des médias

  • 43 pour cent
  • Principalement avec des études supérieures, des revenus élevés, des jeunes et des hommes.
  • Score relativement élevé sur la plupart des formes de compréhension critique des médias. Lit de nombreux journaux et s’intéresse beaucoup aux nouvelles.

Compréhension moyenne des médias orientée numériquement

  • 28 pour cent
  • Surtout plus jeunes et femmes
  • Grande connaissance des algorithmes, propriété des médias en ligne et confidentialité, faible connaissance de la propriété des médias traditionnels et de la réglementation des médias

Compréhension moyenne des médias orientés vers l’analogique

  • 20 pour cent
  • Principalement des personnes âgées
  • Beaucoup de connaissances sur les médias traditionnels et la réglementation des médias, peu de connaissances sur les médias numériques. Les journaux papier et la télévision sont les principales sources d’information

Faible compréhension critique des médias

  • 9 pour cent
  • Ont le plus souvent un faible revenu et aucun enseignement supérieur
  • Score inférieur sur la plupart des indicateurs.
  • Lit très peu de journaux et s’intéresse moins aux nouvelles.

© #La Norvège aujourd’hui