Le danger d'une grève majeure dans le secteur culturel en Norvège se profile - 3

Si employeurs et salariés ne s’entendent pas sur un régime de retraite pour le secteur culturel d’ici le 2 septembre à minuit, 197 travailleurs culturels pourraient se mettre en grève.

La grève affecterait l’opéra et le ballet norvégien, le théâtre norvégien et le théâtre national d’Oslo, la scène nationale et l’orchestre philharmonique de Bergen à Bergen et le théâtre Rogaland à Stavanger, a écrit Creo.

Quel est le problème?

Eh bien, il y a désaccord dans le régime de retraite alloué. À savoir, les syndicats Creo, NTL et Fagforbundet veulent une retraite dite hybride au lieu du régime de retraite à cotisations définies dont dispose aujourd’hui le secteur culturel sous Spekter.

Découvrez les Aurores Boréales

Les salariés veulent un régime où les entreprises allouent plus d’argent au compte de retraite des salariées, a écrit Bergens Tidende. Leur raisonnement est que les femmes vivent en moyenne plus longtemps que les hommes et que les régimes de retraite à cotisations définies durent généralement dix ans. Cela signifie que certaines femmes pourraient avoir plusieurs années sans pension professionnelle.

Superbe Balade en traineau avec un guide Sami

« C’est le même schéma qu’ils ont dans les jardins d’enfants privés. Le régime est également très similaire à celui qui s’applique dans le secteur public », a écrit Creo.

Les parties concernées ont été convoquées devant le Médiateur le 2 septembre, avec une date limite de médiation à minuit. Si les parties ne parviennent pas à s’entendre, il y aura une grève dans le secteur culturel à partir du 3 septembre.

Sur la scène nationale de Bergen, la grève pourrait entraîner une éventuelle annulation de représentations – voire deux grandes premières à venir en septembre. L’Orchestre Philharmonique de Bergen annulera tous les concerts à partir du 3 septembre en cas de grève.

Source : ©️ NTB Norway.mw / #NorwayTodayTravel

Avez-vous une astuce pour Norway.mw ? Nous voulons l’entendre. Contactez-nous à info@norwaytoday.no