Fonds norvégien pour le climat ? Gardez votre cœur au chaud, mais aussi votre tête au frais - 7

Fonds norvégien pour le climat ? Gardez votre cœur au chaud, mais aussi votre tête au frais - 9

C’est la saison des tables de Noël. Six chefs d’entreprise norvégiens écrivent dans DN le 9 décembre sur la façon dont les revenus de la Norvège provenant des exportations de pétrole peuvent être utilisés pour résoudre deux problèmes : la mauvaise réputation internationale de la Norvège et la crise climatique.

Il y a eu quelque chose d’émouvant là-dedans quand, il y a quelques semaines, des gens bien intentionnés ont fait valoir que la Norvège devait vendre du gaz à l’Europe en dessous du prix du marché. Ils croyaient que cela profiterait aux consommateurs. Peu de gens en Europe y croient.

Maintenant, c’est silencieux à ce sujet.

Il peut donc sembler que certains des six ont trouvé désagréable qu’un certain sarcasme sur les revenus de la Norvège ait traversé la table lors d’une conversation avec des hommes d’affaires ou des politiciens étrangers. Ensuite, cela est transformé en une affaire concernant la « réputation » de la Norvège. Et le malaise subjectif que ressentent les chefs d’entreprise est quelque chose dont ils sont prêts à utiliser les revenus du gouvernement pour se débarrasser.

Les réclamations concernant la réputation reviennent régulièrement. La vérité est que la réputation de la Norvège est excellente. Presque trop bien. Je me fonde, entre autres, sur les expériences des années où j’étais ambassadeur de l’ONU à New York.

Ensuite, nous avons la proposition des six selon laquelle la Norvège devrait prendre l’initiative d’un fonds qui déclenchera des investissements dans les énergies renouvelables, en particulier dans les pays en développement. Ils pensent que la Norvège peut alors contribuer à résoudre la crise climatique. Des dizaines de pays, tels que les petits États insulaires, ont aujourd’hui le diesel comme seule source de production d’électricité. Les exploitants des systèmes diesel exigent souvent qu’aucune énergie renouvelable n’entre dans le réseau, ce qui complique le fonctionnement des systèmes. Ce n’est donc pas aussi simple que cela puisse paraître.

La Chine, les États-Unis et l’Inde utilisent plus d’énergie fossile que le reste du monde. Dès le départ, la Norvège est généralement toujours le plus grand contributeur aux programmes internationaux destinés à bénéficier aux pays et aux populations les plus pauvres.

Et je crains qu’il soit naïf de croire que d’importants paiements norvégiens à un tel nouveau fonds déclencheront des contributions spéciales accrues d’autres pays occidentaux. La croyance que la Norvège peut donner l’exemple, que d’autres suivront, est répandue en Norvège, mais pas dans le monde.

Il est important de garder le cœur au chaud, mais aussi de garder la tête froide.

Même proche de Noël.

La vérité est que la réputation de la Norvège est excellente. Presque trop bien


(Conditions)Copyright Dagens Næringsliv AS et/ou nos fournisseurs. Nous aimerions que vous partagiez nos cas en utilisant des liens, qui mènent directement à nos pages. La copie ou d’autres formes d’utilisation de tout ou partie du contenu ne peuvent avoir lieu qu’avec une autorisation écrite ou dans la mesure permise par la loi. Pour plus de termes voir ici.