Les travailleurs étrangers perdent jusqu'à 30000 NOK par an - 3
Travailleur étranger.Photo.Pixabay

Un employé de l’administration fiscale a mis en garde contre une mauvaise interprétation des règles de l’EEE en 2010. Un grand groupe de travailleurs étrangers a alors perdu jusqu’à 30 000 NOK par an.

Les autorités fiscales ont corrigé l’erreur lorsque l’organisme de réglementation de l’UE, l’ESA, a demandé à la Norvège de modifier la pratique l’année dernière, rapporte Klassekampen.

L’erreur signifie que de nombreux travailleurs étrangers se sont vus refuser ce qu’on appelle le «statut de navetteur» et donc des déductions fiscales. Un navetteur est un salarié qui passe la nuit loin de chez lui à cause du travail. On ne sait pas combien de personnes ont été touchées, mais les navetteurs doivent eux-mêmes prendre l’initiative d’obtenir le bon règlement fiscal.

Découvrez les Aurores Boréales

L’agence a exigé que les navetteurs familiaux soient en mesure de prouver qu’ils effectuent au moins trois à quatre voyages à domicile par an pour obtenir le statut de navetteurs. La déduction peut réduire l’impôt jusqu’à 30 000 NOK par an.

Allez voir les Baleines en Catamaran

Le ministère des Finances a maintenant changé sa pratique. Néanmoins, le ministère n’obligera pas l’administration fiscale à réexaminer tous les anciens cas, écrit le journal.

«Le ministère des Finances suppose que le contribuable peut également modifier la déclaration de revenus des années de revenu avant 2018 selon les règles normales. Cela signifie que les contribuables peuvent modifier la disposition jusqu’à cinq ans en arrière, conformément à la façon dont les règles relatives aux navetteurs sont maintenant appliquées. Les contribuables doivent alors soumettre soit un nouvel avis fiscal, soit une plainte, et verront leur règlement fiscal corrigé sur cette base », a déclaré Helene Megaard, conseillère principale en communication au ministère des Finances, dans une réponse au journal.

En ce qui concerne la notification de l’erreur par l’employé fiscal en 2010, l’administration fiscale a répondu qu’il n’est pas rare d’avoir des discussions professionnelles sur l’interprétation de la réglementation au sein de l’agence et a déclaré qu’elle écouterait et évaluerait toutes les contributions reçues.

© NTB Norway.mw / #La Norvège aujourd’hui