Une femme et deux hommes, tous dans la trentaine, sont accusés de fraude grave ou de complicité de fraude flagrante de la part de Nav dans le cadre de programmes de soutien corona.

Les trois sont tous des citoyens norvégiens, a déclaré le procureur dans l’affaire, l’avocat de la police John Lode Roscoe, au bureau de presse NTB.

Ils ont été arrêtés lors d’une perquisition par la police de deux adresses dans la municipalité de Bergen le mercredi 17 mars. Après un interrogatoire, les trois ont été libérés.

Une personne est également accusée de blanchiment d’argent du produit de la fraude, a annoncé le district de police de l’Ouest.

La police soupçonne que les trois hommes ont donné des informations incorrectes sur leur situation de travail dans plusieurs dizaines de demandes adressées à l’Administration norvégienne du travail et de la protection sociale (NAV) entre mars et décembre 2020.

L’industrie du transport

Les trois et une société à responsabilité limitée qu’ils contrôlaient ont reçu un total de 500 000 NOK dans le cadre de programmes de soutien corona.

En outre, ils auraient également demandé 3 millions de NOK supplémentaires pour de faux motifs.

Les paiements provenaient de régimes de soutien tels que les allocations de chômage, le remboursement des prestations de maladie et de soins, les prestations de maladie pour les travailleurs indépendants et les indemnités salariales.

«Je peux dire que l’entreprise est dans l’industrie du transport», a déclaré Roscoe.

Examen complet

L’affaire a été signalée à la police par la NAV en février.

«La NAV l’a probablement attrapé grâce à des routines de contrôle interne. Ils sont allés plus loin et ont livré un examen complet avec beaucoup de documentation », a ajouté Roscoe.

La police entend mettre fin à l’enquête au printemps.

«Nous avons reçu des signaux indiquant que nous devrions donner à ces questions une priorité élevée. Il n’y en a pas eu autant, mais nous nous attendons à ce qu’ils finissent par », a noté Roscoe.

«Nous voulons montrer que ce sont des problèmes que nous prenons au sérieux.»