PHOTO : le Danemark restitue l'artefact sami grâce à la pression norvégienne - 3

Le Danemark restituera définitivement un tambour d’artefact rare au musée Sami de Karasjok. Il a été confisqué lors des procès de sorcellerie en 1691 et revient grâce à la pression des politiciens Samí et Storting.

Le prêt danois d’un artefact devient permanent

Le ministre danois de la Culture a cédé aux demandes de la Norvège et a approuvé le retour d’un tambour d’artefact Sami volé en 1691. Bien que le tambour ait fait partie du musée Sami de Karasjok (RiddoDuottarMusée) depuis 1979, il n’y est présent que dans le cadre d’un accord de prêt avec le ministère danois de la Culture.

Cependant, comme l’accord de prêt devait expirer le 1er décembre de l’année dernière, plusieurs politiciens norvégiens de premier plan ont fait pression sur Copenhague. L’actuelle ministre de la Culture, Anette Trettebergstuen (AP), a pris l’affaire en charge et a estimé que le parlement sami devrait être le propriétaire légitime de l’artefact vieux de trois cents ans.

Superbe Balade en traineau avec des Huskies

Ane Halsboe-Jørgensen, la ministre danoise de la Culture, a évoqué le retour du tambour. Elle a déclaré, dans un communiqué de presse, qu ‘ »il est tout naturel que le tambour trouve sa résidence permanente au musée auquel il a une affiliation historique ».

Découvrez un magnifique Fjord

Un « cas particulier » pour le ministère danois de la Culture

Alors que la date limite d’expiration du prêt approchait l’année dernière, le ministère danois de la Culture a conclu, l’automne dernier, qu’il restituerait l’artefact. La décision finale de restituer l’artefact a été prise par le ministre danois de la Culture.

La loi danoise sur les musées autorise, dans des cas particuliers, la séparation d’objets de leurs collections, avec l’autorisation du ministère de la Culture. Jorgensen a déclaré : «Normalement, il n’est pas question de séparation avec les musées d’autres pays, mais dans ce cas précis, l’autorisation a été accordée sur la base du prêt à long terme du tambour au RiddoDuottarMuseat, en plus du lien particulier et de la pertinence du tambour avec la région.« 

Le tambour a été confisqué, en 1691, dans le cadre du procès de sorcellerie d’Anders Poulsen de la région de Nessby. Avec ce tambour, il aurait « pratiqué la magie maléfique et méchante… » selon le Ságat. Il a été envoyé à Copenhague, où il s’est retrouvé entreposé au ministère de la Culture pendant des années, tandis que Poulsen a été brutalement tué à coups de hache en attendant sa condamnation.

La présidente du Parlement sami, Silje Karine Muotka. Photo : Terje Bendiksby / NTB

Donne à la communauté sami un important sentiment de clôture

Pour la communauté sami de Norvège, une tranche d’histoire et de culture est revenue à la maison. Silje Karine Moutka, présidente du Parlement sami, s’est félicitée de la décision. Moutka a remercié ceux qui avaient aidé au retour du tambour et a déclaré dans un communiqué de presse : « Nous sommes heureux que Poala-Ánde, le tambour d’Anders Poulsson reste chez lui à Sápmi. Maintenant, nous pouvons raconter et montrer notre histoire selon nos propres termes.

Anne May Olli, directrice du musée au RiddoDuottarMuseat, a expliqué à quel point le retour de l’artefact représentait un important sentiment de fermeture pour la communauté sami. S’adressant au journal VG, elle a déclaré: «Cela fait du bien d’obtenir la propriété formelle de quelque chose qui nous appartient déjà. Et que notre propre patrimoine culturel soit reconnu. C’est important non seulement pour nous mais pour l’ensemble du Sápmi.

Source : © NTB Norway\.mw / #Norway\.mw / #NorwayTodayTravel

Avez-vous un conseil d’actualité pour Norway\.mw ? Nous voulons l’entendre. Contactez-nous au info@norwaytoday.no