Le Parti du centre de la Norvège veut interdire les scooters électriques des trottoirs - 3

Jan Bøhler, du Parti du centre (SP), estime que la nouvelle loi sur les scooters électriques ne va pas assez loin. Il veut retirer complètement les scooters électriques des trottoirs.

«Nous devons interdire la conduite sur les trottoirs pour mettre fin au chaos dans la ville, éviter les accidents et redonner aux piétons leur sécurité», a déclaré à NTB le représentant parlementaire du SP, Jan Bøhler.

Lundi, une majorité parlementaire composée du Parti de gauche socialiste (SV), du Parti du centre (SP), des conservateurs (H), du Parti travailliste (AP) et des chrétiens-démocrates (KrF) a présenté un projet de loi conjoint qui donne la les municipalités ont plus de pouvoir pour réglementer le secteur de la location de scooters électriques. La loi entrera probablement en vigueur en juin.

Bøhler pense que le projet de loi est bon, mais estime que la prochaine étape doit être que les scooters électriques soient classés comme des véhicules à moteur au lieu de vélos dans les villes.

«Une telle classification signifierait qu’il serait interdit de conduire dans des endroits tels que les trottoirs et les allées», a-t-il déclaré.

En faveur de règles plus strictes

Le Parti du centre soutient la nouvelle loi sur les options réglementaires des municipalités, mais a également soumis une proposition distincte de classification, qui sera votée au parlement norvégien (Storting) le 1er juin.

«Cela ne s’applique pas uniquement aux scooters électriques de location. Les scooters électriques privés sans limite de vitesse de 20 kilomètres à l’heure sont un problème croissant et dangereux », a noté Bøhler.

La nouvelle loi sur les scooters électriques donne aux communes le droit de créer des zones sur le domaine public où les scooters de location doivent être déployés et garés. Les municipalités ont également la possibilité d’introduire des limitations de vitesse dans certaines zones.

Cela s’ajoute aux nouvelles règles de circulation pour les scooters électriques que le gouvernement a introduites fin avril, qui, entre autres, réglementent la vitesse, le stationnement et le nombre de personnes à bord des scooters.