La fumée des incendies de forêt au Canada a atteint la Norvège - 3

CNN

La fumée des centaines d’incendies de forêt qui brûlent au Canada, et qui a déjà recouvert une partie des États-Unis et placé environ 75 millions de personnes en alerte sur la qualité de l’air, a atteint la Norvège, selon des scientifiques de ce pays.

Ces derniers jours, des panaches de fumée sont partis du Canada, ont traversé le Groenland, l’Islande et se sont dirigés vers la Norvège.

Les scientifiques de l’Institut de recherche sur le climat et l’environnement de Norvège (NILU) ont pu détecter l’augmentation de la fumée à l’aide d’instruments très sensibles, puis confirmer son origine à l’aide de modèles de prévision.

Les Norvégiens pourront peut-être sentir et même remarquer la fumée sous la forme d’une légère brume, mais, contrairement à certaines régions des États-Unis qui ont connu une pollution dangereuse, ils ne devraient pas subir d’effets sur la santé, a déclaré Nikolaos Evangeliou, scientifique principal à la NILU. « Les incendies qui parcourent de si longues distances arrivent très dilués », a-t-il déclaré à CNN.

Au cours des prochains jours, le panache devrait s’étendre à des pans entiers de l’Europe, mais il est peu probable que les gens puissent sentir ou remarquer la fumée, a déclaré M. Evangeliou.

Il n’est pas rare que la fumée des incendies de forêt parcourt de longues distances. « La fumée des incendies de forêt, comme ceux du Canada, est injectée à haute altitude et reste donc plus longtemps dans l’atmosphère, ce qui lui permet de parcourir de grandes distances », a-t-il déclaré.

En 2020, la fumée des incendies de forêt record de Californie a été détectée au Svalbard, un archipel norvégien situé au cœur du cercle polaire arctique.

La fumée a des effets négatifs sur le climat. La fumée des incendies qui se déplace au-dessus de l’Arctique dépose de la suie sur la neige et la glace, assombrissant la surface blanche, ce qui lui permet d’absorber davantage de chaleur. Cela accélère le réchauffement de l’Arctique.

L’Arctique se réchauffe déjà environ quatre fois plus vite que le reste du monde, ce qui a des conséquences mondiales, notamment en influençant les phénomènes météorologiques extrêmes tels que les vagues de chaleur, les incendies de forêt et les inondations.

Les niveaux de suie provenant des feux de forêt canadiens ne devraient pas avoir d’impact direct sur la fonte de l’Arctique, car ils sont trop dilués, a déclaré M. Evangeliou. Mais le problème est que si les incendies dans les hautes latitudes augmentent, ce qui s’est produit au cours des dernières décennies et devrait se poursuivre, davantage de suie se déposera, a ajouté M. Evangeliou.

À mesure que la crise climatique s’intensifie, les saisons d’incendies de forêt devraient gagner en gravité, d’autant plus que les sécheresses et les chaleurs deviennent plus fréquentes et plus sévères.