Fuyant la guerre, ils traversent la frontière norvégienne en courant dans la neige. - 3

C’est peu avant 2 heures du matin la nuit dernière que la personne a été arrêtée, soupçonnée d’avoir franchi illégalement la frontière entre la Russie et la Norvège, informe le district de police de Finnmark.

« L’homme a été arrêté par les gardes-frontières militaires norvégiens et la police. L’homme a demandé l’asile en Norvège », déclare le chef d’état-major de la police, Tarjei Sirma-Tellefsen.

Chef d’état-major du district de police de Finnmark, Tarjei Sirma-Tellefsen. « La vie pourrait être en danger en marchant dans la nature à cette époque de l’année », a-t-il déclaré précédemment au Barents Observer. Photo : Thomas Nilsen

Sirma-Tellefsen dit que la personne est maintenant interrogée par la police pour essayer d’établir son identité.

Des traces dans la neige ont été découvertes par les gardes-frontières norvégiens et russes. L’homme a parcouru les quelques centaines de mètres au-dessus de la rivière Pasvik et a frappé à la porte d’une maison privée à Skrøytnes dans la vallée de Pasvik.

Cette maison se trouve à quelques kilomètres seulement de Nikel, une ville russe proche de la frontière avec la Norvège.

Les gardes-frontières du FSB ont informé la partie norvégienne de la découverte d’empreintes de pas dans la neige qui pourraient indiquer qu’une personne a réussi à passer la frontière.

La police ne souhaite pas donner plus de détails sur l’identité de l’homme ou d’autres circonstances tant que l’enquête est en cours.

Il est illégal de traverser la frontière russo-norvégienne à tout autre endroit que la route principale où s’effectuent les contrôles de passeport et de douane. La frontière, longue de 198 km, est pour la plupart en pleine nature et les tentatives d’y marcher sont considérées comme dangereuses au milieu de l’hiver avec le gel et la nuit polaire.

Le Barents Observer a des raisons de croire que la personne en question quittait la Russie afin d’éviter d’être envoyée comme soldat à la guerre en Ukraine.

L’automne dernier, la police norvégienne a déployé un hélicoptère à la frontière nord dans le but de rechercher des personnes marchant sur le terrain. L’hélicoptère s’est toutefois envolé vers le sud après une courte période et n’est actuellement pas à Kirkenes.