Le géant du saumon Lerøy Seafood a gagné 831 millions de NOK grâce à ses opérations au troisième trimestre - 3

L’entreprise agricole Lerøy Seafood a réalisé un bénéfice d’exploitation avant ajustements de valeur de 831 millions NOK au troisième trimestre, contre 579 millions NOK au même trimestre l’an dernier.

Cela ressort du récent rapport trimestriel de la société publié mardi matin.

« La forte demande de produits de la mer, y compris la réalisation de prix nettement meilleurs pour les principaux produits du groupe, est la raison la plus importante de l’amélioration des bénéfices par rapport à la période correspondante de l’année dernière », écrit la société dans une annonce boursière.

Selon les estimations des analystes obtenues par Infront, un résultat de 864 millions de NOK était attendu au cours du trimestre.

Le chiffre d’affaires augmente

Avec des revenus de 7,4 milliards de NOK au troisième trimestre, le chiffre d’affaires pour les neuf mois de l’année s’élève désormais à 19,5 milliards de NOK, contre 16,6 milliards de NOK à la même période l’an dernier.

Pour le deuxième trimestre consécutif, Lerøy enregistre un chiffre d’affaires record, après le record précédent au deuxième trimestre.

Jusqu’à présent cette année, le bénéfice d’exploitation avant ajustements de valeur s’élève à 2,4 milliards NOK, contre 1,6 milliard NOK au cours des neuf premiers mois de l’année dernière.

D’après l’annonce en bourse, il est en outre indiqué que Lerøy s’attend à un volume total de récolte de 202 000 tonnes en 2023, contre 203 000 tonnes pour l’ensemble de 2022. Cela inclut la participation dans Scottish Seafarms. Bien que le prix du saumon ait baissé depuis le deuxième trimestre, il est toujours plus élevé que l’an dernier, écrit Lerøy, qui prévient également que la pression inflationniste dans l’économie affecte l’évolution des coûts.

Le total des coûts s’est terminé au cours du trimestre à environ 6,3 milliards NOK, contre environ 5,4 milliards NOK au même trimestre l’an dernier.

En outre, le rapport trimestriel et l’annonce boursière associée consacrent beaucoup d’espace à une nouvelle attaque contre le projet de taxe sur les loyers fonciers.

« La proposition se caractérise par un manque de compréhension de la chaîne de valeur de l’industrie », indique-t-il presque en tête du rapport du troisième trimestre.

Norvège et Ecosse

Lerøy Seafood Group exploite la production de saumon et de truite dans l’ouest de la Norvège, le centre de la Norvège et le nord de la Norvège. En outre, la société possède la plus grande société de chalutiers de Norvège, Lerøy Havfisk (anciennement Aker Seafoods), la société de transformation Lerøy Norway Seafoods et la moitié de la société écossaise de saumon Scottish Sea Farms.

L’entreprise a déjà annoncé au deuxième trimestre, qui s’est également terminé avec un chiffre d’affaires record grâce aux prix élevés du saumon, que le volume d’abattage pour le second semestre augmenterait, tout comme le chiffre d’affaires.

– Comme d’habitude, nous avons une baisse saisonnière des prix au second semestre, mais le marché sous-jacent est tendu et nous prévoyons toujours de bons bénéfices dans l’aquaculture, a déclaré le PDG Beltestad.

Dans une mise au point début octobre, l’éleveur a également fourni les chiffres clés du troisième trimestre, comme à l’accoutumée. Là, il est devenu clair que le volume total d’abattage au cours du trimestre s’est terminé à 56 200 tonnes, légèrement inférieur à celui du même trimestre l’an dernier. Jusqu’à présent cette année, Lerøy a un volume d’abattage total de 121 300 tonnes.

Lerøy est évalué à 28,4 milliards de NOK à la Bourse d’Oslo.

Licenciements annoncés

La semaine dernière, le groupe Lerøy a annoncé des licenciements allant jusqu’à 339 employés dans plusieurs installations de transformation du saumon à partir du début de l’année. L’avis est intervenu à la suite de la proposition du gouvernement de taxe sur les loyers fonciers, qui a complètement paralysé le marché des contrats.

– Pour transformer le saumon, nous devons avoir des contrats à long terme, et ce marché a presque complètement disparu après la proposition du gouvernement de tripler la taxe et le modèle qu’ils utilisent. Si nous n’avons pas de clients pour nos produits transformés, nous ne pouvons pas les produire non plus, a alors déclaré le PDG Beltestad.

C’est surtout le prix dit standard qui pose problème. Afin de réduire les possibilités d' »ajustements fiscaux » lors d’échanges entre sociétés liées, le ministère des Finances a proposé d’utiliser un prix de bourse pour le saumon (prix normatif) lors du calcul de la taxe sur la rente foncière. Les producteurs de saumon risquent alors de devoir taxer un prix beaucoup plus élevé que le prix réel et préfèrent vendre sur le marché au comptant pour réduire le risque fiscal.

Le politicien de Rødt, Geir Jørgensen, a qualifié la semaine dernière les notifications de Lerøy de « sabre cliquetis ».

– Je considère cela comme une campagne contre l’impôt foncier. Ensuite, il sera très intéressant de voir ce que l’entreprise a gagné au troisième trimestre. Je ne pense pas qu’il y aurait une raison pour que Lerøy mette les travailleurs à la porte, a-t-il déclaré. Lerøy a nié que les avis de licenciement ne soient pas réels.

Lundi, on a appris que l’entreprise de saumon Salmar avait également annoncé des licenciements massifs à partir du 1er janvier en raison d’un manque de contrats pour les produits transformés.

(Conditions)Copyright Dagens Næringsliv AS et/ou nos fournisseurs. Nous aimerions que vous partagiez nos cas en utilisant des liens, qui mènent directement à nos pages. La copie ou d’autres formes d’utilisation de tout ou partie du contenu ne peuvent avoir lieu qu’avec une autorisation écrite ou dans la mesure permise par la loi. Pour plus de termes voir ici.