Amende de la Fédération européenne de handball pour l'équipe féminine norvégienne qui porte des shorts est sourde et sexiste - 5

L’équipe féminine norvégienne de handball est au centre d’une polémique vestimentaire. Leur décision de porter des shorts au lieu des bas de bikini officiellement prescrits les a valu une amende de 1 500 euros par la Fédération européenne de handball. À l’ère actuelle de #MeToo, leur choix de vêtements, et l’amende qui a suivi, a laissé beaucoup de gens confus et enragés à propos des doubles standards, de la sexualisation et de la condescendance des femmes dans le sport.

15 000 NOK d’amende pour le simple port d’un short

Lorsque l’équipe norvégienne de handball féminin a affronté l’Espagne, le 18 juillet, pour la médaille de bronze au tournoi Euro 2021 de la Fédération européenne de handball, elle l’a fait en short. Après avoir joué tout le tournoi dans l’uniforme « correct » pour les femmes (bas de bikini), elles ont estimé qu’elles devaient prendre position dans ce match.

Le résultat a été que la Fédération européenne de handball leur a infligé une amende de 1 500 euros (environ 15 000 NOK) pour « un cas de vêtements inappropriés ».

Avant le tournoi, l’équipe norvégienne avait prévenu à l’avance les officiels qu’ils avaient l’intention de jouer ce match en short au lieu du bas de bikini maigre que les femmes portaient tout au long du tournoi. Les femmes ont estimé que non seulement ces bas de bikini n’étaient pas pratiques (en raison de la quantité de chutes et de plongées dans le sable), mais qu’ils étaient également dégradants pour les femmes.

Deux règles standard pour les uniformes ?

Dans ce que beaucoup considèrent comme un double standard, il existe des règles différentes pour les uniformes masculins et féminins. La Fédération Internationale de Handball, qui officie le sport, a des règles claires sur ce que les femmes et les hommes peuvent porter pendant le match en tant qu’uniformes.

La Fédération stipule clairement, dans son règlement officiel, que « les athlètes féminines doivent porter des bas de bikini », ce qui signifie que les femmes sont ainsi obligées de porter un uniforme étriqué et révélateur. Pour les hommes, cependant, ils sont autorisés non seulement à porter des shorts mais peuvent même être amples tant qu’ils « restent à 10 centimètres au-dessus de la rotule ». Pour les hommes, ces uniformes ne seraient considérés comme maigres et révélateurs, peut-être, qu’il y a un siècle.

Après avoir rendu sa décision, la Fédération européenne de handball a déclaré que « la commission disciplinaire de l’EURO 2021 de beach handball a traité un cas de vêtements inappropriés… Règles du jeu de handball de plage de l’IHF. Ainsi, pour le « crime » de simplement porter des shorts, par besoin de confort et d’intimité, l’équipe a été condamnée à une amende de 15 000 NOK. En 2021. La troisième décennie du XXIe siècle.

L’équipe norvégienne de handball féminin… en short. Photo : Vidar Ruud / NTB scanpix

Fine a rencontré un sentiment de solidarité et une incrédulité totale

Alors que la décision a été accueillie avec incrédulité par certains, la Fédération norvégienne de handball a fermement soutenu ses joueurs. Le président Kare Geir Lio a déclaré à l’AFP que non seulement la Fédération paierait l’amende mais que « nous sommes tous dans le même bateau ». Dans un post sur Instagram, la joueuse Martine Wafler était reconnaissante pour tout le soutien positif que l’équipe a reçu et a déclaré « ce retour positif est insensé et je ne peux pas croire que ce soit honnête ».

La décision d’imposer une amende à l’équipe pour avoir porté des shorts a été accueillie avec incrédulité par le président de l’Association norvégienne de volley, Erik Sørdal. S’adressant à NTB, il a déclaré que « cela ne devrait pas être le cas en 2021, ce soit à nouveau un problème ».

L’Association ne connaît que trop bien la bataille contre les femmes portant des vêtements aussi étriqués face à ses propres batailles contre les autorités depuis que le sport est devenu olympique en 1996. L’Association internationale de volley-ball a finalement levé l’obligation pour les femmes de porter un bikini, en 2012, et les athlètes féminines ont désormais la possibilité de choisir des bas de bikini, des collants ou des shorts.

Le tollé est basé sur la « désinformation », selon la Fédération

En réponse, la Fédération Européenne de Handball a adopté une position plutôt haussière et combative. Il a déclaré, selon NPR, que « d’un point de vue européen, la réaction est basée sur la désinformation sur la procédure ».

De plus, a noté la Fédération, l’équipe norvégienne n’avait fait qu’une seule demande, en avril, pour discuter d’un changement d’uniforme pour l’équipe féminine. Plus aucune demande n’a été faite depuis lors. Cependant, il a admis que les uniformes féminins seraient tout en haut de l’ordre du jour lorsque la commission de beach handball nouvellement créée s’ajournerait pour la première fois en août.

Que la Commission Européenne de Handball reçoive une mauvaise presse et une mauvaise publicité pour cette décision ne devrait surprendre personne. Indépendamment du fait que l’équipe norvégienne n’avait demandé qu’une discussion pour le changement d’uniforme, une fois, l’amende est scandaleuse. Les femmes de l’équipe voulaient simplement porter quelque chose dans lequel elles se sentaient toutes les deux à l’aise et modestes.

Oui, techniquement, ils ont « enfreint » une règle et un règlement écrits clairs du jeu, mais ils ont également donné un avertissement préalable et ils l’ont fait uniquement pour retrouver une sorte de dignité.

Jeux Olympiques - PyeongChang 2018
Drapeau Olympique : NTB / Norway.mw

Les attitudes sexistes des personnes au pouvoir doivent changer

Avec cette amende, il apparaît qu’un changement désespéré s’impose dans ceux qui régissent le Bach européen du handball et, peut-être, le sport en général. Compte tenu de la vaste gamme de sports cette année, après une interruption causée par COVID l’année dernière, il y aura des championnats du monde ou régionaux de natation, de rugby à XV, de rugby à XIII, de handball, de football, de netball, de hockey sur glace, de cyclisme, d’événements équestres et même tennis de table – le sport semble omniprésent.

Pourtant, dans quelle mesure les organes directeurs de ces sports sont-ils inclusifs ? Combien de femmes sont en charge ou à des postes de pouvoir ?

Compte tenu du début (retardé) des Jeux olympiques de Tokyo 2020, il n’y a qu’à regarder la tempête parfaite de démissions et l’attitude honteuse de certains des responsables. Le chef du comité d’organisation des Jeux olympiques de Tokyo, Yoshiro Mori, a démissionné plus tôt cette année après avoir fait une série de commentaires sexistes, notamment que les femmes « parlent trop ».

À peine un mois plus tard, le directeur créatif de la cérémonie d’ouverture, Hiroshi Sasaki, a démissionné en raison de son idée d’habiller un mannequin de grande taille en cochon ou – comme il l’a dit – en « Olympig ». Comment ces hommes se sont retrouvés à la tête d’un événement sportif mondial majeur, cela laisse à désirer !

Sport et politique… ne font pas bon ménage ?

Il existe un vieil adage selon lequel sport et politique ne font pas bon ménage. Cependant, ces derniers temps, les sports ont été accusés de manifestations, de mouvements et de messages politiques.

Le mouvement de protestation Black Lives Matter, qui met en évidence l’injustice sociale, économique et politique pour les peuples non blancs, a vu de nombreux athlètes «se mettre à genoux» par solidarité. La décision de ne pas laisser les autorités allemandes du football illuminer un stade, aux couleurs du drapeau de la fierté, a provoqué une condamnation et une incrédulité généralisées.

Les équipes norvégiennes aussi, étant donné la société équitable, démocratique et ouverte dont elles sont issues, ont également été à l’avant-garde de la lutte contre les problèmes sociaux et politiques. L’équipe norvégienne de football masculin a ouvertement discuté du boycott de la prochaine Coupe du monde (si elle se qualifie) au Qatar en raison de son horrible bilan en matière de droits humains. Ils sont devenus des pionniers de l’humanitaire.

Peut-être que l’équipe féminine de handball de plage peut utiliser cette amende pour lancer une discussion sur le rôle des femmes dans le sport, la misogynie intrinsèque, les doubles standards, le sexisme flagrant et la sexualisation qui imprègnent la plupart des sports professionnels féminins. La Fédération Européenne de Handball devrait annuler l’amende et s’excuser avant qu’il ne soit trop tard. Toute une génération de filles regarde.

Les opinions exprimées sont celles de l’auteur et ne sont pas détenues par Norway.mw, sauf indication contraire.

A propos de l’auteur:

Jonathan est un amoureux de l’écrit. Il pense que la meilleure façon de lutter contre cette polarisation de l’actualité et de la politique, à notre époque, est d’avoir une vision équilibrée. Les deux côtés de l’histoire sont également importants. Il aime aussi les voyages et la musique live.

Source : #Norway.mw / #NorwayTodayNews

Avez-vous une astuce pour Norway.mw ? Nous voulons l’entendre. Contactez-nous à info@norwaytoday.no