Le PST ne pense pas que les femmes norvégiennes de l'Etat islamique en Syrie représentent un risque majeur pour la sécurité à court terme - 3
Photo : Beate Oma Dahle / NTB

Le Service de sécurité de la police norvégienne (PST) ne pense pas que les femmes norvégiennes affiliées à l’Etat islamique en Syrie représenteront un risque majeur à court terme, mais affirme qu’elles peuvent contribuer à la radicalisation à l’avenir.

Quatre femmes norvégiennes et quatre enfants sont toujours détenus en Syrie. Toutes les femmes sont inculpées par le Service de sécurité de la police (PST) pour participation à une organisation terroriste. Maintenant, le PST publie son évaluation de la façon dont la sécurité en Norvège sera affectée si une ou plusieurs des femmes sont ramenées dans le pays.

Superbe Balade en traineau avec des Huskies

« Je ne pense pas que quatre femmes qui doivent faire l’objet d’une enquête pour d’éventuelles infractions pénales poseront un grand risque pour la sécurité à court terme… Le rôle qu’elles joueront dans la société norvégienne en matière de radicalisation est une autre discussion », a déclaré le chef du PST, Hans Sverre Sjøvold. a déclaré à Norwegian Broadcasting (NRK).

Sur les quatre femmes qui se trouvent encore en Syrie, une seule d’entre elles a pris ses distances avec le groupe extrémiste ISIS, selon NRK. La femme a déclaré à NRK qu’elle pensait que l’EI était une organisation terroriste. L’une des autres femmes en Syrie a déclaré que le temps avec l’Etat islamique était le meilleur de sa vie, tandis que les sœurs de Bærum n’ont pas voulu commenter ce qu’elles pensaient de l’Etat islamique.

Superbe Balade en traineau avec des Huskies

La ministre des Affaires étrangères Anniken Huitfeldt (AP) a déclaré que le gouvernement ne ramènerait pas activement de combattants étrangers en Norvège.

Source : © NTB Norway\.mw / #Norway\.mw / #NorwayTodayNews

Avez-vous un conseil d’actualité pour Norway\.mw ? Nous voulons l’entendre. Contactez-nous au [email protected]