Une concurrence réduite entraîne une utilisation moins efficace des ressources - 3

Bård Bjerkholt écrit dans son commentaire dans DN le 13 janvier – « Pourquoi la farine de blé de Mølleren est chère au Groenland » – que tout le monde s’accorde désormais à dire qu’une réglementation contre les différences de prix d’achat limitera la liberté de négociation et entraînera une augmentation des prix – cela réduira la concurrence sur le marché de l’épicerie. Néanmoins, Bjerkholt soutient (avec le soutien d’un rapport de Menon) qu’il peut y avoir une base pour une telle réglementation.

Lorsqu’il n’est plus possible professionnellement d’affirmer que la concurrence sera améliorée ici et maintenant en interdisant les différences de prix, l’argument devient alors qu’une interdiction devrait contribuer à une meilleure concurrence à long terme. Cela pourrait être une longue attente – même Menon ne s’attend pas à voir les effets à long terme avant au moins trois ans plus tard.

Bjerkholt (et Menon) soutiennent en réalité qu’une réglementation qui limite la concurrence est nécessaire pour donner à certains joueurs qui aujourd’hui ne parviennent pas à s’imposer ou à accéder à la compétition, un avantage relatif – afin qu’ils puissent grandir. La concurrence à court terme, et le porte-monnaie des consommateurs, doivent être sacrifiés à une hypothèse incertaine d’une meilleure concurrence à long terme.

C’est exactement le contraire de ce que la connaissance économique de base dit de la structure d’une bonne politique de la concurrence. Une concurrence qui fonctionne bien à court terme fournit les prix et les bons signaux à tous les acteurs, de sorte que l’adaptation à long terme reflète l’utilisation efficace des ressources de la société.

Her er det fristende å sitere Agnar Sandmo, som i en artikkel (NHH, Discussion paper 10/99) viser til et sitat av Paul Krugman : « La promotion de la concurrence est une politique assez bonne sinon parfaite, tandis qu’un effort pour s’en d’une manière sophistiquée finira probablement par faire plus de mal que de bien »

La structure des règles de concurrence d’aujourd’hui repose précisément sur cette idée. Les règles se concentrent sur la protection de la concurrence plutôt que sur les concurrents, afin de soutenir une organisation et un arrangement efficaces à long terme.

Si le règlement est adopté, il sapera le rôle de la politique de la concurrence dans la promotion de l’efficacité à long terme de l’économie norvégienne.

Il y a bien sûr des cas où la concurrence n’est pas possible sans réglementation – défaillance fondamentale du marché. Sur ces marchés, des réglementations distinctes peuvent être nécessaires pour créer de la concurrence. Ceci est souvent effectué dans le cadre d’une réglementation sectorielle et nécessite des analyses et des enquêtes approfondies, comme l’a souligné le comité d’experts nommé par le gouvernement en 2020 :

« Notre opinion a priori est que la loi sur la concurrence est suffisante pour assurer la concurrence et c’est pourquoi la grande majorité des secteurs sont réglementés à l’aide de cette loi. Comme mentionné, l’introduction d’une réglementation sectorielle nécessite initialement une justification particulière et doit être dotée d’une base professionnelle solide. Il doit être documenté qu’il existe des structures ou des mécanismes qui indiquent que ce secteur est différent des autres secteurs, de sorte que les règles générales de concurrence ne suffisent pas. De manière quelque peu imprécise, on peut dire que la « charge de la preuve » incombe à ceux qui veulent une interdiction. »

Le fardeau de la preuve visé par le comité n’est nullement satisfait lorsqu’il s’agit de prix d’achat différents sur le marché de l’épicerie. Si le gouvernement et le Storting veulent éviter de saper leur propre législation sur la concurrence, le règlement proposé devrait être abandonné.

Pour mémoire : j’ai participé à l’étude sur les barrières à l’établissement commanditée par le Ministère du Commerce et de la Pêche, j’ai eu diverses missions pour plusieurs acteurs du marché de l’épicerie, et j’ai travaillé pour les Norgesgruppen sur des questions liées à la régulation des prix d’achat.

(Termes)Copyright Dagens Næringsliv AS et/ou nos fournisseurs. Nous aimerions que vous partagiez nos cas en utilisant des liens, qui mènent directement à nos pages. La copie ou d’autres formes d’utilisation de tout ou partie du contenu ne peuvent avoir lieu qu’avec une autorisation écrite ou dans la mesure permise par la loi. Pour plus de termes voir ici.