Le Conseil de l'Europe demande aux services norvégiens de protection de l'enfance de mieux aider les familles minoritaires - 3

Le service de protection de l’enfance doit renforcer la confiance et devenir meilleur pour aider les familles minoritaires, recommande le Conseil de l’Europe. Ils demandent également à la Norvège de se concentrer sur les personnes trans dans le nouveau plan d’action.

Ces dernières années, de nombreuses affaires de protection de l’enfance ont été portées devant la Cour européenne des droits de l’homme à Strasbourg, et la Norvège a été impliquée dans plusieurs d’entre elles.

La Cour fait partie du Conseil de l’Europe, et maintenant le Service norvégien de protection de l’enfance a également été mentionné dans un rapport sur la discrimination du Conseil.

Découvrez un magnifique Fjord

La Commission contre le racisme et l’intolérance a déclaré que le Service de la protection de l’enfance devait redoubler d’efforts pour aider les familles issues de minorités.

Découvrez les Aurores Boréales

Il est souligné qu’il est important de maintenir le contact entre les enfants et les parents et d’éviter les interventions sérieuses telles que le placement dans une famille d’accueil avec peu ou pas de contacts, et l’adoption contre la volonté des parents.

Le rapport souligne un manque de confiance dans le service de protection de l’enfance au sein des groupes minoritaires et indique que cela affecte également les relations avec la maternelle, l’école et le service de santé, qui a le devoir de rendre compte au service de protection de l’enfance.

Langue et support

Lors de la prise en charge, le service de protection de l’enfance est également encouragé à placer les enfants dans des familles ayant un bagage culturel similaire. La Commission a souligné que cela était conforme à l’engagement de travailler pour rendre le regroupement familial possible.

Il a été fait référence, entre autres, à un cas dans lequel un garçon a été placé dans une famille chrétienne, alors que la mère était musulmane et souhaitait que son fils soit élevé conformément à sa religion. Un autre cas mis en évidence est celui où le contact devait avoir lieu dans une langue scandinave au lieu de la langue maternelle de l’enfant.

Les compétences linguistiques des enfants issus de minorités ont également une place dans le rapport. Les autorités sont encouragées à réaliser une cartographie précoce des compétences linguistiques et une aide ciblée à la maternelle pour garantir que les enfants maîtrisent suffisamment le norvégien. La Commission a demandé à la Norvège de travailler pour que davantage d’enfants issus de minorités puissent commencer tôt la maternelle.

En outre, ils ont demandé plus de soutien à l’école pour réduire la différence de résultats pour les enfants issus de minorités et empêcher les élèves d’abandonner l’école.

Identité de genre

Il est également recommandé aux autorités norvégiennes d’élaborer un plan d’action pour les personnes LGBTI – lesbiennes, gays, bisexuels, transgenres et intersexués – et de s’intéresser spécifiquement à ces deux derniers groupes.

La Commission plaide pour une meilleure connaissance de la plupart des gens et la formation des infirmières en santé dans les écoles. En outre, ils veulent une identité de genre dans les règles de lutte contre la discrimination, les discours de haine et les crimes de haine.

Dans un autre point, la Commission a également demandé des règles qui interdisent explicitement au gouvernement et aux parlementaires d’utiliser des discours de haine dans ou en dehors des institutions politiques.

Progrès contre les crimes de haine

Le rapport se félicite également des progrès accomplis depuis le dernier examen en 2014. Cela comprend une meilleure collecte de statistiques sur les crimes de haine et des efforts accrus de la police dans ce domaine.

Dans le même temps, le rapport souligne que la police enregistre près de six fois plus de discours de haine qu’il y a quelques années. En 2019, 250 affaires de crimes haineux ont été enregistrées, y compris l’attaque de la mosquée de Bærum, où l’auteur du crime a tué pour la première fois sa belle-sœur d’origine chinoise.

Le Conseil de l’Europe continue de recommander des efforts pour prévenir et détecter la radicalisation et pour éliminer les contenus illicites racistes et extrémistes en ligne. Les autorités devraient également adopter des lois pour dissoudre les organisations ou les partis racistes, a écrit le Conseil.