Comment 300 fonctionnaires peuvent-ils gagner plus que le Premier ministre norvégien ? - 5

Une nouvelle étude a révélé que les gestionnaires et les hauts fonctionnaires du secteur public en Norvège ont connu des niveaux de croissance des salaires sans précédent sur une période de 20 ans. Ces hauts fonctionnaires ont vu leurs salaires augmenter de 64% de 1997 à 2020. Non seulement cette croissance salariale a éclipsé quelque chose de similaire dans le secteur privé, mais les plus bas sur l’échelle de l’emploi ont raté les mêmes niveaux de croissance des salaires au cours de la même période. Cette étude jette-t-elle un nouvel éclairage sur une bureaucratie apparemment en constante expansion et coûteuse ? Comment 300 représentants du gouvernement peuvent-ils gagner plus que le Premier ministre norvégien et, plus important encore, est-ce juste ?

Le secteur public a enduré des « duos annos horribilis »

La dernière chose dont le secteur public a besoin est une mauvaise publicité. Au cours des deux dernières années, une série d’erreurs et de scandales ont ébranlé la confiance du public dans les institutions civiles et gouvernementales censées être gérées dans l’intérêt de la société.

La couverture de nombreux journaux était inondée de détails, fin 2019, sur les retombées humaines du scandale NAV. Le plus grand scandale de protection sociale de l’histoire norvégienne moderne a été commis et poursuivi par des représentants du gouvernement, des fonctionnaires et des fonctionnaires de toutes les obédiences politiques. Une commission des affaires pénales a rouvert 36 affaires en septembre liées au scandale NAV.

Vint ensuite la pandémie de COVID-19. Bon nombre d’entre nous qui traitions peu, au quotidien, avec le secteur public, avons dû apprendre comment traiter au mieux, au quotidien, avec le secteur public. Bien que de nombreuses institutions gouvernementales et publiques aient fourni des services tout au long de la pandémie, les temps d’attente étaient souvent longs car un système faisait face à une demande sans précédent en raison des répercussions économiques, financières et sanitaires de la pandémie. La frustration avec un système lent était aussi endémique que le coronavirus lui-même. La Norvège a survécu à la pandémie, mais pas le gouvernement dirigé par les conservateurs.

Le meurtre tragique d’un gestionnaire de cas de NAV, à Bergen, en septembre, a vu une série d’aveux selon lesquels des fonctionnaires faisaient face à des tonnes d’abus tout en craignant pour leur sécurité, voire leur vie, en faisant simplement leur travail tous les jours. Ces deux dernières années n’ont pas été bonnes pour le secteur public et une nouvelle étude sur la croissance des salaires dans le secteur public provoquera sans aucun doute plus d’angoisse.

Une étude révèle une augmentation des salaires de 64% pour les hauts fonctionnaires

Lorsque les subtilités de l’enquête dans le mémoire de maîtrise de Jørgen Tveit Sandberg, pour le département d’économie de l’Université d’Oslo (UiO), ont émergé, de nombreux spécialistes de l’image du secteur public étaient probablement moins que ravis. M. Sandberg a constaté que pour la période 1997 à 2020, les hauts fonctionnaires et gestionnaires du secteur public ont vu leurs salaires augmenter de 64 %. 64%. Cette croissance des salaires a été nettement supérieure à celle du secteur privé et de ceux qui sont inférieurs à l’échelle de l’emploi dans le secteur public. Comme Mel Brooks l’a dit un jour : « C’est bien d’être le roi ».

Il n’est pas surprenant qu’une étude ait révélé que le secteur public en Norvège est bien payé. Un coût de la vie relativement élevé associé à un mouvement syndical très fort a jeté les bases d’un niveau de vie élevé dont beaucoup d’entre nous jouissent en Norvège. Ce qui est alarmant dans les conclusions du mémoire de maîtrise de M. Sandberg, c’est la croissance exponentielle des augmentations de salaire seul pour les cadres supérieurs du secteur public. Ceux qui se trouvent au sommet de la pyramide du secteur public ont augmenté leurs salaires sans s’assurer d’en faire de même pour les personnes mêmes qu’ils dirigent ou dirigent.

Une partie des quartiers du gouvernement à Oslo – où se trouve l’argent… pour certains. / Photo : Stian Lysberg Solum / NTB

Les salaires déjà élevés ne font qu’augmenter…

Les employés du secteur public sont déjà parmi les mieux payés du pays. Dans le cadre des négociations sociales annuelles, le Comité Technique de Calcul (Teknisk beregningsutvalg, TBU) compile chaque année des chiffres sur les salaires dans le secteur public. Pour les derniers chiffres disponibles, l’année 2019, la TBU a constaté une croissance annuelle moyenne des salaires de 3,8%.

Avec les chiffres recueillis par Statistics Norway (SSB), pour 2019-2020, le salaire mensuel moyen des hauts fonctionnaires était de près de 100 000 NOK tandis que les législateurs (parfois accusés de s’enrichir avant tout) étaient payés 30 % de moins !

Pourtant, tout le monde dans le secteur public n’a pas profité. Ceux qui sont en bas de l’échelon ont vu des augmentations de salaire minuscules. Les fonctionnaires des impôts et des accises n’ont vu qu’une augmentation de salaire de 2 % en 2019-2020 (presque la moitié de la croissance salariale moyenne supposée de 3,8 % pour le secteur public) tandis que les fonctionnaires des prestations sociales (pensez aux employés de NAV qui ont aidé de nombreux Norvégiens avec dagpenger, permettant, et d’autres problèmes d’emploi liés aux coronavirus au cours des 18 derniers mois) ont vu leurs salaires augmenter, au cours de la même période, de seulement 2,1%.

300 fonctionnaires qui gagnent plus que le PM

Outre le fait que la croissance des salaires n’est manifestement pas partagée également dans le secteur public, il y a aussi une vérité qui dérange dans la recherche de M. Sandberg. Il a constaté qu’il y a, aujourd’hui, plus de 300 fonctionnaires, dans le secteur public, qui gagnent plus que le Premier ministre lui-même. Ce sont le genre de cadres supérieurs et de hauts fonctionnaires qui ont assuré la croissance des salaires de 64 % au cours de la période de deux décennies de l’étude de M. Sandberg.

Être à la tête d’un département, d’une agence ou d’une institution du gouvernement, en charge d’une horde de fonctionnaires, responsables des opérations quotidiennes d’énormes parties ou secteurs de la Norvège, est une grande responsabilité et devrait sans aucun doute être rémunéré de manière adéquate. Cependant, y a-t-il vraiment 300 personnes dont le travail devrait être mieux rémunéré que l’homme qui aide à gouverner et à diriger la Norvège elle-même ?

Pour bon nombre de ces 300 fonctionnaires, il y a peu de connaissances ou de commentaires du public disponibles sur la façon dont ils effectuent leur travail. Le Premier ministre, bien sûr, nous pouvons embaucher et licencier tous les 4 ans, mais on ne peut pas en dire autant de beaucoup dans la bureaucratie gouvernementale. Un exemple classique en est Sigurn Vågeng, l’ancienne directrice de NAV, qui a démissionné après l’éclatement du scandale NAV (bien qu’elle ne soit pas la seule responsable du scandale qui s’est produit sous sa surveillance), mais est toujours employée par l’agence.

1000 NOK d'argent
Certains hauts fonctionnaires du secteur public en reçoivent 100 par mois. / Photo : Banque Norges

Plus de responsabilité et de transparence nécessaire

Depuis septembre de l’année dernière, le taux d’inflation officiel est de 4,1%. Beaucoup d’entre nous ont vécu un changement de statut d’emploi, une incertitude économique ou financière ou ont simplement vu leur pouvoir d’achat diminuer avec la hausse des prix. Bien que l’économie de la Norvège soit sortie relativement indemne de COVID-19, grâce, en partie, à de nombreux acteurs du secteur public, le moment choisi pour les recherches de M. Sandberg ne pourrait pas être meilleur. Avec un nouveau gouvernement au pouvoir, il est maintenant temps d’examiner non seulement combien ces fonctionnaires et ces cadres supérieurs obtiennent, mais aussi d’évaluer le travail qu’ils font dans une approche plus transparente et holistique. Une question simple doit être posée : ce qu’ils font vaut-il vraiment la somme d’argent qu’ils reçoivent ?

Si l’augmentation salariale moyenne, pour le secteur public, était de 3,8 % avant la pandémie, à combien s’élèvera la prochaine augmentation salariale ? La haute direction et les hauts fonctionnaires, dans le secteur public, reconnaîtront-ils enfin et récompenseront-ils le travail acharné de ceux, plus bas, qui ont contribué à maintenir l’économie, voire la société, en marche pendant la pandémie ?

Les chiffres de M. Sandberg montrent comment certains, au cours des deux dernières décennies, ont obtenu des salaires de plus en plus élevés payés par les contribuables norvégiens. Il faut sûrement plus de responsabilité avant que le public ne se lasse encore plus de ces manigances du secteur public.

Les opinions exprimées sont celles de l’auteur et ne sont pas détenues par Norway.mw, sauf indication contraire.

A propos de l’auteur:

Jonathan est un amoureux de l’écrit. Il pense que la meilleure façon de lutter contre cette polarisation de l’actualité et de la politique, à notre époque, est d’avoir une vision équilibrée. Les deux côtés de l’histoire sont également importants. Il aime aussi les voyages et la musique live.

Source : #Norway.mw / #NorwayTodayNews

Avez-vous une astuce pour Norway.mw ? Nous voulons l’entendre. Contactez-nous à info@norwaytoday.no