Nature et Jeunesse poursuivront la bataille contre le projet d'Engebø "tant que le permis autorisera le déversement en mer" - 3

Vendredi dernier, le ministère norvégien du Commerce et de l’Industrie a décidé d’attribuer une licence d’exploitation à Nordic Rutile pour un projet minier près du Førdefjord.

À l’époque, le ministre du Commerce et de l’Industrie Jan Christian Vestre (AP) avait déclaré que les exigences environnementales dans le permis d’exploitation avaient été renforcées.

« Le ministère a examiné le dossier de manière approfondie et a conclu que la société devait obtenir une licence d’exploitation conformément à la loi actuelle sur les minéraux. Cependant, les plaintes n’ont pas été vaines : j’ai écouté le mouvement écologiste et resserré considérablement les exigences environnementales dans le permis d’exploitation. Il a été important pour moi d’aller aussi loin que ma marge de manœuvre le permettait », a déclaré Vestre.

Superbe Balade en traineau avec un guide Sami

Pendant des années, le projet a fait polémique. Les organisations environnementales ont combattu bruyamment et sans relâche le projet d’Engebø, affirmant que la mine déverserait des tonnes de déchets miniers directement dans le Førdefjord riche en poissons.

Découvrez les Aurores Boréales

La Norvège aujourd’hui a contacté Nature et jeunesse (Natur og Ungdom), l’un des critiques les plus éminents du projet, et a demandé à l’organisation de commenter les développements les plus récents de l’affaire. Nous avons parlé à Simon Balsnessous-directeur nature et jeunesse.

NT : Comment commentez-vous la décision publiée vendredi dernier par le ministre du Commerce et de l’Industrie Jan Christian Vestre dans l’affaire Nordic Mining ?

SB : Je pense que c’est vraiment faible. (C’est) lâche qu’il n’en profite pas pour mettre un terme à ce projet désastreux. (C’est) une trahison de l’environnement et de la communauté locale.

NT : Le ministre Vestre affirme que les exigences environnementales du permis d’exploitation ont été « considérablement renforcées ». Êtes-vous satisfait de ce serrage ?

SB : (Les exigences environnementales) ont été quelque peu renforcées – mais pas assez, loin d’être suffisantes… Par exemple, parler de pelles électriques… Les poissons se fichent que les pelles soient électriques. Tout cela est très vague, sans limites strictes. Tant que le permis autorise le rejet en mer, ce n’est pas suffisant.

NT : Quels risques environnementaux voyez-vous par rapport au projet ?

SB : Le plus grand risque si le projet va de l’avant serait la destruction de l’écosystème sain du fjord. Mais la bataille est loin d’être gagnée ; le projet manque toujours de financement. L’Autorité de surveillance AELE (ESA) examine toujours si la Norvège enfreint ou non la directive relative à l’eau et aux déchets miniers.

NT : Votre organisation envisage-t-elle de continuer à s’opposer aux opérations minières dans la région ?

SB : Nous nous y opposerons tant qu’il y aura des plans d’immersion en mer – par le biais d’actions de désobéissance civile. Le ministère met l’accent sur la nécessité d’une industrie minière durable dans le cadre de la transition verte. Mais le rutile qui sera extrait sera utilisé en peinture blanche ; ce n’est pas la chose la plus cruciale à avoir dans la transition verte. Détruire un fjord sain pour cela n’a aucun sens.

Norway\.mw a contacté Nordic Mining pour obtenir leurs commentaires sur l’affaire. Nous les publierons dès que nous les aurons.

Robin-Ivan Capar est contributeur et éditeur de Norway\.mw.

Source : #Norway\.mw / #NorwayTodayNews

Avez-vous un conseil d’actualité pour Norway\.mw ? Nous voulons l’entendre. Contactez-nous au info@norwaytoday.no