FHI: La distribution géographiquement faussée des vaccins aurait pu avoir lieu un mois plus tôt - 3

La distribution géographiquement asymétrique des doses de vaccin aux municipalités exposées aux corona aurait pu être mise en œuvre un mois plus tôt, a noté le directeur de la lutte contre les infections Geir Bukholm de l’Institut national de la santé publique (FHI) au cours du week-end.

La semaine dernière, le gouvernement norvégien a annoncé que la distribution biaisée aurait pu être mise en œuvre au plus tôt la semaine 23, c’est-à-dire vers le 7 juin.

Cependant, la FHI a émis une recommandation pour la priorisation des lieux fortement infectés dans le processus de vaccination le 26 avril. Si le gouvernement avait décidé plus rapidement, le déploiement aurait pu avoir lieu dès la semaine 19, c’est-à-dire le 10 mai, Bukholm a déclaré au journal VG.

Allez voir les Baleines en Catamaran

«Nous aurions probablement pu le faire à partir de la semaine 19 s’il y avait eu une décision rapide, et nous aurions pu donner un préavis rapide à Pfizer afin qu’ils puissent modifier les livraisons», a déclaré Bukholm, ajoutant qu’à long terme, cela aurait pu aider pour rouvrir le pays plus tôt.

Allez voir les Baleines en Catamaran

Le ministère de la Santé a fait remarquer que la première recommandation du FHI était une réponse partielle et que le FHI lui-même avait souligné que la proposition n’avait pas été étudiée aussi minutieusement que d’habitude.

En attendant la conclusion finale

«Nous avons reçu la recommandation finale de la FHI lundi. Le gouvernement a pris une décision rapide sur les changements dans la stratégie de vaccination, précisément parce que nous sommes conscients que c’est urgent », a déclaré la secrétaire d’État Saliba Andreas Korkunc (H) à VG.

Il n’a pas encore été décidé quelles municipalités recevront le plus de doses. La décision sera prise lorsque le ministère recevra une réponse sur la capacité des municipalités à gérer les changements, selon Korkunc.

La Direction norvégienne de la santé a été chargée de consulter les municipalités pour savoir si elles peuvent gérer un rythme de vaccination plus élevé en juillet pour compenser les doses perdues en juin.

«Le gouvernement reviendra rapidement avec une conclusion finale lorsque nous aurons reçu la réponse à savoir si les municipalités peuvent gérer les changements que cela peut entraîner», a conclu Korkunc.