Opinion : Alors que nos voisins nordiques se préparent à entrer dans l'OTAN, qu'est-ce que cela signifie pour la Norvège ? - 7

La récente demande d’adhésion de la Suède et de la Finlande à l’Organisation du Traité de l’Atlantique Nord (OTAN) est considérée comme le plus grand changement de paradigme géopolitique dans la région nordique depuis des années. Cependant, la Turquie (un membre) et la Russie (un adversaire stratégique) sont moins que ravies du désir des deux pays nordiques de se joindre. Que pourrait signifier l’adhésion de la Suède et de la Finlande à l’OTAN pour leur plus proche voisin et allié, la Norvège ?

L’invasion russe de l’Ukraine force la main des Finlandais et des Suédois

Lorsque les soldats russes ont illégalement franchi la frontière et envahi l’est de l’Ukraine, en mars, beaucoup savaient que la carte géopolitique de l’Europe allait changer. Peu, cependant, auraient prédit que cette invasion russe de l’Ukraine mettrait fin à des décennies de neutralité officielle suédoise et finlandaise. Pourtant, cet acte illégal d’agression russe a été cité comme la principale raison pour laquelle la Suède et la Finlande ont finalement abandonné leurs manteaux de neutralité et se sont glissées dans le processus de candidature de l’OTAN. L’entrée dans cette alliance positionnerait fermement les deux pays nordiques dans un bloc militaire qui a d’abord été créé pour contrer l’agression russe (soviétique).

La Suède et la Finlande sont toutes deux partenaires de l’OTAN depuis des années et cette association de travail étroite leur facilitera, en théorie, l’adhésion au bloc militaire. L’ambassadeur suédois auprès de l’OTAN, Axel Wernhoff, et son collègue finlandais, Klaus Korhoen, ont remis les candidatures, en personne, à Bruxelles, à ce que le secrétaire général de l’OTAN (propre et ancien Premier ministre norvégien), Jens Stoltenberg, a déclaré : «est une bonne journée à un moment critique pour notre sécurité.

L’élargissement de l’OTAN est le pire cauchemar de Poutine

Dans ce qui doit être le pire cauchemar de Vladimir Poutine, son « opération militaire spéciale » en Ukraine (une invasion illégale d’un pays souverain) a en fait aggravé sa position géopolitique. Poutine déplore depuis des années l’élargissement de l’OTAN, en particulier après l’effondrement de l’Union soviétique au début des années 1990. Au milieu de cette décennie, une vaste bande d’anciennes républiques soviétiques a rejoint l’OTAN essentiellement, selon Poutine, amenant le mastodonte militaire occidental aux frontières de la Russie. Son invasion, déclenchant la candidature de la Suède et de la Finlande à l’OTAN, va maintenant allonger la frontière nord de l’OTAN avec la Russie des 196 kilomètres qu’elle était avec la Norvège à plus de 1 300 kilomètres. La mer Baltique deviendra essentiellement un étang de l’OTAN, ce qui rendra de plus en plus difficile pour la prestigieuse flotte russe de la Baltique de jeter ses muscles.

Dans le « Grand Nord » – c’est-à-dire la terre au-delà du cercle polaire arctique – regorgeant de ressources naturelles et devenant un théâtre économique et géopolitique de plus en plus important – la Russie n’avait, jusqu’à son invasion de l’Ukraine, qu’un seul membre occidental de l’OTAN à sa frontière. Il pourrait maintenant en avoir deux, avec la Suède à proximité. Tous ces 3 pays ont une armée importante qui a les connaissances institutionnelles et pratiques pour opérer dans l’une des régions les plus froides de la terre. La Norvège accueille déjà d’importantes forces de l’OTAN dans le pays et il en sera probablement de même prochainement pour ses deux voisins nordiques.

L’invasion de l’Ukraine, on peut le supposer maintenant avec un peu de recul, n’était clairement pas la meilleure décision pour un dictateur de plus en plus paranoïaque comme Poutine. Ce qui aggrave la situation, c’est le fait que deux autres pays ont rejoint l’OTAN (dont un avec une longue frontière avec la Russie) en conséquence directe de ladite invasion est une catastrophe complète pour la position géopolitique de la Russie.

frontière russe Russie
La demande suédoise et finlandaise d’adhésion à l’OTAN, si elle est approuvée, allongera la frontière de l’OTAN avec la Russie d’environ 1400 kilomètres. Montré ici est le poste frontière entre la Norvège et la Russie à Kirkenes (NOR) Storskog (RUS). Photo : Vidar Ruud / scanpix NTB

Forte réaction russe aux candidatures des voisins nordiques à l’OTAN

La réaction à la demande conjointe de la Suède et de la Finlande d’adhérer à l’OTAN a suscité un mépris généralisé de la part de la Russie. La Russie a déclaré que cet élargissement, selon le porte-parole du gouvernement russe Dmitri Peskov, « ne contribuera pas à la stabilité européenne » et que « … l’alliance de l’OTAN reste un outil de confrontation ». De nombreux gouvernements occidentaux ont trouvé quelque peu risible que la Russie sermonne les autres sur la nature actuelle de l’insécurité de la sécurité et de la stabilité européennes après avoir lancé une invasion illégale d’un pays européen souverain.

La Russie a averti, à la fois diplomatiquement et publiquement, la Suède et la Finlande des «conséquences» si elles rejoignaient effectivement l’OTAN. Reste à savoir quelles sont ces conséquences, mais l’ancien président russe (et allié de Poutine) Dmitri Medvedev a précédemment suggéré que des armes nucléaires pourraient être déployées dans la région de la Baltique si ces deux voisins nordiques rejoignaient l’OTAN. La Russie serait-elle disposée à placer l’Europe au centre d’une nouvelle crise des armes nucléaires inédite depuis la crise des missiles de Cuba au début des années 1960 ?

Les relations entre la Norvège et la Russie pourraient changer

La relation de la Norvège avec la Russie en est une de gestion prudente. Bien qu’elle fasse partie de l’OTAN, la Norvège a adopté une approche plus pragmatique des relations avec son grand voisin. Avant l’invasion, les relations économiques entre les deux pays devenaient de plus en plus importantes. La Norvège avait un déficit commercial important avec la Russie et avait vu les marchandises importées augmenter de 58,9 % en 2021 pour atteindre un total de 21,8 milliards de NOK. Cependant, depuis l’invasion, la relation économique est presque inexistante en raison des sanctions économiques imposées à la Russie par de nombreux grands pays occidentaux et européens, dont la Norvège. Le soutien de la Norvège aux candidatures finlandaise et suédoise à l’OTAN pourrait voir la Russie arrêter essentiellement le peu d’activité économique qui reste entre les deux pays, en particulier l’exportation de pétrole et de gaz.

D’un point de vue stratégique, la Norvège regardera à la fois avec un sentiment de sécurité et une peur possible si la candidature de la Suède et de la Finlande est approuvée et qu’elles commencent à accueillir des forces majeures de l’OTAN. Il place la Norvège en synchronisation militaire avec ses deux voisins les plus proches et aide à sécuriser le flanc nord de l’OTAN – la sécurité en nombre n’est jamais une mauvaise idée. Cependant, cela pourrait également faire du « Grand Nord » le prochain champ de bataille – métaphoriquement ou physiquement – ​​pour une nouvelle concurrence géopolitique entre l’OTAN et la Russie. S’il y a un renforcement militaire dans la région, cela signifierait que la Norvège devrait augmenter ses budgets de sécurité nationale et de défense.

La demande d’adhésion de la Suède et de la Finlande à l’OTAN pourrait bien avoir des conséquences économiques et géopolitiques pour la Norvège. Plus l’invasion russe de l’Ukraine se prolonge – et de nombreux experts pensent qu’elle ne sera pas résolue de sitôt – la Norvège et la Russie pourraient bien être forcées de changer leur relation autrefois pragmatique en quelque chose de plus contradictoire. Comme l’a si bien dit George W. Bush : « Vous êtes soit avec nous, soit contre nous ». La Norvège sait qu’elle ne pourra pas accomplir ce délicat exercice d’équilibriste diplomatique plus longtemps.

Recep Tayyip Erdoğan
Le président turc Erdogan a publié une liste de demandes que la Suède et la Finlande doivent se rencontrer avant que la Turquie ne signe son adhésion à l’OTAN. Photo : pool de la présidence turque via AP

Le président Erdogan jette des bâtons dans les roues

Pour que la Suède et la Finlande rejoignent l’OTAN, les 30 pays membres de l’alliance doivent être d’accord. Tous sauf 29 sont à l’exception de la Turquie. L’administration turque a présenté une liste de demandes à la Suède et à la Finlande à rencontrer avant de pouvoir approuver leur adhésion à l’OTAN. Ces revendications impliquent de se distancier de ce que le gouvernement turc appelle un « groupe terroriste », le Parti des travailleurs du Kurdistan (Partiya Karkerên Kurdistanê, PKK), et en faisant preuve de plus de souplesse dans l’extradition des ressortissants turcs recherchés opposés au régime actuel d’Erdogan.

Ce n’est que fin 2019 qu’il est apparu qu’un rapport d’un institut étroitement lié au président turc Recep Tayyip Erdoğan désignait plus de 120 Norvégiens comme partisans du PKK et donc passibles d’emprisonnement s’ils se rendaient en Turquie. Sur cette liste figuraient plusieurs politiciens éminents ainsi que des universitaires et des militants. Comme la Norvège a si publiquement soutenu l’adhésion de la Suède et de la Finlande à l’OTAN, cette liste pourrait-elle être complétée par le régime d’Erdogan puisque les trois pays nordiques ont souvent rencontré des membres du PKK pour des pourparlers de paix ?

Jusqu’où la Norvège et les autres pays de l’OTAN iront-ils pour s’assurer que les demandes turques sont satisfaites ? S’ils ne sont pas respectés et que le président turc Erdogan n’est pas satisfait, cela entraînera-t-il un changement dans les relations de la Norvège avec la Turquie ? L’adhésion de la Suède et de la Finlande à l’OTAN offre à la Norvège un sentiment de sécurité supplémentaire dans le « Grand Nord », alors le président Erdogan sera-t-il tenu personnellement responsable si les candidatures finlandaise et suédoise ne sont pas approuvées ?

Si les membres de l’OTAN n’apaisent pas rapidement le président turc Erdogan, et si la candidature de la Suède et de la Finlande à l’OTAN est contrecarrée, la Norvège pourrait bien refroidir ses relations avec la Turquie.

La candidature de l’OTAN affecte la Norvège dans les deux sens

La candidature suédoise et finlandaise à l’adhésion à l’OTAN est considérée comme un énorme mouvement géopolitique stratégique qui n’a pas été vu dans la région nordique depuis des années. D’une part, cela élargira la frontière terrestre de l’OTAN avec la Russie, au grand dam du président russe Poutine. Cela assurera la présence militaire de l’OTAN (et de la Norvège) au-delà du cercle polaire arctique. D’un autre côté, si l’adhésion est contrecarrée par les exigences turques, la Norvège restera le seul pays occidental de l’OTAN à avoir une frontière avec une Russie de plus en plus agressive.

Les États-Unis ont annoncé publiquement que tout obstacle turc à l’adhésion de la Suède et de la Finlande à l’OTAN serait rapidement surmonté. Un sommet de l’OTAN se tiendra à Madrid à la fin du mois prochain où l’on s’attend à ce que tous les pays de l’OTAN apportent leur plein soutien à la candidature des pays nordiques. Si cela se produit comme prévu, beaucoup de Norvégiens pousseront un soupir de soulagement et accueilleront leurs voisins nordiques dans cette importante alliance militaire.

Les opinions exprimées sont celles de l’auteur et ne sont pas détenues par Norway\.mw, sauf indication contraire.

A propos de l’auteur:

Jonathan est un amoureux de l’écrit. Il croit que la meilleure façon de lutter contre cette polarisation des nouvelles et de la politique, à notre époque, est d’avoir une vision équilibrée. Les deux côtés de l’histoire sont tout aussi importants. Il aime aussi les voyages et la musique live.

Source : #Norway\.mw / #NorwayTodayNews

Avez-vous un conseil d’actualité pour Norway\.mw ? Nous voulons l’entendre. Contactez-nous au [email protected]