La vague de froid fait flamber les prix de l'électricité : - Situation inquiétante - 5

Il y a trois semaines, l’électricité était presque gratuite dans le sud de la Norvège grâce à un temps doux, des précipitations et beaucoup de vent sur le continent.

Aujourd’hui, le prix de l’électricité atteint de nouveaux sommets. Lundi, le prix au comptant grimpe à plus de 2,90 NOK par kilowattheure plus les taxes et la location du réseau dans le sud de la Norvège. Entre 18h et 19h, l’électricité coûte plus de quatre couronnes, selon la bourse d’électricité Nord Pool.

Dans le centre de la Norvège, le prix moyen sera de deux couronnes le kilowattheure lundi.

Mais tout indique que cela va empirer. Parce que maintenant la vague de froid arrive.

Demander à l’industrie de l’électricité de faire le ménage : – Comportement purement crapuleux

– Situation effrayante

– Nous devons nous préparer à une situation rare et redoutée dans la semaine à venir en raison de la combinaison du temps froid et de la faible production d’énergie éolienne dans de grandes parties de l’Europe, déclare l’analyste principal Olav Johan Botnen dans Volue Insight.

– Dans les régions centrales de l’Europe, une vague de froid est la dernière chose que vous souhaitez. Parce que cela signifie que la consommation de gaz et d’électricité est gaspillée et que les réserves de gaz s’épuisent donc plus rapidement que la normale. Ensuite, le prix du gaz augmente – et donc aussi le prix de l’électricité. Avec la réduction significative de l’approvisionnement en gaz canalisé en provenance de Russie, la consommation de gaz doit baisser d’au moins 15 % en Allemagne. Mais la consommation doit baisser encore plus lorsque le temps froid s’installe, dit-il.

En Europe centrale, les prévisions à long terme indiquent des températures inférieures d’environ trois degrés à la normale pour la semaine. De nombreux degrés de froid sont prévus pour le week-end à Berlin, Hambourg, Paris et Amsterdam, selon Yr.no

– La situation est aggravée par le fait que la production d’énergie éolienne devrait être réduite de moitié la semaine prochaine, ajoute Botnen.

Par ailleurs, il rappelle que plusieurs réacteurs nucléaires en France sont hors service pour maintenance. Beaucoup d’entre eux devraient être de nouveau opérationnels sous peu, mais s’il y a de nouveaux retards, il y a un risque que la vague de froid arrive en premier, selon Botnen.

– Ensuite, la France doit importer un maximum d’électricité gazière des pays voisins, pays qui sont reliés à la Norvège via les câbles étrangers. Ensuite, dans le pire des cas, les prix de l’électricité peuvent monter très haut chez nous aussi. Nous parlons rapidement de prix au comptant bien supérieurs à quatre couronnes par kilowattheure. Mais cela peut aussi être bien plus. La France est donc à bien des égards la clé ici, dit-il.

Date limite de prise en charge de l’alimentation dimanche prochain : – Quasiment impossible à respecter

dnPlus

Affecte la Norvège centrale

Mais il ne s’arrête pas là. Parce qu’en Suède également, l’un des réacteurs d’une centrale nucléaire à l’extérieur de Göteborg est hors service. Par ailleurs, l’un des réacteurs d’Oskarshamn 3, le plus gros de Suède, sera arrêté pour maintenance pendant une dizaine de jours à partir du 9 décembre.

– Ensuite, la Suède n’a plus assez de réacteurs en fonctionnement pour faire face à une vague de froid sans que les prix puissent monter très haut, et cela va se répercuter sur toutes les zones de prix en Norvège. Pour la Norvège centrale, la hausse des prix est peut-être la plus surprenante, car cette zone de prix est relativement fortement liée à la Suède. Après que le centre de la Norvège ait eu récemment un temps relativement sec et sans vent et donc moins d’eau que la normale dans les réservoirs, c’est dans cette région que la vague de froid est susceptible d’être la plus dure avec des températures de neuf à dix degrés inférieures à la normale, explique Botnen.

L’Institut météorologique met en garde contre des températures jusqu’à moins 20 degrés à Røros, plus de dix bleus à Steinkjer et jusqu’à moins dix à Trondheim dans la vague de froid qui devrait s’installer à partir de jeudi.

– Alors que le sud de la Norvège a sûrement reçu plus d’eau que la normale ?

– Oui, mais le sud de la Norvège sera étroitement relié à l’Europe continentale via les câbles qui sont aujourd’hui entièrement exportés. Alors qu’il y a trois ou quatre semaines, nous avions un degré de remplissage supérieur à la normale, nous sommes maintenant en dessous de la normale à la fois en termes de degré de remplissage et de quantité de neige dans les montagnes de cette région. Nous ne pouvons pas continuer à vider les magazines aussi rapidement à l’avenir, et cela signifie que les prix devront augmenter, dit Botnen.

Il croit que l’on verra l’effet dès mardi-mercredi la semaine prochaine.

– Ceci est donc basé sur les prévisions météorologiques que nous avons aujourd’hui, mais bien sûr, cela peut changer dans les deux sens. Il existe, entre autres, un risque important que le froid s’installe et se prolonge.

Il est peu probable que davantage d’éolien offshore norvégien entraîne une baisse des prix de l’électricité en Norvège

Grande nervosité

Pour le premier trimestre de l’année prochaine, les prix sont également en hausse. Vendredi, le prix à terme converti en couronnes norvégiennes était d’environ 3,70 NOK par kilowattheure pour le sud de la Norvège.

– Je ne pense pas que nous serons à ce niveau lorsque le commerce de l’électricité ouvrira la semaine prochaine. Le temps sec, peu d’énergie éolienne et une vague de froid feront probablement grimper les prix, estime Botnen.

– Ce qui est assez certain, c’est que ce sera une semaine avec des prix de l’électricité élevés et une grande nervosité sur les marchés. Nous verrons à terme des conséquences sous la forme de réductions de la consommation tant dans l’industrie que dans le secteur des services et des ménages. Il finira par ralentir la hausse des prix si les prévisions météorologiques ne s’inversent pas et si les réacteurs se remettent en marche. Les réductions de consommation ont déjà été identifiées comme assez importantes dans les pays nordiques et d’Europe centrale, et cela s’applique également aux marchés du gaz, explique Botnen.

L’année dernière, le prix de l’électricité dans le sud de la Norvège était d’environ 1,80 NOK par kilowattheure en décembre et d’environ 1,5 NOK en moyenne au premier trimestre de cette année. De plus, il y a des frais et un loyer en ligne.

Le marché estime donc que le prix au comptant au premier trimestre de l’année prochaine va presque tripler pour atteindre environ 4 NOK.

En comparaison, le prix moyen de janvier à mars en 2020 était d’environ 15 øre, selon la bourse de l’électricité Nord Pool.(Conditions)Copyright Dagens Næringsliv AS et/ou nos fournisseurs. Nous aimerions que vous partagiez nos cas en utilisant des liens, qui mènent directement à nos pages. La copie ou d’autres formes d’utilisation de tout ou partie du contenu ne peuvent avoir lieu qu’avec une autorisation écrite ou dans la mesure permise par la loi. Pour plus de termes voir ici.