Le gouvernement du Premier ministre Stefan Löfven veut supprimer les abattements pour les jeunes contrevenants et permettre aux jeunes de 18 ans d’être condamnés à la prison à vie.

Aujourd’hui, les délinquants âgés de 18 à 20 ans bénéficient aujourd’hui d’une remise de peine en Suède, mais le gouvernement suédois souhaite désormais supprimer la remise lorsqu’il s’agit de crimes graves.

“Il vaut mieux se concentrer sur les crimes commis par ceux qui les commettent systématiquement et ont un style de vie criminel”, a déclaré le ministre de la Justice Morgan Johansson. Il entame maintenant une étude qui sera prête en 2023.

Perpétuité

“Nous voulons une vision plus stricte des infractions répétées… Je pense que cela pourrait être important pour briser les carrières criminelles”, a déclaré le ministre, ajoutant que les tribunaux n’utilisent pas toujours la peine maximale aujourd’hui.

La proposition couvre des crimes tels que le meurtre, le vol qualifié, le viol, les voies de fait graves et les crimes graves avec arme à feu. Les délinquants âgés de 18 à 20 ans devraient également pouvoir être condamnés à la réclusion à perpétuité, a noté Johansson.

La réclusion à perpétuité n’est pas une peine limitée dans le temps en Suède, mais après au moins dix ans d’emprisonnement, la personne condamnée peut demander que la peine soit annulée. Pour que cela se produise, la peine ne peut pas être inférieure à 18 ans, ce qui est la peine limitée la plus longue en Suède.

Enquête en 2017

Il y a une forte pression politique pour abandonner la remise des peines pour les jeunes en Suède après plusieurs fusillades liées à des gangs avec de jeunes auteurs. Le Parti de gauche est le seul parti qui n’a pas ouvertement soutenu la suppression de l’abattement.

En 2017, la question de la suppression du rabais de pénalité pour les jeunes a fait l’objet d’une enquête, mais la proposition a rencontré une vive opposition.

L’avocate Petra Lundh, qui a dirigé l’enquête, a estimé qu’il n’y avait aucun soutien empirique ou expérimental pour des peines plus sévères pour les jeunes contrevenants.

Elle a également déclaré que la recherche montre que la capacité d’évaluer les conséquences et de résister à la pression des autres n’est pleinement développée qu’un certain temps après avoir atteint l’âge de 18 ans.

Source : © NTB Norway.mw / #Norway.mw / #NorwayTodayNews

Avez-vous une astuce pour Norway.mw ? Nous voulons l’entendre. Contactez-nous à info@norwaytoday.no