Opinion : Oubliez ce que vous lisez sur les réseaux sociaux - les Norvégiens ont en fait une attitude positive envers les réfugiés - 9

L’invasion russe de l’Ukraine a provoqué une crise humanitaire inédite depuis la crise migratoire européenne de 2015. Plus de deux millions d’Ukrainiens ont fui la guerre et la destruction gratuite pour la sécurité dans des pays proches et lointains. Ici, en Norvège, il y a eu un débat sur la perception d’un double standard consistant à aider rapidement les Ukrainiens tout en ne faisant pas assez pour les Afghans lorsque les talibans ont pris le contrôle du pays. Alors que la Norvège se prépare à accueillir davantage de réfugiés ukrainiens, existe-t-il vraiment un double standard dans la politique norvégienne en matière de réfugiés ?

La guerre de Poutine déclenche une crise humanitaire en Europe qui éclipse 2015 et pourrait même dépasser 1945

La décision profondément instable de Vladimir Poutine d’envahir l’Ukraine avec toute la force de l’armée russe a provoqué une guerre en Europe, la soi-disant « nouvelle guerre froide » atteignant son point d’ébullition. Il y a des scènes poignantes de réfugiés ukrainiens fuyant pour la sécurité de l’Occident, mais c’est une scène tragique à laquelle l’Europe et la Norvège devraient être habituées. Au cours des 5 dernières années, deux crises humanitaires ont « ébranlé » les frontières et les consciences européennes.

Avant de regarder le présent et de voir ce que la Norvège a fait ou aurait dû faire, revenons en arrière pour voir comment les deux précédentes crises humanitaires ont été gérées en Europe en général et par la Norvège en particulier.

Découvrez un magnifique Fjord

2015 : la guerre civile syrienne provoque une crise migratoire européenne

La première crise de réfugiés, et la plus dramatique, a résulté de la guerre civile syrienne. Cela a vu une piste humaine triste et tragique de plus de 1,3 million de personnes entrant en Europe pour demander l’asile. La majorité de ces réfugiés venaient de Syrie, mais d’autres de pays déchirés par la guerre ont également fait le voyage, notamment des Afghans, des Irakiens, des Nigérians, des Pakistanais et des Érythréens.

Superbe Balade en traineau avec un guide Sami

La destination finale de nombre de ces demandeurs d’asile était des pays plus riches d’Europe du Nord, comme l’Allemagne ou la Suède. Pourtant, selon les Nations Unies, 57% des réfugiés ont demandé l’asile en Allemagne et en Serbie. L’Allemagne a accueilli plus d’un million de réfugiés, une politique résumée par la boutade de la chancelière Angela Merkel « Wir schaffen das ! (On peut le faire!)

Plus près de chez nous, la Suède a également accueilli de nombreux réfugiés, plus du double de l’accueil du Royaume-Uni (provisoirement encore membre de l’Union européenne) et 6 fois celui du Danemark. Pour la période 2015-2017, le gouvernement Solberg, une coalition de centre-droit avec un parti populiste et d’extrême droite comme partenaire junior, a supervisé l’octroi de l’asile à 35 485 réfugiés. 8 000 d’entre eux ont été pris en charge dans le cadre d’un quota mandaté par les Nations Unies.

Photo: Forsvaret / NTB

2020: Le retrait de l’OTAN d’Afghanistan voit les talibans reprendre le pays

La prochaine crise des réfugiés a résulté du retrait de l’OTAN de l’Afghanistan. Avec l’élection du président Biden pour retirer les forces américaines du pays avant le 20e anniversaire du 11 septembre, d’autres pays de l’OTAN ont emboîté le pas. En l’espace de quelques jours en août 2020, le gouvernement théoriquement démocratique (quoique excessivement kleptocratique) d’Ashraf Ghani s’est effondré alors que les talibans revenaient en masse pour s’emparer du pays, plongeant l’Afghanistan dans une nouvelle période d’intolérance, de misogynie et de violence.

Des milliers d’Afghans ont tenté de fuir la persécution religieuse et culturelle suffocante des talibans, en particulier ceux qui avaient travaillé avec les forces de l’OTAN essayant de reconstruire leur pays de la ruine au cours des deux dernières décennies. Le retrait de l’OTAN, dont la Norvège a fourni des forces, a vu des scènes chaotiques de désespoir alors que des milliers d’Afghans tentaient de s’assurer le passage hors du pays soit dans une ambassade occidentale, soit, littéralement, en montant sur des vols d’évacuation au départ de l’aéroport de Kaboul.

Les pays membres de l’UE ont accepté d’accueillir 40 000 réfugiés tandis que la Norvège a accueilli, fin 2021, plus de 1 000 Afghans. La moitié de ce nombre (500) étaient des enfants tandis que 200 avaient déjà des liens familiaux ici en Norvège. Les autres étaient soit des militants des droits de l’homme, avaient travaillé à l’ambassade de Norvège ou avec les forces de l’OTAN – essentiellement tous seraient pourchassés par les talibans s’ils restaient dans le pays. 25 enfants non accompagnés à l’aéroport de Kaboul ont également obtenu l’asile en Norvège.

Réponse immédiate de la Norvège aux réfugiés ukrainiens

Quelques jours après le début de l’invasion russe de l’Ukraine, le gouvernement norvégien a annoncé son plan d’accueil des réfugiés ukrainiens. Les Ukrainiens déjà en Norvège déjà titulaires d’un permis ou d’un visa peuvent rester indéfiniment tandis qu’une protection collective temporaire a été accordée aux réfugiés ukrainiens entrants. Le Storting envisage également des changements juridiques pour aider les réfugiés à s’intégrer rapidement et à poursuivre leur vie aussi normalement que possible à leur arrivée en Norvège.

Mis à part ceux qui ont la chance de pouvoir fuir sur leurs deux jambes, les autorités sanitaires du pays ont été chargées par le gouvernement de faire des préparatifs afin d’aider les Ukrainiens blessés. Eivind Hansen, directeur de Helse Bergen, a déclaré au journal Bergen Tidenes que le gouvernement les avait informés que la Norvège allait recevoir un afflux de patients dans les prochains jours. Le gouvernement a annoncé son intention de le faire par pont aérien et estime qu’il peut augmenter la capacité hospitalière pour traiter 550 patients de la zone de guerre en Ukraine.

Plus de 1 000 Ukrainiens ont obtenu l’asile et sont déjà ici en Norvège, selon la Direction norvégienne de l’immigration (Utlendingsdirektoratet, UDI). Ce chiffre est sûr d’augmenter à mesure que la guerre se poursuit lentement, le gouvernement faisant de nouveaux plans pour aider à faciliter un apport plus important. Il cherche maintenant 8 000 nouvelles places d’hébergement d’urgence pour l’afflux attendu d’Ukrainiens fuyant la mort et la destruction qui hante désormais leur patrie.

UDI
UDI : Direction norvégienne de l’immigration. Photo : Terje Pedersen / NTB

Politique des réfugiés – réseaux sociaux vs réalité

Un sujet brûlant qui fait le tour des médias sociaux dans ce pays est de se demander s’il existe un double standard en ce qui concerne le traitement des réfugiés par la Norvège. Beaucoup estiment que le tapis rouge a été déroulé pour ces Ukrainiens (européens) tandis que les Syriens (non européens), les Afghans, etc. ont été soumis à une forme de racisme institutionnel car ils ont été soumis à des niveaux de contrôle beaucoup plus élevés afin d’obtenir asile en Norvège.

Il suffit de regarder la politique officielle du gouvernement l’année dernière pour voir que c’est un non-sens. La Norvège ne possède aucune sorte de racisme structurel dans sa politique d’accueil des réfugiés. C’est au cours de la dernière année du gouvernement Solberg (centre-droit) en 2021 que la Norvège a en fait dépassé son «quota de réfugiés» en accueillant plus de 3 000 réfugiés pour la réinstallation. Bien que le pays n’ait pas atteint son quota en 2020, cela était davantage dû aux restrictions de voyage imposées par la pandémie, aux fermetures sociétales et à la fermeture des frontières qu’aux intentions malveillantes du gouvernement.

L’arrivée de réfugiés dans le passé a provoqué un retour de bâton politique dans toute l’Europe, mais pas autant en Norvège

Il ne fait aucun doute que la politique européenne a subi un contrecoup de la crise des migrants de 2015. L’expansion rapide, la croissance et la pénétration dans la politique dominante des partis extrémistes, populistes et d’extrême droite comme l’Allemagne Alternative pour l’Allemagne et celle de la France Rassemblement National ou même le Sverigedemokraterna plus près de chez moi en Suède était dérangeant.

Pourtant, en Norvège, l’accueil des réfugiés était considéré comme faisant partie du devoir civique de la nation et les partis d’extrême droite n’ont pas eu l’influence sur la politique dominante ici qu’ils ont eue dans d’autres pays européens. Il y a eu des protestations et des manifestations de groupes extrémistes marginaux, mais celles-ci n’ont pas encore connu de succès électoral. Le gouvernement Solberg a été réélu grâce à une position intransigeante sur l’immigration et les réfugiés, resserrant les politiques et les réglementations à la suite de la crise de 2015. Depuis lors, l’immigration, l’intégration et les efforts humanitaires de la Norvège sont devenus des sujets brûlants dans toutes les discussions politiques.

Contrôle des passeports
Photo : Gorm Kallestad / NTB

La bénédiction de la biométrie et de la géographie

D’un point de vue logistique, les Ukrainiens se sont d’abord rendus dans les pays européens voisins, puis en Norvège d’une manière beaucoup plus facile que les autres réfugiés en 2015 ou 2020. Le chemin emprunté par de nombreux Ukrainiens était vers l’ouest vers la Pologne en voiture ou en train. Comparez cela aux milliers de kilomètres que les Afghans ont dû parcourir par voie terrestre à travers l’Asie, aux quelques avions militaires norvégiens bourrés de réfugiés afghans après la chute de Kaboul ou aux voyages meurtriers en bateau que de nombreux Syriens ont effectués des îles turques aux îles grecques. Tout simplement, la position géographique de l’Ukraine, en Europe de l’Est, a facilité l’échelle et la portée de l’aide humanitaire de la Norvège.

D’un point de vue juridique, aussi triste soit-il, les Ukrainiens sont plus intégrés dans le système européen que les réfugiés d’autres pays non européens. Les Ukrainiens titulaires d’un passeport biométrique ont le droit de voyager sans visa, jusqu’à 90 jours, dans l’espace Schengen dont la Norvège fait partie. Après avoir traversé la frontière avec la Pologne, la Roumanie, la Slovaquie ou la Hongrie (tous des pays Schengen), les Ukrainiens sont libres d’accéder à l’un des 22 autres pays de la zone, y compris la Norvège.

Le gouvernement a également annoncé qu’il élaborait des plans avec les autorités gouvernementales locales pour l’enregistrement des réfugiés ukrainiens en Norvège. Ainsi, les bénédictions de la géographie et des passeports biométriques ont été accordées aux Ukrainiens – et non aux autres réfugiés – ce pour quoi aucun gouvernement norvégien ne peut être ratissé.

Les dernières statistiques montrent des attitudes positives de la société envers les réfugiés

La Norvège a une longue et fière tradition d’aide humanitaire gouvernementale et non gouvernementale (pensez au Conseil norvégien pour les réfugiés) et d’accueil de personnes provenant de pays déchirés par la guerre. C’est en partie pourquoi la société norvégienne est l’une des plus prospères, tolérantes, diversifiées et dynamiques au monde. Ce sentiment est très bien reflété dans une enquête récente qui a montré que 80% des Norvégiens pensent que les immigrés apportent une contribution importante à la vie professionnelle ici.

Il y aura un afflux de réfugiés ukrainiens dans ce pays dans les mois à venir. Leur voyage ici a été littéralement et métaphoriquement plus facile que leurs homologues afghans ou syriens. En fait, au cours de la dernière décennie (qui comprenait deux crises humanitaires), la proportion de Norvégiens qui pensent que les permis de séjour pour réfugiés devraient être plus faciles à obtenir a plus que triplé, passant de 6 % (en 2012) à 20 % (en 2021). Ce n’est pas le genre de choses que certains sur les réseaux sociaux voudraient vous faire croire. Avec des attitudes aussi positives envers les réfugiés, comment les Norvégiens (ou leur gouvernement) peuvent-ils vraiment être étiquetés comme « racistes » ou « anti-réfugiés » ?

Guerre d'Ukraine
Une scène de ce que les Ukrainiens ont maintenant vu leur pays se transformer – une zone de guerre. Photo: AP Photo / Evgueniy Maloletka

Concentrez-vous sur des choses plus importantes

Indépendamment de ce qui se répand sur les réseaux sociaux, il n’y a pas de double standard dans l’accueil des réfugiés en Norvège. Il ne fait aucun doute que la Norvège, et plus particulièrement l’OTAN, auraient dû faire plus en Afghanistan pour empêcher les talibans de reprendre le contrôle. La Norvège fait environ la moitié de la taille de la Suède, mais elle a accueilli environ un quart du nombre de réfugiés, depuis la crise des migrants de 2015, que les Suédois ont fait. Les gouvernements peuvent toujours faire plus lorsqu’il s’agit de sauver des vies et d’en sauver d’autres.

L’attitude positive générale de la population, la politique gouvernementale officielle d’aide aux réfugiés dans le monde entier et un budget humanitaire proportionnellement important pour un si petit pays prouvent que le gouvernement norvégien fait mieux que la plupart lorsqu’il s’agit d’aider ceux qui en ont besoin. Pour l’instant, concentrons-nous sur des choses plus importantes comme l’accueil de ces Ukrainiens fuyant la guerre – comme nous l’avons fait avec tant d’autres.

Les opinions exprimées sont celles de l’auteur et ne sont pas détenues par Norway\.mw, sauf indication contraire.

A propos de l’auteur:

Jonathan est un amoureux de l’écrit. Il croit que la meilleure façon de lutter contre cette polarisation des nouvelles et de la politique, à notre époque, est d’avoir une vision équilibrée. Les deux côtés de l’histoire sont tout aussi importants. Il aime aussi les voyages et la musique live.

Source : #Norway\.mw / #NorwayTodayNews

Avez-vous un conseil d’actualité pour Norway\.mw ? Nous voulons l’entendre. Contactez-nous au info@norwaytoday.no