La police révèle de nouveaux détails sur une fille norvégienne portée disparue depuis plus de 30 ans - 3
Photo: HO / NTB

Plus de 30 ans après la disparition de Thérèse Johannessen sans laisser de trace, son profil ADN a émergé. Dans le même temps, la police ferme la piste controversée de connexion avec le Pakistan de l’enquête.

L’information est apparue dans la nouvelle série documentaire «Thérèse – la fille qui a disparu», qui sera diffusée sur la radio norvégienne (NRK) à partir de dimanche.

Thérèse Johannessen, 9 ans, a disparu sans laisser de trace de Fjell à Drammen le 3 juillet 1988.

«L’ADN de Thérèse a été trouvé sur une taie d’oreiller et une gomme à effacer, et ces deux-là qui ensemble nous ont donné un profil», a déclaré à NRK Kjell Johan Abrahamsen, un procureur du district de police du sud-est.

Cela signifie que la police peut identifier Thérèse si elle se présente ou si sa dépouille est retrouvée.

Piste de connexion pakistanaise abandonnée

La série documentaire révèle également que la police a fermé la piste de connexion pakistanaise très discutée de l’enquête.

La mère de Thérèse était en couple avec un Pakistanais avant de rencontrer le père biologique de Thérèse.

La piste était basée sur l’idée que Thérèse était potentiellement la fille de l’homme pakistanais et que sa famille l’avait enlevée.

La police n’a aucune indication ou preuve pour le croire.

La série indique également que l’homme et sa famille ont vécu les soupçons d’enlèvement comme un fardeau pendant plusieurs années.

© NTB Norway.mw / #La Norvège aujourd’hui