Enquête : 85% des Norvégiens soutiennent la grève des chauffeurs de bus - 3

Un total de 85% des Norvégiens ont une certaine ou une grande sympathie pour les chauffeurs de bus en grève du pays, selon une enquête menée par Opinion for Fagbladet et FriFagbevegelse.

Au total, 54% des personnes interrogées ont en grande partie de la sympathie pour les chauffeurs de bus, tandis que 31% ont une certaine sympathie pour la grève.

De plus, 56% des personnes interrogées sont entièrement d’accord pour dire que les chauffeurs de bus méritent un salaire comparable à celui des travailleurs industriels.

Au total, 73 % pensent qu’il est avant tout de la responsabilité des employeurs de trouver une solution pour mettre fin à la grève.

« Cela montre également que les gens pensent que nous avons des demandes équilibrées et justes », a noté le dirigeant syndical Jørn Eggum à Fellesforbundet.

Dialogue établi

Mercredi après-midi, toutes les parties au conflit de la grève des bus ont rencontré le conciliateur d’État de Norvège (Riksmekleren).

La réunion, qui a commencé à 12 heures, est l’initiative du médiateur Mats Wilhelm Ruland pour mettre fin à la grève, qui en est maintenant à sa dixième journée.

Il a déclaré à FriFagbevegelse que cette grève était la plus importante qu’il ait connue au cours de son mandat à l’institution.

« C’est une mesure extraordinaire, et c’est aux parties au conflit des bus à venir », a-t-il déclaré.

Mardi après-midi, Yrkestrafikkforbundet, Fellesforbundet, Fagforbundet et Norsk Jernbaneforbund du côté des employés et NHO Transport og Spekter du côté des employeurs ont confirmé qu’ils rencontreraient le conciliateur d’État.

Avant la réunion, plusieurs des parties du côté des employés ont déclaré qu’elles s’attendaient à ce que le côté de l’employeur ait quelque chose à offrir.

Cela fait maintenant dix jours que la médiation des bus s’est effondrée le 20 septembre.

Ce week-end, la grève s’est intensifiée et 4 500 autres chauffeurs de bus ont rejoint les 3 800 chauffeurs qui étaient déjà en grève.

© NTB Norway.mw / #La Norvège aujourd’hui