Intervient dans les cas d'intimidation Drangedal - 3

L’État intervient dans les affaires de harcèlement de Drangedal

Le gouverneur du comté a donné des ordres à l’école Drangedal (1st – dixe grade) dans trois cas d’intimidation ces dernières années, mais la municipalité refuse de donner suite. Maintenant, l’État norvégien intervient.

«Les affaires se sont toutes terminées avec la victoire des parents dans leur plainte. À la suite du dernier cas, le gouverneur du comté s’est rendu à l’école pour guider l’application de la loi sur l’éducation », informe Marit Gravklev, conseillère principale du gouverneur du comté de Vestfold & Telemark.

49 étudiants précédents ont contacté l’avocat Vibeke Hein Bæra depuis l’automne dernier. Les anciens élèves affirment avoir été victimes d’intimidation dans les écoles de Drangedal. Les cas remontent aux années soixante-dix.

Le gouverneur du comté de Vestfold & Telemark a ouvert un dossier d’audit contre l’école de 10 ans de Drangedal en janvier. La raison n’est pas le nombre de cas, mais le manque de compréhension juridique et les infractions qui en résultent, selon Gravklev. Le dossier d’audit devrait être terminé cet automne.

Merci mais, non merci

Selon Hugstmyr, les écoles de Drangedal se sont vu proposer de rejoindre le programme de suivi sous les auspices de la Direction de l’éducation. En effet, ils ont un score inférieur à la limite critique concernant plusieurs conditions dans l’environnement d’apprentissage.

La municipalité de Drangedal a refusé de participer à ce programme en 2017.

Le directeur municipal et directeur de l’école de 10 ans de Drangedal, Stein Hugstmyr, dit à NTB qu’il n’a pas une vue d’ensemble de ce qui en était la base. la municipalité s’est vu proposer à nouveau de participer. Drangedal a soumis une candidature la semaine dernière, acceptant ainsi l’offre.

Hugstmyr souligne qu’il est devenu le directeur tout récemment.

Problème persistant

Des études révèlent que l’intimidation a été un problème à l’école de 10 ans de Drangedal ces dernières années.

Selon les chiffres de l’enquête sur les élèves 2017-2018, 25,6% des élèves de 10e année ont répondu qu’ils avaient été victimes d’intimidation au moins 2 à 3 fois par mois.

L’année scolaire dernière, ce chiffre est tombé à 14% des élèves. La moyenne nationale des brimades / mobbing est de 6,1%.

«L’enquête auprès des étudiants montre que la municipalité est confrontée à des problèmes d’intimidation. Même si le résultat s’améliore, il reste au-dessus de la moyenne nationale. De toute évidence, cela en dit long sur les défis auxquels nous sommes confrontés », souligne le directeur municipal, avec le directeur.


Nombre significatif de cas à Drangedal

Il y a eu une douzaine de cas d’intimidation à l’école, où des plans d’activités et des mesures ont été préparés, au cours des deux dernières années, éclaire Hugstmyr. Dans trois de ces cas, l’école a ainsi reçu des ordres du bureau du gouverneur du comté.

Hugstmyr dit que ce n’est pas une situation agréable dans laquelle se trouver, mais que c’est le propriétaire administratif de l’école qui est chargé de s’assurer que les systèmes nécessaires sont en place.

«Il est naturel que dans certains cas, on ne puisse pas répondre aux exigences qui ont été fixées. C’est parce qu’il y a eu un nombre important de cas à traiter pour l’école », conclut-il.

39 dossiers étudiants

L’avocat des 49 anciens élèves a déposé des demandes d’accès à leurs dossiers étudiants. Elle en a reçu 39 jusqu’à présent.

«Des demandes d’indemnisation seront déposées contre la municipalité dans ces cas», a déclaré l’avocat à NTB.

«Il sera examiné – sur une base individuelle – si les affaires seront transmises au tribunal si les demandes adressées à la municipalité ne sont pas satisfaites», conclut Bæra.

Articles Liés

L’école fait trop peu contre l’intimidation
Un ancien élève reçoit 850000 NOK dans une affaire d’intimidation

© NTB Norway.mw / #La Norvège aujourd’hui