Les industriels du pétrole sont-ils les derniers optimistes ? - 7

Les industriels du pétrole sont-ils les derniers optimistes ? - 9

Dans l’épisode de cette semaine de Finansredaksjonen, nous parlons du prix du pétrole. Il a chuté de plus de 35 % au cours des six derniers mois et est maintenant proche du même niveau qu’avant l’invasion de l’Ukraine par la Russie. Cela ne semble pas affecter la confiance future des entreprises associées à l’industrie pétrolière.

Dans le récent rapport de la Norges Bank sur le réseau régional, il n’y a qu’un seul secteur qui attend toujours avec impatience la rentabilité et sa propre activité en 2023. Il s’agit du secteur des fournisseurs de pétrole. Plus tôt cette semaine, les chiffres sont venus de Statistics Norway qui ont montré que 156 900 personnes travaillent directement ou indirectement dans cette industrie, il est donc bon qu’il y ait un grand optimisme.

Le commentateur boursier Thor Christian Jensen estime que la différence entre le prix du pétrole et les valeurs marchandes des sociétés liées au pétrole sera comblée par des prix commençant à baisser. Le rédacteur financier Terje Erikstad souligne que les prévisionnistes estiment que le prix du pétrole sera de 96 dollars le baril dans un an (estimation médiane). Si c’est le cas, la mâchoire du requin se fermera avec la mâchoire inférieure (le prix du pétrole) en premier. Aujourd’hui, le prix du pétrole est de 78 dollars le baril.

Ce n’est pas facile à prévoir. Surtout pas sur le prix du pétrole. Mais vous pouvez devenir un peu plus sage en écoutant l’épisode de cette semaine de Finansredaksjonen.

(Conditions)Copyright Dagens Næringsliv AS et/ou nos fournisseurs. Nous aimerions que vous partagiez nos cas en utilisant des liens, qui mènent directement à nos pages. La copie ou d’autres formes d’utilisation de tout ou partie du contenu ne peuvent avoir lieu qu’avec une autorisation écrite ou dans la mesure permise par la loi. Pour plus de termes voir ici.