10 aliments norvégiens étranges, allant de peu communs à simplement choquants - 37

Découvrez les aliments norvégiens qui vous garantiront quelques « wow » et « woahs ».

Dans toutes les cultures, il existe des plats qui vous feront hausser les sourcils et vous demander « Vraiment ? » Heureusement pour vous, nous avons compilé une liste d’aliments susceptibles de déclencher cette réaction exacte !

Préparez-vous à découvrir des plats traditionnels norvégiens qui sont appréciés depuis des siècles, mais qui peuvent sembler étranges si vous n’y êtes pas habitué.

Superbe Balade en traineau avec un guide Sami

Photo : MatPrat / Sara Johannessen

Raspeballer

Nous allons y aller doucement avec vous pour commencer.

Raspeballer est un plat traditionnel avec de nombreux noms, selon l’endroit où vous vous trouvez en Norvège. Ils sont communément appelés klubb, raspekake, komle, kløbb, kumpe, kompe et potetball – pour n’en nommer que quelques-uns. Clairement, nous avons beaucoup d’étiquettes pour les choses que nous aimons !

Découvrez un magnifique Fjord

Le raspeballer est assez facile à préparer, les ingrédients étant de la pomme de terre, de la farine, du sel et de l’eau. Une fois transformés en boules, ils sont bouillis. Parfois, les boulettes sont remplies de morceaux de porc, et elles sont généralement servies avec de la viande salée et divers accompagnements tels que du navet, du beurre, de la confiture de canneberges ou même du sirop. Le plat est populaire en Norvège et en Suède, ainsi que dans les pays d’Europe orientale et centrale. En Lituanie, il s’appelle « Cepelinai » et c’est un plat national !

10 aliments norvégiens étranges, allant de peu communs à simplement choquants - 39
Photo : MatPrat / Sara Johannessen

Fårikål

Le Fårikål est considéré par beaucoup comme le plat national norvégien, ce qui témoigne de sa popularité ! Traduit directement, cela signifie « mouton dans le chou » – ce qui rend sa description assez simple. Pour ce repas, le mouton est cuit plusieurs heures dans une cocotte avec du chou et du poivre noir, avant d’être servi avec des pommes de terre bouillies.

Anecdote : en 2012, le record du monde Guinness de la plus grosse portion de mouton a été atteint à Oslo. Le résultat était de 594,2 kilos de fårikål !

Brunost au fromage brun
Photo : la Norvège aujourd’hui

Brunost

Le brunost, un fromage norvégien caractéristique, se traduit par « fromage brun ». Il est considéré comme l’un des aliments les plus emblématiques de Norvège.

Pour les non-Norvégiens, cette friandise sucrée au goût de caramel peut sembler étrange, mais rassurez-vous, elle est très populaire parmi les Norvégiens ! Le brunost est créé lorsque le lait de vache est bouilli et que les sucres qui en résultent sont caramélisés, les formes au goût plus fort du fromage étant faites avec du lait de chèvre.

Fait intéressant, le fromage brun a récemment gagné en popularité en Corée du Sud. Tine et Synnøve Finden, les deux plus grands producteurs de fromage brun de Norvège, ont commencé à exporter le fromage vers la Corée du Sud en 2019 et ont connu un immense succès, selon NRK.

Pour en savoir plus sur brunost, lisez notre article complet ici.

10 aliments norvégiens étranges, allant de peu communs à simplement choquants - 42
Photo : Ib Aarmo sur Flickr (CC BY-NC-ND 2.0)

Tørrfisk

Tørrfisk, ou stockfish en anglais, est un poisson non salé séché sur des claies en bois (appelé « hjell » en norvégien). Les râteliers sont placés au bord de la mer afin que le poisson, généralement la morue, puisse être séché à l’air froid et au vent.

Tørrfisk remonte à plusieurs siècles et a été mentionnée pour la première fois au XIIIe siècle. C’est un aliment populaire à la fois parmi les Norvégiens et à l’étranger.

10 aliments norvégiens étranges, allant de peu communs à simplement choquants - 44
Photo : MatPrat / Sara Johannessen

Lutefisk

Autre plat de poisson traditionnel, le lutefisk remonte au moins au XVIe siècle. Se traduisant littéralement par « poisson de lessive », le lutefisk est un repas composé de stockfish séché (généralement de la morue, de la lingue, de l’églefin ou de la goberge) trempé dans de la lessive.

La préparation varie selon l’endroit où vous vous trouvez dans le pays. Bouilli ou cuit au four, la façon la plus courante de le servir est avec un ragoût de pois, des pommes de terre bouillies, du bacon et de la moutarde. À Bergen, il est courant d’avoir son lutefisk avec une purée de navet à côté, tandis que les habitants de Trøndelag préfèrent leur lutefisk avec du sirop et du fromage brun.

Pour plus d’informations sur ce plat caractéristique, lisez : Votre guide du tristement célèbre « lutefisk » de Norvège : Morue séchée à la lessive

10 aliments norvégiens étranges, allant de peu communs à simplement choquants - 46
Photo : MatPrat / Mari Svenningsen

Reinsdyrhjerte

Reinsdyrhjerte se traduit par « cœur de renne » et est – oui, vous l’avez deviné – le cœur d’un renne.

Considéré comme un mets délicat, le cœur de renne est servi avec un minimum d’accompagnements, le plus souvent juste des pommes de terre et de la crème sure. Il existe plusieurs façons de le préparer : vous pouvez le faire frire, le fumer ou le sécher.

10 aliments norvégiens étranges, allant de peu communs à simplement choquants - 48
Photo : MatPrat / Mari Svenningsen

Rakfisk

Plat à l’odeur piquante, le rakfisk est un plat de poisson traditionnel norvégien dont les racines remontent au Moyen Âge. Il est généralement fabriqué à partir d’espèces d’eau douce telles que la truite et l’omble. La forte odeur provient du salage du poisson puis de sa fermentation pendant deux à trois mois, parfois même jusqu’à un an.

Lorsqu’il est prêt, il est mangé sans être cuit.

Beaucoup sont réservés vers le plat en raison de son odeur piquante. Pourtant, si vous voulez essayer le rakfisk, les accompagnements populaires incluent le lefser (pain plat norvégien doux traditionnel), les pommes de terre, les oignons rouges marinés, la crème sure, le poivre et le thym frais.

10 aliments norvégiens étranges, allant de peu communs à simplement choquants - 50
Photo : Aleksander Benjaminsen / MatPrat

Torsketunge

Torsketunge se traduit par « langue de morue ». Les façons les plus courantes de préparer cette délicatesse sont la poêle ou la friture, cette dernière étant une option particulièrement populaire.

La coupe de la langue est un travail courant en Norvège pendant l’hiver, lorsque la morue fraie et devient « skrei ». Cette pratique est considérée par beaucoup comme faisant partie du patrimoine culturel local du nord de la Norvège. Il est particulièrement populaire parmi les écoliers et les adolescents qui cherchent à gagner beaucoup d’argent.

10 aliments norvégiens étranges, allant de peu communs à simplement choquants - 52
Photo : MatPrat / Sara Johannessen

Gravlaks

Gravlaks se traduit directement par « saumon enterré » et est un plat composé de saumon cru mariné dans du sel, du sucre et de l’aneth. Au Moyen Âge, les gravlaks étaient fabriqués par des pêcheurs qui salaient le saumon et le faisaient fermenter en le creusant dans le sable au-dessus de la ligne des hautes eaux, selon Meny. Cela explique certainement le nom!

Lorsqu’ils sont préparés aujourd’hui, les gravlaks sont généralement placés dans un moule au réfrigérateur pendant 3 à 4 jours. Aucun creusement nécessaire.

10 aliments norvégiens étranges, allant de peu communs à simplement choquants - 54
Photo : MatPrat / Kim Holthe

Smalahove

Peut-être le plat le plus visuellement choquant de cette liste, le Smalahove est la tête d’agneau ou de mouton qui a été brûlée, fumée et bouillie. Le plat en tant que tradition est particulièrement fort dans l’est de la Norvège, et il est considéré comme un mets délicat par beaucoup.

Smalahove remonte à une époque où les Norvégiens avaient moins d’argent et il était considéré comme très important d’utiliser autant d’animaux que possible. Quand on y pense, c’est aussi une façon durable de manger.

Oseriez-vous essayer ce plat accrocheur?

Source : #NorwayTodayTravel

Avez-vous une astuce pour Norway.mw ? Nous voulons l’entendre. Contactez-nous à info@norwaytoday.no