Le Parlement adopte une nouvelle loi sur les sanctions - il sera désormais plus facile pour la Norvège d'adopter des sanctions - 3

Un parlement norvégien presque unanime (Storting) a voté en faveur de faciliter l’adoption de sanctions par la Norvège.

Lundi, la proposition du gouvernement de réviser la loi sur les sanctions est en cours de discussion au Storting.

Jusqu’à présent, le soutien norvégien aux sanctions de l’ONU et de l’UE, respectivement, a été autorisé par diverses lois. La nouvelle loi les rassemblera sous un même parapluie.

Superbe Balade en traineau avec un guide Sami

Le Parti travailliste (AP), le Parti conservateur (H), le Parti du centre (SP), le Parti socialiste de gauche (SV), le Parti libéral (V) et les chrétiens-démocrates (KRF) ont soutenu la nouvelle loi. Le Parti du progrès (FRP) s’y est opposé, car il estime que cela va trop loin.

Allez voir les Baleines en Catamaran

Le FRP a également fait référence aux commentaires du procureur général, qui a déclaré, entre autres, que la loi, en réalité, donne au gouvernement de larges pouvoirs pour introduire des mesures anticoncurrentielles et anti-marché pour les entreprises et les particuliers.

Plus efficace

L’une des principales raisons de la nouvelle loi est d’assurer une mise en œuvre plus rapide et plus efficace des sanctions de l’UE dans le droit norvégien.

La nouvelle loi facilitera également la mise en œuvre des sanctions contre les individus.

La législation existante se limite à la mise en œuvre de mesures destinées aux «États ou mouvements» et ne couvre pas les personnes ou entités sans affiliation à un État ou à un mouvement spécifique, a noté une commission mixte des affaires étrangères et de la défense dans sa recommandation.

La nouvelle loi sur les sanctions autorisera également le gouvernement à mettre en œuvre des sanctions adoptées par des organisations intergouvernementales ou bénéficiant d’un large soutien parmi les États partageant les mêmes idées.

La Norvège a besoin d’une base juridique qui donne au gouvernement une possibilité rapide et efficace de soutenir ces mesures et de les mettre en œuvre dans le droit norvégien, estime la majorité du Comité.

Droit d’appel

Cependant, la nouvelle loi oblige la Norvège à procéder à une évaluation indépendante de chaque sanction individuelle ou mesure restrictive visant des individus et des entités.

Cela peut signifier que les personnes inscrites sur la liste des sanctions ont un certain droit de faire appel et éventuellement de faire passer l’affaire devant la justice norvégienne.

Cependant, le droit de recours est limité aux personnes ayant un certain lien avec la Norvège.

En outre, trois lois spéciales sur l’application des sanctions visant respectivement l’Iran, la Yougoslavie et le Zimbabwe ont été abrogées.