Opinion: La décision de refuser la libération conditionnelle de Breivik était attendue mais sa présence sera ressentie à l'extérieur de la prison de Skien par de nombreux - 3

La décision du tribunal de district de Telemark de refuser la libération conditionnelle d’Anders Breivik n’a pas vraiment choqué. Pourtant, le cirque médiatique entourant son audience de libération conditionnelle est-il à la fois mauvais pour les familles de ses victimes et bon pour lui?

Libération conditionnelle refusée pour un meurtrier de masse, un terroriste et un néonazi reconnu coupable

Le tribunal de district de Telemark a jugé lundi qu’Anders Breivik n’était pas éligible à la libération conditionnelle. La Cour a refusé la possibilité d’une libération conditionnelle à l’homme responsable de la plus grande perte de vie norvégienne depuis la Seconde Guerre mondiale. Le terroriste, néonazi et meurtrier de masse reconnu coupable a fait appel de la décision, mais on ne sait pas encore quand l’audience d’appel sera entendue.

Breivik avait, en vertu de la loi norvégienne, purgé la durée maximale autorisée avant une audience de libération conditionnelle (10 ans) et a passé la majeure partie de ce temps en isolement à la prison de Skien. L’audience de libération conditionnelle a été suivie de près par tous les médias nationaux et a fait l’actualité dans le monde entier.

Découvrez un magnifique Fjord

L’audience de libération conditionnelle reposait sur la question de savoir si l’équipe de défense de Breivik pouvait montrer qu’il avait réellement changé – si l’homme du tribunal était sur la voie du remords, un homme changé qui reconnaissait qu’il était seul responsable de ses actes et de ses crimes. Au lieu de cela, nous avons eu un homme qui a fait un salut nazi à son arrivée et a affirmé qu’il avait subi un «lavage de cerveau» et qu’il n’était donc pas responsable des attentats du 22 juillet.

Découvrez les Aurores Boréales

Le tribunal de district de Telemark a jugé qu’il n’avait pas suffisamment changé pour la possibilité d’une libération conditionnelle. Il était le même homme dangereux qu’il avait été une décennie auparavant.

Peu de changement psychologique en plus d’une décennie

Pour le ministère public, cette audience de libération conditionnelle n’était rien de plus qu’un coup de pub de Breivik. L’audience n’a fourni à un homme que du temps à compter pour concentrer son attention sur autre chose que ses pensées. Huld Karlsdóttir, la procureure de l’État, a articulé son argument contre la libération conditionnelle sur le fait que Breivik n’avait pas changé et devrait toujours être considéré comme un danger pour la société.

Ce point de vue a été renforcé par Randi Rosenqvist, un psychiatre qui a effectué plusieurs évaluations de Breivik. Elle a déclaré au tribunal qu’il n’y avait eu aucun changement significatif depuis la dernière évaluation psychologique publiquement connue de Breivik en 2016. Il était toujours pragmatique et sa nouvelle aversion pour la violence n’était rien d’autre qu’une pure fabrication. Il était en 2011, 2016 et maintenant en 2022 un danger clair et présent pour la société norvégienne.

Une décennie passée en prison n’avait provoqué aucune sorte d’introspection, un aveu honnête de la responsabilité de ses actes, ni aucun changement psychologique significatif.

Une journée de profondes émotions pour les familles, les amis et les proches de la victime

Même si le jugement était presque une formalité, la décision selon laquelle Breivik resterait en prison a dû apporter un sentiment de soulagement aux nombreuses familles, amis et proches des victimes. Rien ne pourrait être pire que la crainte – aussi minime et irréaliste soit-elle – que Breivik puisse d’une manière ou d’une autre tromper le tribunal et être autorisé à être libéré, sous quelque forme que ce soit, de retour dans la société.

Revoir Breivik au tribunal, avec les yeux d’une nation braqués sur lui (ainsi qu’une multitude de caméras vidéo et d’objectifs photographiques aussi) a dû susciter des émotions mitigées pour beaucoup dont la souffrance n’a pas cessé depuis le 22 juillet 2011. La joie sourde de son refus de libération conditionnelle a dû être accueilli avec une profonde tristesse, douleur et chagrin pour les victimes perdues ce jour d’été il y a plus de dix ans. La colère a trop sûrement pointé le bout de son nez que cet homme, ce meurtrier de masse, s’acharnait sur la presse avec ses saluts nazis et ses messages de « génocide blanc ». Cette colère a été encore aggravée par ses affirmations ridicules selon lesquelles il a subi un «lavage de cerveau» et a reçu l’ordre de commettre les atrocités du 22 juillet.

Non seulement cet homme s’est vu accorder un coup de projecteur national et international (même brièvement), mais il a également défendu ses actions en disant que les enfants (pour la plupart de jeunes adolescents mais possédant toujours l’innocence et l’optimisme de la jeunesse) étaient des dirigeants politiques et donc expédiables.

L’homme le plus détesté de cette nation depuis Quisling ?

L’audience de libération conditionnelle est terminée pour le moment. L’équipe de défense de Breivik a déjà lancé un appel, mais cela ne se produira pas dans un avenir prévisible. Le principal résultat de l’audience de libération conditionnelle a été qu’il a été démontré que Breivik n’avait pas du tout changé et devait toujours être considéré comme une menace pour la vie et la société norvégiennes. Pourtant, il reste une question sans réponse qui remonte à 2011. Comment, en tant que nation, traitons-nous avec Breivik ? Comment les médias peuvent-ils rendre compte de ses poursuites judiciaires sans lui donner l’oxygène de la publicité dont il a tant besoin ?

Il est sûrement l’homme le plus détesté de ce pays depuis que les actions de Vidkun Quisling ont fait de son nom un nom pour traîtrise. Pourtant, le qualifier simplement de « monstre » – même si les actes qu’il a commis le 22 juillet étaient effectivement monstrueux – est trop simple, trop facile. Breivik est un humain. Ses actions commises il y a plus de dix ans devraient être un rappel constant à la société des profondeurs de la dépravation humaine, du détachement et de la diablerie. Plutôt que de le qualifier de « monstre », les atrocités qu’il a commises le 22 juillet devraient être étudiées et examinées comme l’attaque contre la société et la démocratie qu’elles étaient. En étudiant sa dépravation, les générations futures peuvent voir la réponse unie, pleine de compassion et d’amour, que la nation a montrée en réponse.

Dans sa décision, le tribunal de district de Telemark a déclaré que « l’accusé semblait dépourvu d’empathie et de compassion pour les victimes de la terreur ». Il y a une possibilité réelle que Breivik meure un vieil homme en prison avant d’avoir acquis une quelconque forme d’empathie ou de compassion pour ses victimes.

Les opinions exprimées sont celles de l’auteur et ne sont pas détenues par Norway\.mw, sauf indication contraire.

A propos de l’auteur:

Jonathan est un amoureux de l’écrit. Il croit que la meilleure façon de lutter contre cette polarisation des nouvelles et de la politique, à notre époque, est d’avoir une vision équilibrée. Les deux côtés de l’histoire sont tout aussi importants. Il aime aussi les voyages et la musique live.

Source : #Norway\.mw / #NorwayTodayNews

Avez-vous un conseil d’actualité pour Norway\.mw ? Nous voulons l’entendre. Contactez-nous au info@norwaytoday.no