Plus de la moitié des enseignants norvégiens ont envisagé de chercher un nouvel emploi en raison de Corona - 3

Selon une nouvelle enquête, 53% des enseignants norvégiens ont postulé ou envisagent de travailler en dehors de l’école en raison de la pandémie corona.

Dans une enquête que Respons Analyze a menée pour le syndicat Utdanningsforbundet, la grande majorité des répondants ont répondu qu’ils se sentaient surchargés de travail, exposés à l’infection et sous-payés pour le travail supplémentaire pendant la pandémie, écrit le journal VG.

Plus de la moitié des 1 202 enseignants interrogés ont postulé pour un emploi (11%) au cours des deux dernières années ou envisagent de soumettre une demande d’emploi (42%) pour des postes en dehors de l’école.

Au total, 85% ont déclaré avoir travaillé beaucoup plus (50%) ou plus (35%) que d’habitude dans les mois suivant la fermeture de l’école entre le 12 mars de l’année dernière et les vacances d’été de 2020.

La plupart des répondants, six sur dix, ont déclaré que les mesures spécifiques de contrôle des infections physiques à l’école sont à l’origine du travail supplémentaire.

Pas de rémunération des heures supplémentaires

En outre, 92% des enseignants du primaire et du secondaire ont répondu qu’ils n’avaient pas du tout été rémunérés pour les heures supplémentaires.

Pour les enseignants du deuxième cycle du secondaire, ce chiffre s’élevait à 96%.

Le ministre de l’Éducation, Guri Melby (V), a déclaré au journal qu’il n’est pas viable que les enseignants ne soient pas rémunérés pour leur travail supplémentaire extraordinaire.

Elle a noté que toutes les municipalités et les municipalités de comté avaient été clairement informées que la situation de l’école liée à la corona durerait environ un an et demi au total.

Les multiples milliards de couronnes qui ont été alloués aux municipalités et aux municipalités de comté devraient être consacrés, entre autres, aux heures supplémentaires et au personnel temporaire, a déclaré Melby au journal.