Jusqu’à 45% de la population a peur que les enfants et les jeunes se sentent plus seuls au cours des six derniers mois, selon une nouvelle enquête de la Croix-Rouge.

La vie quotidienne des Norvégiens a radicalement changé depuis le début de la pandémie de corona.

La fermeture de la société a conduit de nombreux jeunes à perdre des lieux pour se réunir en toute sécurité, a noté Pernille Lemming, chef du Conseil des soins de la Croix-Rouge.

« Des lieux de rencontre sociaux permanents ont été perdus ou modifiés, et vous rencontrez moins souvent vos amis et votre famille qu’auparavant.

« Des vies plus isolées peuvent affecter notre santé mentale. Les troubles persistants et l’incertitude concernant la situation de l’infection peuvent également affecter la santé mentale », a-t-elle déclaré dans un communiqué de presse.

Les jeunes s’inquiètent aussi

La proportion de ceux qui s’inquiètent de la solitude des enfants et des jeunes est la plus élevée dans l’est de la Norvège et à Oslo.

Ce sont aussi les plus jeunes qui s’inquiètent le plus de la solitude – jusqu’à 66% des personnes interrogées entre 16 et 25 ans sont inquiètes.

Au total, 2 693 personnes ont répondu à l’enquête nationale menée par Opinion au nom de la Croix-Rouge.

Le samedi 10 octobre est la Journée mondiale de la santé mentale et le thème de cette année est « Demandez plus ».

« En demander plus contribue à plus d’ouverture et de compréhension… Les jeunes et les vieux doivent oser demander : Comment allez-vous ? Te sens-tu seul? Faisons une promenade?” dit Lemming.

Dans plusieurs endroits du pays, la Croix-Rouge a maintenant relancé les activités des enfants et des jeunes.

© NTB Norway.mw / #La Norvège aujourd’hui