Comptez sur ceux qui n'ont pas de fond A4 - 3

Le ministère du Travail et des Affaires sociales Torbjørn Røe Isaksen (Høyre / Parti conservateur) veut que plus de gens qui ne sont pas «A4» travaillent. Lundi, le gouvernement se réunit pour une vie professionnelle inclusive.

Le gouvernement impose un lourd fardeau à la réunion d’Oslo liée à la soi-disant période d’inclusion, l’engagement du gouvernement à faire travailler plus de personnes.

«La réunion sera importante afin de maintenir la pression pour amener plus de gens à l’extérieur, dans la vie professionnelle», a déclaré Isaksen à NTB.

Outre le ministère du Travail et des Affaires sociales, la Première ministre Erna Solberg (Høyre), le ministre des Collectivités locales et de la Modernisation Nikolai Astrup (Høyre) et le ministre de la Culture et de l’Égalité Abid Raja (Venstre / Parti libéral) y participent.

Bonne expérience
Des représentants des salariés et des employeurs font également partie de ceux qui seront présents.

«L’expérience de nombreuses entreprises que j’ai visitées est que celles qui prennent le risque de choisir une personne qui n’est pas tout à fait A4 ont des employés dévoués et fidèles», déclare Isaksen.

Il a pris la direction du ministère du Travail et de l’Inclusion sociale le 24 janvier.

La journée de l’inclusion a été lancée en 2018 dans le cadre de la plateforme Jeløya et s’est poursuivie à Granavolden il y a un an.

En attente de chiffres
Parmi les objectifs lancés en 2018 figurent que 5% des nouveaux employés dans l’État devraient être des personnes handicapées ou des soi-disant lacunes dans le CV.

«Cela est déjà en cours de mise en œuvre», déclare Isaksen.

Cependant, le gouvernement n’a pas fixé de date à laquelle l’objectif devrait être atteint. Il n’a pas non plus de chiffres indiquant quel est le pourcentage aujourd’hui, selon Isaksen.

«L’obligation de rendre compte fait partie de l’objectif, nous pourrons donc dire où nous en sommes à l’avenir», dit-il.

De plus en plus de jeunes handicapés
Le nombre de personnes handicapées âgées de 25 à 29 ans a augmenté ces dernières années. Lorsque le gouvernement Solberg a pris la relève en 2013, il y en avait 5 227. En 2019, à titre de comparaison, il y en avait 11158, selon les chiffres de Nav.

«Cela ne suffit pas. Ce qui m’inquiète le plus, ce sont ceux qui abandonnent définitivement leur travail ou ceux qui ne viennent jamais, et en particulier les jeunes handicapés », déclare Torbjørn Røe Isaksen.

Le cycle d’inclusion se concentre sur trois axes: la réduction du risque pour les employeurs lors de l’embauche, le renforcement de l’offre pour les demandeurs d’emploi souffrant de troubles mentaux et / ou de problèmes de toxicomanie et le renforcement des opportunités de formation.

© NTB Norway.mw / #La Norvège aujourd’hui